Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/09/2015

En cette année 2015, l'Europe nous montre son plus mauvais visage :=(

Au premier semestre 2015, c'est le feuilleton grec qui a mis en scène les principaux États membres de l'union européenne, et plus particulièrement ceux de la zone Euro. Alexis Tsipras, qui devenait Premier ministre de la Grèce en début d'année sur un programme volontariste contre les politiques d'austérité et pour une réévaluation de la dette publique, est devenu dès le début le mouton noir de l’Eurogroupe. Les 18 autres États membres de l'Eurogroupe sont tous gouvernés par des partis ou par des coalitions favorables au social-libéralisme ; certains s'affichent plus sociaux et d'autres plus libéraux, mais le résultat est le même. Dans ces conditions, la volonté politique d'Alexis Tsipras était vouée à l'échec, et même si le combat qu'il a mené pendant 6 mois avec son ami Yanis Varoufakis a ravivé chez les Européens, je parle du peuple, une volonté de rupture avec ce modèle dominant qui profite toujours à cette minorité possédante.

grèce,tsipras,eurogroupe,pablo iglésias,jeremy corbyn,schengen,victor orban,jacques delors,migrants

Une bataille a été perdue, mais pas encore la guerre. La prochaine bataille se déroulera en Espagne à la fin de l'année. C'est Pablo Iglésias et son mouvement Podemos qui tenteront de convertir leurs concitoyens à un autre projet socio-économique, et j'espère que les électeurs espagnols sauront leur faire confiance. L'autre évènement qui est survenu cette semaine à propos de la gouvernance économique de l'Europe, c'est l'élection de Jeremy Corbyn à la tête du parti travailliste britannique. Ce virage à gauche du Labour Party n'est pas une surprise, car partout en Europe les partis sociaux-démocrates sont en échec, échec parce qu'ils ne se distinguent plus de la droite quand ils sont au pouvoir. En France, plus personne ne sait dire ce que Sarkozy et Juppé feraient de différent de ce que font Valls et Marcron s'ils revenaient au pouvoir ... François Hollande étant déjà plus à droite que Sarkozy ne l'a été ...

Désormais, les élections dans les divers pays d'Europe voient s'affronter trois forces politiques : celles qui soutiennent le système, qu'elles soient de droite comme de gauche, les nationalistes qui s'appuient sur le patriotisme pour que le peuple rejette les élites, et enfin ceux qui veulent rompre avec le système dominant pour lui préférer les valeurs d'humanisme, de laïcité et de solidarité. Nous sommes très loin du vieux clivage gauche-droite.

L'autre mauvais visage que renvoie l'Europe, c'est son attitude vis à vis des réfugiés qui viennent de Syrie, d'Irak et des pays d'Afrique où la guerre et le djihadisme ne permettent plus aux populations de vivre en sécurité. Comme pour la crise grecque, ce sont souvent les pays de l'est de l'Europe, les derniers ayant rejoint l'Union qui refusent d'accueillir des réfugiés. La Slovaquie a même restreint aux seuls réfugiés chrétiens l'accès à son territoire, prétextant ne pas avoir de mosquée pour que les musulmans pratiquent leur religion, et le Premier ministre hongrois, Victor Orban, se fait le porte-parole d'un groupe de pays comme la Pologne, la Hongrie ou encore la République Tchèque pour voir dans cet afflux de migrants une menace pour « l'identité chrétienne de l'Europe ».

Mais je ne voudrai pas assimiler les peuples de ces pays de l'espace Schengen à leurs leaders les plus sombres, car l'Europe voit aussi se propager une vague nationaliste qu'il faut combattre.

Alors pouvons-nous encore construire une Europe solidaire, responsable et humaniste dans le contexte actuel ? La volonté acharnée de la droite et de la social-démocratie européenne à vouloir développer un marché économique le plus large possible, avec des règles de libre-échange et une monnaie unique qui favorisent les flux de capitaux et de travailleurs, ne s'est-elle pas affranchie des valeurs fondamentales de l'Europe des Lumières ?

Il est utile de relire le discours de Pierre Mendès-France contre le Traité de Rome en janvier 1957. S'il était convaincu de la nécessité de s'unir pour affronter les défis du XXe siècle, il était plus circonspect vis à vis des règles de libre-échange. Aujourd'hui, c'est Jacques Delors qui évoque son pessimisme sur l'avenir de l'Europe. Dans une interview au Journal du Dimanche, il estime que l'Europe n'a pas – pas encore – explosé. « Dans la situation actuelle, on a évité le pire. Mais l'Europe n'est pas une puissance morale, je dis morale au bon sens du terme. Il faut reconstituer cette puissance morale qui a fait la force de l'Europe en d'autres périodes, comme au moment de la chute du mur de Berlin », soutient-il.

