Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/12/2014

ZADisme ou Démocratie ?

Le phénomène tend à se généraliser, celui du ZADisme. Les ZAD sont des Zones A Défendre qu'occupent des citoyens qui ne se reconnaissent plus dans les codes et dans les règles communes qui régissent la vie en société. Ces ZADistes ne sont pas nécessairement des personnes non intégrées dans une vie sociale, professionnelle ou familiale, mais ils prennent plus que d'autres la mesure de l'impasse dans laquelle toute notre société dite moderne s'engouffre les yeux fermés. Rémi Fraisse était l'un d'eux.

Le ZADisme se caractérise par l'occupation d'un site sur lequel la société veut réaliser un projet qui est le fruit de tous les conformismes économiques, technologiques, démocratiques et financiers, projet qui écarte d'un revers de main tous les enjeux humains et environnementaux. Et l'opinion publique (*) reproche à ces ZADistes de prendre la démocratie en otage ; une petite minorité de citoyens militants, déterminés et bien organisés bloquent tous les processus administratifs et contractuels légitimement adoptés par des assemblées d'élus. Par ailleurs, une ZAD n'est pas qu'une barricade dressée contre l'autorité, elle est aussi un lieu de vie qui tend à démontrer que des alternatives existent.


A l'été 2011, la Salamane aurait pu devenir une ZAD. L'association de la Salamane avait organisé une grande manifestation sur les parcelles de Roland Sanchez, parcelles qui sont dans le périmètre de la ZAC, et de nombreux collectifs étaient venus pour débattre et pour constituer une convergence des luttes contre l'artificialisation de nos terres agricoles (Jardins de Bonne Terre à Pézenas, l'Hinterland de Poussan, les Gardiens de la Gardiole de Fabrègues, ...). Mais d'autres militants plus radicaux avaient contacté les organisateurs pour venir occuper le site de la Salamane, et en faire une ZAD comme à Notre-Dame-des-Landes. L'association de la Salamane avait rejeté cette proposition, naïvement confiante dans les autres moyens de lutte qu'elle déployait depuis deux ans (dans les médias, aux élections, devant la justice, au sein des assemblées d'élus, ...). Mais finalement, l'association de la Salamane n'a pas réussi à convaincre et nous avons au bord de l'A75 une aire de 70 hectares qui est un abîme financier pour la Communauté de communes qui porte ce projet, en plus d'être une horreur paysagère et le totem d'un urbanisme prédateur.

Mais désormais, les ZAD sont appelées à se multiplier. Ainsi, à Roybon en Isère, une ZAD s'est récemment constituée sur le site d'un projet de village de vacances Center Parcs. Les opposants au projet mettent en avant des atteintes environnementales, des risques sur la nappe phréatique, mais aussi de l'argent public (via des mesures de défiscalisation et des investissements municipaux) qui finance un projet privé. Les élus écologistes se sont opposés à ce projet dès le départ. Aujourd'hui, ce sont les élus communistes du Conseil général de l'Isère qui sortent du rang, et puis le Président socialiste du Conseil régional de Rhône-Alpes qui devait y mettre 7 millions d'euros ... Cf. article de L'OBS sur la ZAD de Roybon.

Manifestation des opposants au projet de Center Parcs à Roybon en Isère le 30 novembre 2014 (PHILIPPE DESMAZES / AFP)Manifestation des opposants au projet de Center Parcs à Roybon en Isère le 30 novembre 2014 (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Le gouvernement ne sait plus trop bien sur quel pied danser ... Fin novembre, en clôture de la conférence environnementale à l’Élysée, François Hollande avait annoncé que tous ces projets devaient être plus respectueux de la démocratie locale, qu'ils devaient être expliqués aux citoyens et que le recours au référendum local devait s'inscrire dans le processus de décision. Mais les ministres du gouvernement de Manuel Valls sont de la vieille école. Interrogé en début de semaine par un député de l'Isère, Bernard Cazeneuve a déjà donné sa position : « [...], il faut aussi que les principes de la République soient mis en œuvre de façon claire, nette et sans ambiguïté. Lorsque des élus légitimement et démocratiquement élus conduisent des projets qui ont franchi toutes les étapes du droit, ces projets doivent pouvoir se mettre en œuvre au terme des discussions que j'évoquais à l'instant ». Et interrogée ce mercredi par la député EELV Michèle Bonneton lors des questions au gouvernement, Ségolène Royale lui a répondu : « On peut concilier la création d'activités et d'emplois et le respect des règles de protection de l'environnement ».

Les processus démocratiques empruntent des voies trop éloignées du quotidien des populations. Les décisions se fondent sur des études confiées à des sociétés de conseil et d'ingénierie, les procédures se déroulent dans la discrétion des commissions d'élus, les personnes publiques concernées sont consultées sans publicité (services d'incendie et de sécurité, services départementaux du ministère de l'écologie, chambre d'agriculture, ...) et les financements publics se cantonnent exclusivement à la création et à la préservation de l'emploi. Mais notre environnement se dégrade tous les jours sans que le chômage de masse ne dévie de sa courbe ascendante ... Alors il n'est pas étonnant que tout cela révolte, et les jeunes sont les premiers à le manifester avec passion.  Petit à petit, espérons qu'il y aura de plus en plus de Jean-Jack Queyranne parmi nos élus locaux.

- - - - - - - - - - -
(*) Opinion publique : Des notables qui s'appuient sur la communication institutionnelle de leurs collectivités territoriales et sur une presse peu critique pour asséner un point de vue que les citoyens finissent par faire leur.

25/12/2012

Notre-Dame-des-Landes, la mobilisation doit perdurer pour que ça devienne un conte de Noël ...

C'est Robin des Bois, mais sans Kevin costner ... C'était il y a mille ans dans le Moyen Age anglais, mais ce petit film documentaire sur Notre-Dame-des-Landes nous fait revivre une version moderne de cette fable historique (à voir en plein écran) :

Surtout, n'allumez pas la télé et préférez aller visionner quelques documentaires sur Notre-Dame-des-Landes, il ne tient qu'à nous que l'histoire se finisse en conte de Noël.

A noter que si ces ZADistes n'ont pas de chef, ils ont bien en face d'eux un Prince Jean qui ne recule devant rien pour voir aboutir son projet.

Tous les nobliaux du coin lui sont des affidés historiques, et depuis son nouveau château de Matignon il pensait certainement plier cette affaire en quelques jours ...

 

Prince_Jean.jpg

Et les soldats du Prince Jean-Marc nous font un vrai remake des films de Robin des Bois. Assez patauds, trop lourdement équipés pour évoluer en zone humide dans les bois, et la brutalité est toujours la même :=(

Soldats_du_Prince_Jean_1.jpg

Soldats_du_Prince_Jean_2.jpg

Soldats_du_Prince_Jean_3.jpg