UA-122318885-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/12/2015

Après avoir expérimenté une nouvelle forme de campagne, expérimentons une nouvelle forme de gouvernance régionale

Je reviendrai ultérieurement sur l'analyse du scrutin, c'est à dire sur la mobilisation d'entre les deux tours et sur l'interprétation du vote Front National, mais ce qui était attendu ce soir c'est la composition de la future assemblée régionale.

A la tête de la liste réunissant le PS/PRG et le Nouveau Monde en commun de Gérard Onesta, la future Présidente de Région réunit 44,81% des suffrages, devant Louis Aliot à 33,87% et Dominique Reynié à 21,32%. Carole Delga fait élire 93 conseillers régionaux. Il y en a 40 sur la liste de Louis Aliot et 25 sur celle de Dominique Reynié.

Ces 93 élus se répartissent ainsi : 6 dans l'Aude, 10 dans le Gard, 17 dans l'Hérault, 2 en Lozère, 6 dans les Pyrénées-Orientales, 3 en Ariège, 5 dans l'Aveyron, 25 en Haute-Garonne, 3 dans le Gers, 3 dans le Lot, 4 en Hautes-Pyrénées, 6 dans le Tarn et 3 dans le Tarn-et-Garonne.

Pour le Nouveau Monde, sur la liste de premier tour conduite par Gérard Onesta, sont élus les 27 candidats suivants :
  - Kathy Wersinger (EELV) dans l'Ariège
  - Mylène Vesentini (PCF) dans l'Aude
  - Patric Roux (POC) dans l'Aude
  - Guilham Serieys (PG) dans l'Aveyron
  - Jean-Luc Gibelin (PCF) dans le Gard
  - Aurélie Genohler (EELV) dans le Gard
  - Adda Fatma (EELV) dans le Gers
  - Gérard Onesta (EELV) en Haute-Garonne
  - Jean-Christophe Sellin (PG) en Haute-Garonne
  - Serge Regourd (Société Civile) en Haute-Garonne
  - Dominique Satger (PG) en Haute-Garonne
  - Véronique Vinet (EELV) en Haute-Garonne
  - Zina Bourguet (EELV) en Haute-Garonne
  - François Arcangeli (EELV) en Haute-Garonne
  - Marie-France Barthet (Société Civile) en Haute-Garonne
  - Muriel Ressiguier (PG) dans l'Hérault
  - Christian Dupraz (EELV) dans l'Hérault
  - Myriam Martin (Ensemble) dans l'Hérault
  - Nicolas Cossange (PCF) dans l'Hérault
  - Liem Hoang Noc (NGS) dans l'Hérault
  - Marie Piquet (PCF) dans le Lot
  - Yolande Guinle (PCF) en Hautes-Pyrénées
  - Agnès Langevine (EELV) dans les Pyrénées-Orientales
  - Patrick Cases (PCF) dans les Pyrénées-Orientales
  - Romain Pagnoux (EELV) dans les Pyrénées-Orientales
  - Judith Carmona (Société Civile) dans les Pyrénées-Orientales
  - Guillaume Cros (EELV) dans le Tarn

J'ai donné l'étiquette politique de nos futurs élus, pour information, mais je ne désire pas faire le décompte des chapelles. Voilà un futur groupe politique de 27 élus qui pèsera dans les politiques publiques de la Région, mais 27 élus qui se conformeront à la charte éthique et démocratique qu'ils ont tous signé, et qui tenteront de réaliser le projet en commun issu des contributions citoyennes de l'été dernier.

Carole Delga et Gérard Onesta le 10 décembre 2015 à Montpellier (photo : J.-O. T.)

Nous le savons, la nouvelle Présidente de Région n'a pas de majorité régionale sans le groupe du Nouveau Monde. Alors il ne s'agit pas d'être dans le chantage permanent, mais de mettre en place une gouvernance respectueuse des apports respectifs. Et Gérard Onesta place comme priorité la démocratie interne du Conseil régional, préalable à cette gouvernance qui change les pratiques. Gérard Onesta revendique ainsi la Présidence de l'Assemblée, à côté de Carole Delga qui elle sera Présidente de l'exécutif régional. C'est une petite révolution que de séparer ainsi l'exécutif du délibératif, mais notre charte éthique et démocratique visait entre autres à lutter contre cette dérive « présidentialiste » qui verrouille les pouvoirs.

Pas d'apriori négatif sur cette future gouvernance régionale, et il faut miser sur le constat unanime des défenseurs de la République que nous devons tout mettre en œuvre pour donner à nos concitoyens un autre avenir que le rejet de l'autre, que le repli sur soi et que la peur du lendemain. Il n'y a là aucune complaisance vis à vis du PS, juste une main tendue à l'échelle régionale pour sortir du conformisme, du clientélisme et du déni des réalités sociales et environnementales.