Il est évident que l'Europe des 28 que nous connaissons aujourd'hui n'a plus d'avenir commun, en tous cas sur les règles de l'Union européenne issues des traités de Maastricht et de Lisbonne. Une autre Europe est à construire.

19/07/2015

Varoufakis, Iglesias et peut-être ... Montebourg ?

Arnaud Montebourg est habile pour occuper les creux de l'actualité politique, et son rendez-vous annuel de Frangy-en-Bresse pour sa fête de la rose aura en 2015 un retentissement plus fort que celui de 2014, où sa « cuvée du redressement » avait pourtant précipité son départ de Bercy. Ce 23 août, Arnaud Montebourg a invité Yanis Varoufakis à participer à ce rendez-vous estival des socialistes de Saône-et-Loire, et il revendique d'y faire « œuvre de pédagogie ».

Montebourg et Varoufakis ont (au moins) un point commun, ils sont chacun l'avant-dernier ministre de l'économie de leur pays, la France et la Grèce. Ils ne sont jamais croisés comme ministres lors de sommets européens, car Yanis Varoufakis est arrivé au pouvoir avec Syriza en janvier 2015, six mois après qu'Arnaud Montebourg ait quitté Bercy. Et au registre des "blagues du Président", François Hollande a plaisanté sur Varoufakis en disant qu'il avait été « le ministre du redressement productif du gouvernement Tsipras ».

Arnaud-Montebourg-et-Yanis-Varoufakis-se-retrouveront-le-23-aout.jpg

En faisant du trublion grec son invité d'honneur à Frangy-en-Bresse, le trublion hexagonal agace les socialistes solfériniens. Il va encore cette année déplaire au Président Hollande en faisant de la position européenne de Varoufakis la réponse pour relancer une construction européenne moribonde, alors que le Président français va passer l'été à raconter que le couple franco-allemand suffit à lui seul pour poursuivre cette construction. Et Hollande va même plus loin dans une récente interview au JDD en indiquant que la France est prête à participer « à une organisation renforcée » de la zone euro et à constituer, « avec les pays qui en décideront, une avant-garde ».

Mais si François Hollande est perçu par le peuple grec comme leur meilleur porte-parole au sein du Conseil de l'Europe, son bilan perçu par les Français est toujours aussi négatif. Il gagne 5 points de bonnes opinions dans la dernière enquête d'opinion de BVA, effectuée auprès d'un échantillon de 1058 personnes les 15 et 16 juillet, mais il demeure le Président de la République le plus mal coté depuis 30 ans.

Popularité_Pdt_Rep.jpg

Et les critiques sur l'issue du dernier sommet européen qui a mis la Grèce à genou font florès, chez les économistes mondiaux comme chez les politiques. A noter parmi eux la tribune de DSK destinée à « ses amis allemands » ; il trouve mortifère l'attitude actuelle de l'Allemagne, de ses satellites et de la France de vouloir bâtir une zone d'excellence européenne, car elle ne pèsera plus à moyen terme dans la géopolitique des grands blocs continentaux.

Mais le sort qui est fait à la Grèce prend encore plus de sens quand on apprend que la valorisation boursière de Google a gagné 65,1 milliards de dollars pour la seule journée de vendredi dernier. Voilà une société qui bat un record de valorisation boursière en une journée, et ces 60,1 milliards d'euros sont à comparer aux sommes identiques qui asphyxient aujourd'hui 11 millions de grecs. Il y a d'un côté des chiffres qui ne veulent plus rien dire, et de l'autre des situations humaines qui semblent ne pas intéresser les chefs d’État et de gouvernement :=(

Alors faut-il avoir peur de donner une plus grande audience à des leaders d'opinion d'une gauche alternative, plus progressiste, plus humaniste et plus solidaire, comme le sont Yanis Varoufakis, Pablo Iglesias et Arnaud Montebourg ? Faut-il avoir peur que des gouvernements rompent avec l'ordo-libéralisme allemand ? Oui, il y a un risque de dislocation de l'Europe si l'orchestre est invité à jouer plusieurs partitions en même temps, mais le progrès est impossible sans pluralité et sans imagination.

13/07/2015

Merkel et Tsipras dans la conquète de l'Europe politique

Le 26 janvier 2015 a certainement été une très mauvaise journée pour Angela Merkel, c'est le jour où le mouvement Syriza remportait les élections législatives en Grèce. Chacun pourrait penser qu'une élection démocratique dans un pays membre de l'UE n'est qu'un évènement national, mais la chancelière allemande a acté ce jour-là que l'Europe qui se construisait en harmonie avec le modèle économique d’Allemagne était en danger. Elle allait avoir du mal à continuer à vendre des sous-marins pour la marine grecque (six sous-marins de type 214 vendus ces dernières années pour 3 milliards d'euros), creusant par la même la dette hellène et renforçant ainsi la vassalisation d'Athènes vis à vis de Berlin ...

