Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/12/2012

Just Doha !

Le protocole de Kyoto est le traité international par lequel 168 pays se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, et qui sont à l'origine du réchauffement climatique. Ce protocole prenait fin le 31 décembre 2012, et la conférence de Doha sur le climat devait permettre de lui donner une suite. Au bout de deux semaines de négociations, les pays participants sont arrivés à un accord de façace. La Russie, le Japon et le Canada s'en sont retirés ; ils rejoignent les Etats-Unis et d'autres pays qui refusent de se fixer des quotas d'émission de gaz à effet de serre. Et au final, les pays signataires de l'accord de cette 18ème conférence internationale sur le climat ne représentent que 15% des émissions mondiales de gaz à effet de serre !

Alors que signifie concrètement cet accord de Doha qui prolonge jusqu'en 2020 le protocole de Kyoto ? Déjà que le problème du réchauffement climatique n'est pas le souci prioritaire de nombreux pays du globe, et pas des moindres ...

L'autre problème non résolu à Doha est le soutien financier à apporter aux pays en développement et qui sont les premières victimes du réchauffement climatique. 100 milliards de dollars devaient être apportés chaque année aux pays du sud jusqu'en 2020. Les pays occidentaux (Union Européenne, Japon, Canada, Russie, ...) rechignent à abonder ce fond de solidarité ; la Chine, le Brésil, l'Afrique du Sud et l'Inde sont au contraire plus déterminés, mais le choix d'une solution collective a été reporté à 2013. Le représentant des Philippines n'aura pas réussi à convaincre tous les participants malgré l'émotion provoquée cette semaine par le passage du typhon Bopha qui a fait plus de 500 morts et des centaines de milliers de sans abri dans son pays.

Il ressort de cette conférence de Doha que les pays les plus riches vont continuer à émettre des gaz à effet de serre afin de conserver leur mode de vie d'enfants gâtés, mais qu'en plus ils se font prier pour aider les victimes de leur lâcheté.

La morale de cette histoire est très bien résumée par la célèbre réplique du film de Sergio Leone [Le bon, la brute et le truand] : "Tu vois, le monde se divise en deux : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses".