Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/01/2015

La grande distribution au régime ... elle aussi !

C'est la Lettre M du 13 janvier qui apporte ces deux informations complémentaires (cliquer sur l'image pour l'agrandir dans une autre fenêtre) :

Systeme_U.png

Mouton.png

Voilà de bonnes nouvelles pour les citoyens, car enfin ces enseignes comprennent que leurs magasins doivent s'intégrer dans la ville. Il est fini ce temps où les consommateurs allaient toute une demi-journée dans un parc commercial pour faire plusieurs magasins en famille (bricolage, jardin, vêtements, chaussures, alimentaire, ...). Une des principales causes de cette désaffection pour les zones commerciales, c'est la vente en ligne. Les soldes de cet hiver en témoignent, il y a un choix bien plus large sur la toile, les visites virtuelles ne nécessitent pas de prendre la voiture, tous les membres de la famille prennent le temps chacun de naviguer sur les sites correspondants à ses besoins, et on se fait livrer à domicile.

Pour survivre, la grande distribution a donc besoin d'être dans la proximité, de proposer une offre dans les quartiers et dans les villages. Et c'est intéressant pour l'urbanisation des communes, car ces implantations commerciales peuvent faire renaître des services complémentaires de proximité. C'est par contre dommage quand l'ambition devient de l'aveuglement :=(

Les collectivités locales ont à faire des choix cruciaux, soit continuer à financer des zones commerciales à 4 ou 5 km des centres villes, soit aider les communes à intégrer des espaces de commerces et de services au cœur des villes et des villages. Et si les galeries marchandes s'éloignent du coeur des villes, alors les usagers demanderont aux collectivités de mettre en place une desserte en transports collectifs ; c'est déjà le cas à Clermont l'Hérault avec le Transport à la demande (TAD) qui évoluera en 2015 vers un circuit de desserte pour couvrir le centre-ville et les Tanes Basses (cf. Midi Libre). Et puis il faudra des arrêts de bus, et un distributeur de billets, etc. En terme d'investissement, ce n'est pas neutre. La plate-forme de Système U à la Salamane rapportera 400 k€ de recettes fiscales à la Communauté de communes cette année, et c'est donc une recette qui vient compenser l'endettement [provisoire] lié aux difficultés de commercialisation des lots. Et si demain Système U décidait d'arrêter son activité à Clermont l'Hérault (comme à Miramas il y a 3 ans pour justement venir à Clermont l'Hérault) ? Car pour ces grands groupes, une plate-forme logistique n'est qu'un maillon dans une chaîne de distribution, et un maillon ça se change.

Alimentons d'abord des petits ruisseaux pour espérer voir couler de grande rivières ;-)

12/02/2013

La Salamane, future Méga-aire de repos sur l'A75

Le Conseil Communautaire aura à son ordre du jour du 13 février la vente de trois lots sur la ZAC de la Salamane pour des acquéreurs qui vont mettre en service des activités de restauration. 2205 m2 à la SCI LES BORIES et 2115 m2 pour la SCI BRUVAL pour une activité de "restauration traditionnelle". Et toujours dans le même macro-lot au bord de la route départementale, juste après le giratoire de l'A75, 3130 m2 pour la SCI SKAL qui va développer une activité de "services de traiteurs" avec un espace de vente, une salle de restauration et un espace de production.

Ajouté aux complexes commerciaux que le Conseil Communautaire a autorisés le 19 décembre dernier, la ZAC de la Salamane va de plus en plus ressembler à une gigantesque aire de repos au bord de l'A75. Il n'y a aucune réflexion collective pour faire de cette ZAC un pôle de compétences créateur d'emploi, mais des entrepreneurs opportunistes ont bien perçu le potentiel commercial de cette ZAC au bord d'une autoroute qui amènera une clientèle captive.

Nous sommes loin des exigences initiales que l'Etat a imposé aux collectivités locales lors du projet d'A75, et qui s'est concrétisé par le "1% paysage". L'Etat ne voulait pas que les abords de l'A75 ressemble à ceux des autoroutes de la vallée du Rhône, et toutes les collectivités locales s'étaient engagées à valoriser leur patrimoine paysager.

Quant à la plateforme logistique de Système U, sa dangerosité est totalement occultée. Des activités commerciales vont se développer autour de cet établissement classé "SEVESO II - Seuil bas", mais cela ne semble géner personne ... Ni les élus locaux, ni les entrepreneurs impliqués, ni les services de l'Etat, ni le Service Incendie (SDIS) et ni les riverains non plus.  

salamane,système u,clermont l'hérault

Ce culte aveugle pour cette société de consommation est totalement irresponsable.

20/01/2013

Salamane, la montagne accouche d'une souris ; et l'action judiciaire refait surface début février.