Depuis bientôt 6 mois, le Premier ministre grec Aléxis Tsipras est l'ennemi n°1 de la zone euro. Il incarne un autre projet politique qui privilégie l'intérêt général au détriment de l'enrichissement des élites, il plaide pour une plus grande répartition des richesses produites par les activités économiques et l'Europe est pour lui un levier très mal utilisé jusqu'à présent.

Au travers des dettes souveraines, les paragons de l'orthodoxie budgétaire tiennent un tiers des États membres de la zone euro sous perfusion financière, leur imposant des plans d'austérité pour continuer de recevoir leur dose de financement européen. Mais derrière la dynamique de Syriza, il y a la remise en cause de ces dettes souveraines, de leur légitimité et de leur nécessaire restructuration. On dit que la liberté se mesure à la longueur de la laisse, mais il s'agirait pour ce gouvernement héritier du mouvement des indignés de couper cette laisse.

euroland_tsipras_merkel.jpg

Oui, l'Europe est secouée par une nouvelle guerre, mais une guerre économique qui peut provoquer des dégâts humains et patrimoniaux tout aussi dévastateurs qu'une guerre militaire. La crainte d'Angela Merkel et de ses amis est que la réussite de Syriza inspire d'autres peuples ; et en l'occurrence l'Espagne où Podemos augmente régulièrement son audience politique. Ce front des pays du sud doit être combattu, et la bataille qui s'est menée ces dernières semaines contre la Grèce en est le premier épisode. Qui de Merkel ou de Tsipras est sorti vainqueur de la réunion de la zone euro ce dimanche 12 juillet ? Ni l'un ni l'autre. Merkel semble avoir imposé son plan de mesures à la Grèce, mais Tsipras est toujours là.

Aléxis Tsipras a été nommé Premier ministre en janvier 2015. La législature dure 4 ans, et il a donc tout ce délai pour mettre en œuvre son projet politique. Or, ce qu'une loi peut faire, une autre loi peut le défaire ; et d'autres lois peuvent la compenser. Aléxis Tsipras a le soutien de son peuple, et le 3ème plan d'aide européen doit profiter à la réalisation de son projet politique. Les grecs sont conscients que c'est plus l'Europe que Tsipras qui est la cause de leurs souffrances, et je suis persuadé qu'ils auront reconnu dans Aléxis Tsipras le seul homme politique qui puisse à moyen terme sortir la Grèce de l'ornière.

Mais il faut aussi que dans les autres pays européens la dynamique enclenchée par Aléxis Tsipras se propage ; Aléxis Tsipras ne doit pas rester isolé !

Carte_Zone_Euro_Politique.jpg

Dans la carte ci-dessus, les pays membres de la zone Euro ont pour la plupart affiché une position molle vis à vis du conflit Merkel/Tsipras. Beaucoup de pays sont dirigés par des coalitions hétéroclites qui ont témoigné pendant cette crise que c'est leur intérêt politique national qui prévalait, et bien d'autres sont des ventres mous. Sincèrement, la position de François Hollande mérite-t-elle les lauriers qui lui sont aujourd'hui tressés ?

L'Union Européenne est inachevée dans sa construction, et la zone euro illustre le déficit de démocratie qui la plombe. Nous nous souvenons tous du référendum sur le TCE en 2005 qui nous a finalement été imposé par le traité de Lisbonne deux ans plus tard. Et pour tous ces promoteurs d'une Europe de la finance, du commerce et de la dérégulation sociale, Aléxis Tsipras est comme le loup dans la bergerie. Imaginez que si la Grèce ne ratifie pas demain le traité de libre échange transatlantique (cf. TAFTA), ce sont des années de travail discret de la Commission européenne qui tomberaient à l'eau. Ce Tsipras l'indomptable pourrait donc voir son pouvoir de nuisance perturber le fonctionnement tranquille d'institutions qui s'appuyaient jusque là sur la complicité de tous les dirigeants européens.

J'adhère à l'analyse qu'en fait elle aussi Cécile Duflot, estimant que la voie est étroite entre l'idéal européen altéré par des compromis qui vont toujours dans le même sens et la meute des anti européens qui veulent revenir 20 ans en arrière avec une simple communauté de nations. Elle a juste cette affection pour François Hollande que je ne partage pas, et son tweet du 12 juillet idéalisait la place de notre Président sur l'échiquier européen ...

merkel,tsipras,europe