Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/05/2017

Un député écologiste sur la 4ème de l'Hérault ; si on veut on peut !

On me demande souvent, « alors, ta campagne est lancée ? » ou « comment on peut te donner un coup de main ? ». En réalité, j'ai été investi par EELV le 12 décembre 2016 pour être candidat sur la 4ème circonscription de l'Hérault, et puis chacun a suivi ce long et tortueux cheminement de la présidentielle puis de négociations unitaires pour les législatives. J'en ressors un peu affecté, car pendant tout ce temps-là nous n'avons pas été réellement en campagne sur le territoire de la circonscription. Pire, l'absence de candidat écolo à la présidentielle ne nous permet pas de nous inscrire dans la continuité d'un processus électoral ; on s'attendrait presque à ce que tous les militants EELV soutiennent d'autres candidats que les leurs ...

Alors il ne m'était pas possible de choisir entre Ganges, Mèze, Gignac, Saint-Mathieu-de-Tréviers, Lodève ou tant d'autres des 99 communes de cette circonscription pour faire une conférence de presse de lancement de campagne ; il n'y en a donc pas et c'est sur la toile que les annonces et autres communications se feront. De toutes façons, nous sommes plus entendus et lus sur le Web que sur un marché ou dans des réunions publiques. Vous nous verrez néanmoins dans les rues de ces communes, sur les places de marchés ou lors d'évènements festifs ou culturels, mais cela ne peut plus être l'unique vecteur de campagne.

C'est en tous cas un plaisir que de faire campagne avec Clothilde, maire de Murles. Je ne dirai pas qu'elle avait suffisamment de temps libre pour faire une telle campagne, mais elle déborde d'énergie (beaucoup le confirmeront) et elle y prendra donc toute sa place.

34-04_AFF_B_R39_Legis17_V1.jpg

Pour cette campagne, vous pourrez nous suivre sur facebook, pour Clothilde comme pour moi, mais aussi sur notre site Web de campagne. Vous y trouverez notre agenda de campagne et des articles sur nos projets.

Enfin, et parce que « l'argent est le nerf de la guerre », vous pouvez nous aider financièrement en faisant un don pour notre campagne. Je rappelle que seules les personnes physiques peuvent contribuer par un don à une campagne électorale, plafonné à 4600 €, et que cela donne droit à 66% de déduction fiscale sur ses impôts sur le revenu. Ainsi, en donnant 100 €, on peut « réduire » sa déclaration de revenus de 66 €. Ces dons sont à mettre à l'ordre de ASSOCIATION DE FINANCEMENT LAURENT DUPONT 2017 et à adresser : 8 rue du château – 34540 Balaruc-le-Vieux ; un reçu sera délivré en retour.

Et tous les soutiens sont les bienvenus !

06/04/2017

Comment Mélenchon pourrait ne pas s'arrêter à la troisième marche du podium ?

Bien malin qui peut prévoir aujourd'hui quels sont les deux candidats qui s'affronteront pour le second tour de l'élection présidentielle le 7 mai. Emmanuel Macron et Marine Le Pen stagnent autour de 25% depuis un mois, François Fillon résiste bien malgré ses méfaits et Jean-Luc Mélenchon est sur une pente ascendante.

Je sais que les sondages ne sont qu'une photographie et qu'ils ne prédisent pas l'issue du scrutin. Mais les données fournies par l'IFOP depuis fin 2016 donnent des tendances qui se vérifient dans les faits. La victoire de Benoît Hamon à la primaire le fait passer de 6% à 18%. Le PenelopeGate se traduit clairement dans les intentions de vote pour François Fillon. Les 4% à 5% attribués à François Bayrou se reportent directement sur Emmanuel Macron après que leur alliance soit scellée. Bref, ces sondages-là reflètent des évolutions que nous constatons dans la vie réelle. Après, se pose la question de l'étalonnage de départ et des méthodes de redressement appliquées. Si Marine Le Pen stagne depuis longtemps, est-ce bien à 25% comme l'IFOP le dit ou bien à 30% ? Mais à la limite, c'est une autre question dont la réponse nous sera donnée le 23 avril. Pour l'instant, il demeure intéressant de mesurer comment les décisions ou comment les positionnements des candidats influent sur les intentions de vote.

gaston defferre,jacques duclos,23 avril,législatives

Et ce qui m'intéresse personnellement, c'est comment Jean-Luc Mélenchon peut réussir, au moins à passer devant François Fillon et au mieux à figurer dans le duo final. Alors nous le constatons depuis deux mois, Jean-Luc Mélenchon siphonne l'électorat de Benoît Hamon. Il n'y a d'ailleurs aucune raison que cela cesse, et même cela devrait s'accentuer car l'électorat de gauche se trouve-là un candidat dont le challenge fait écho à leur attente. Cela pourrait donc lui permettre de passer devant François Fillon, et ça me paraît possible.

En 1969, après la démission de Charles de Gaulle, il y avait trois candidats à gauche. Michel Rocard (PSU), Gaston Defferre (PS) et Jacques Duclos (PCF). A trois semaines du premier tour, le socialiste était donné à 11% par l'IFOP et le communiste à 10%. Au soir du premier tour, Gaston Defferre faisait 5,01% et Jacques Duclos 21,27%. L'électorat de gauche savait que ce serait soit Georges Pompidou soit Alain Poher leur futur président, aussi ses électeurs ont voté avec leur cœur. Je pense que nous sommes un peu dans une même situation.

150px-Gaston_Defferre.jpg    Jacques_Duclos_en_1959.JPG

Pour que Jean-Luc Mélenchon soit au second tour, il faudrait soit : 1. qu'il ait été sous-estimé depuis le début par les instituts de sondage, 2. que le gros tiers d'électeurs indécis se mobilise pour lui, 3. que l'électorat populaire, celui qui auparavant votait communiste, renonce à voter Le Pen pour choisir un bulletin Mélenchon. Je lui souhaite de réussir.

Il y a par contre un effet secondaire à ce mécanisme de vases communicants entre les votes Mélenchon et Hamon, ce sont les législatives de juin. Nous savons depuis le couplage présidentielle/législatives que le score des candidats aux législatives dépend fortement du score de leur candidat(e) à la présidentielle, autant pour donner une majorité parlementaire au nouveau locataire de l’Élysée que pour constituer les rapports de force au Palais Bourbon. Avec la France Insoumise proche des 20% et avec un PS plus près de 5% que de 10%, Jean-Luc Mélenchon devra revoir le cadre des investitures autonomes de la France Insoumise et des accords avec ses partenaires. Il peut avoir à la rentrée de septembre le premier groupe parlementaire de gauche à l'Assemblée Nationale, mais à condition d'avoir dans chaque département une stratégie électorale efficace. Et d'ailleurs, la même question va se poser dans la moitié des départements de France pour les élections sénatoriales en septembre 2017.

C'est important d'anticiper que la photographie électorale qui sortira de toute cette séquence va structurer la recomposition politique dans les prochaines années. Et c'est essentiel de ne pas se rater, là à ces deux élections présidentielle et législatives.

12/12/2016

9 candidates et 9 candidats titulaires investis par EELV aux législatives de 2017 en Languedoc-Roussillon

Le Conseil fédéral d'Europe Écologie Les Verts réuni ce week-end à Paris a validé 351 investitures pour les élections législatives des 11 et 18 juin 2017 [1]. Pour les autres circonscriptions, soit 40% des 577 circonscriptions législatives, le Conseil fédéral les a gelé en vue de rassembler les écologistes bien au-delà du seul cercle d'EELV. C'est ce qu'avait exprimé Yannick Jadot après avoir gagné la primaire, c'est qu'il était le candidat des écologistes, et pas seulement d'EELV.

http://avecjadot.fr/
Le Conseil fédéral d'EELV a adopté ce dimanche une motion pour « Rassembler les écologistes » - Cf. texte de la motion en PDF. Il s'agit du socle autour duquel le rassemblement peut s'effectuer, et les personnes de la société civile qui se reconnaissent dans ce texte ont toute légitimité pour se porter candidat(e).

En Languedoc-Roussillon, ce sont 18 des 23 circonscriptions législatives qui ont été investies, les 5 autres restant ouvertes pour des candidatures de rassemblement. Ces circonscriptions se situent dans l'Hérault, mais EELV pourrait prendre en compte des candidatures d'ouverture sur les autres départements si elles s'avéraient synonymes de rassemblement de l'écologie.

Aude 11-01   Claude-Marie BENSON
  11-02   Marie-Laure ARRIPE
  11-03   Stéphane LINOU
Gard 30-01   Dominique ANDRIEU BONNET
  30-02   Béatrice LECCIA
  30-03   Marie-Pierre MERCIER
  30-04   Dirk OFFRINGA
  30-05   Benjamin DECEUNINCK
  30-06   Sibylle JANNEKEYN
Hérault 34-01   Jean-Louis ROUMEGAS
  34-04   Laurent DUPONT
  34-07   Agnès GIZARD-CARLIN
  34-09   Bertrand COISNE
Lozère 48-01   Grégoire de SAINT-JORRE
Pyrénées-Orientales  66-01   Jean-Marc PANIS
  66-02   Véronika DAAE
  66-03   David BERRUE
  66-04   Franck HUETTE

 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 
[1] Tableaux des investitures pour tout le territoire national.