Dans les colonnes du quotidien l'Hérault du Jour, la journaliste Christine Guillaume a interviewé l'un des directeurs de Système U Sud, Monsieur Philippe Mery, à propos des emplois réellement créés sur le site de Clermont l'Hérault. L'article nous apprend qu'environ 60 salariés de la plate-forme de Clermont l'Hérault viennent de la plate-forme de Vendargues. Et le responsable de Système U de donner l'explication : "Au début, la population de la communauté de communes du Clermontais n'avait aucune vision de la culture de la logistique, nous avons du nous adresser à nos collaborateurs de Vendargues bien entendu prioritaires pour rejoindre ce site". Or, ce projet de plate-forme logistique est dans les cartons depuis 2009 et les promoteurs du projet avaient tout le temps nécessaire pour former des demandeurs d'emploi du Clermontais aux métiers de la logistique. Et puis, il ne faut pas non plus se gargariser de bons mots, les emplois sur la plate-forme sont principalement des magasiniers caristes et des préparateurs de commandes (cf. fiches métiers).

Et comme le précise Christine Guillaume qui révèle qu'environ 600 Clermontais ont déposé un CV, seulement 10% d'entre eux ont vu leur demande satisfaite pour compléter l'effectif. Et pour les périodes de pointe, par exemple l'été quand l'approvisionnement des magasins du Languedoc-Roussillon nécessite plus de rotations, Monsieur Méry précise que son enseigne fait appel à la société d'intérim Manpower. Système U ne sera donc pas l'Eldorado tant espéré par les demandeurs d'emploi du Clermontais, et tellement vanté par les élus locaux.

Ce pschitt de la "création d'emplois" autour de la plate-forme de Système U à la Salamane va certainement précéder une Bérézina de l'emploi sur ce secteur. Car souvenons-nous que 70 hectares de terres agricoles ont été sacrifiés sur l'autel de l'emploi, ce grand projet de la Communauté de Communes devait créer 500 à 600 emplois sur une échéance de 15 à 20 ans. Mais si toutes les entreprises qui viennent s'installer à la Salamane viennent de Clermont l'Hérault (SOCAH, Netto, Syndicats mixtes, magasins, ...), leurs employés ne feront que franchir l'A75 et la cible de 500 emplois ne sera jamais atteinte. C'est comme les 500 emplois sur la zone des Tanes Basses, ils sont pour la plupart issus de délocalisations depuis le centre ville de Clermont l'Hérault. Mais à l'échelle de la ville, la création nette d'emploi est loin d'être significative ...

Et c'est au moment où la montagne semble accoucher d'une souris que les actions judiciaires du collectif de la Salamane refont surface. En effet, le recours déposé par des habitants de Clermont l'Hérault contre la révision simplifiée du PLU sera jugé au Tribunal Administratif le 7 février prochain. La commune de Clermont l'Hérault avait en effet retenu la procédure de révision simplifiée de son Plan Local d'Urbanisme pour y ajouter la ZAC de la Salamane, alors que cette procédure n'est autorisée que pour des évolutions mineures qui ne changent pas le Plan d'Aménagement et de Développement Durable (PADD) qui est l'un des piliers du PLU. Mais la commune avait aussi modifié le PADD, en douce ... :=(

Par ailleurs, il ne faut pas croire que la construction puis l'ouverture de la plate-forme logistique de Système U puisse empêcher le juge de ne pas annuler la délibération de la commune de Clermont l'Hérault qui a approuvé le PLU. En 2010, le même Tribunal Administratif de Montpellier avait annulé la délibération de la commune de Fontès qui avait approuvé une révision de son PLU en juin 2007. Et les cas d'annulation par la justice ne manquent pas.

A l'automne, c'est un recours contre la déclaration d'utilité publique (DUP) de la ZAC de la Salamane qui sera jugé par le Tribunal Administratif, et devrait suivre le recours contre le permis de construire de la plate-forme logistique. Les dirigeants de Système U ne sont donc pas à l'abri d'une annulation d'un acte administratif, ce qui les mettrait dans une position délicate.

Quant à la commune de Clermont l'Hérault, elle devra réaliser un Plan Communal de Sauvegarde (PCS), et le Préfet de l'Hérault devrait mettre en place une Commission de Suivi de Site (CSS). Et vu que ce site Seveso "seuil bas" est pleinement opérationnel depuis décembre 2012, il paraît urgent de mettre en place ces outils qui permettent aux populations de s'informer et ainsi de lever toutes les ambiguîtés sur l'exploitation de tels sites. A noter que les associations, les élus et les riverains peuvent aussi être à l'initiative de cette CSS.

Et quoiqu'il advienne, je maintiens un "plus jamais ça" déterminé ! Le SCoT du Pays Coeur d'Hérault qui va commencer à s'élaborer dans les prochains mois constituera un premier rempart contre l'artificialisation de nos terres fertiles au profit de projets urbains aussi opportunistes que stériles.