Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/10/2010

Cazorla et les élus du Clermontais ignorent les enjeux du haut-débit

Le Président de la Communauté de Communes du Clermontais (CCC), mais qui est aussi le Conseil Général de Clermont l'Hérault, a invité les élus des communes du Clermontais le 7 octobre dernier pour faire le point sur le projet Num'Hér@ult du Département. Son collègue Francis Cros et un technicien du Conseil Général ont présenté les dernières informations sur ce projet, puis ils ont répondu aux questions des élus.

Mais si les principaux villages de l'ouest du Clermontais sont correctement irrigués par de la fibre optique, les villages des bords du Salagou doivent utiliser une technologie radio qui est confrontée à la topologie de leur territoire. Comme l'expliquait Francis Cros, il faut être en visibilité directe du relais radio pour pouvoir disposer du haut débit via une antenne dont les 2000 premiers exemplaires sont offerts par le Conseil Général.

Les élus des communes d'Octon, de Salasc et de Mourèze, entre autres, ont décrit les difficultés pour couvrir certains secteurs de leur commune. A Mourèze, c'est presque toute la commune qui est en zone blanche pour Internet comme pour le téléphone portable ! Et si l'Etat contribue à la couverture d'une dizaine de zones blanches dans le département, l'est du Clermontais qui borde le Salagou n'est pas concerné pour 2011.

Alain Cazorla est resté sans voix face à ces difficultés, se contentant de répéter "qu'est-ce qu'on peut faire ?", et espérant une solution de la part de ses invités du Conseil Général ... Et cet aveu d'impuissance face à cette fracture numérique pénalise un secteur qui est pourtant un axe majeur de notre développement touristique, ces communes étant dans le périmètre du projet de grand site classé du Salagou.

Face à un dilemne identique sur St-Guilhem-le-Désert, la Communauté de communes de la Vallée de l'Hérault (CCVH) a pris l'initiative d'un appel d'offres pour y apporter le haut débit. St-Guilhem-le-Désert est à 7 Km du noeud de raccordement des abonnés (NRA) situé sur la commune d'Aniane, et le technicien du Conseil Général nous a bien expliqué qu'au delà de 3 Km le réseau filaire de France Télecom ne pouvait plus assurer la capacité suffisante pour du haut débit. Le Président de la CCVH, Louis Villaret, a consacré un budget de 100.000 € pour désenclaver St-Guilhem-le-Desert, et c'est France Télécom qui a obtenu ce marché. La CCVH a mis 50.000 €, le Conseil Général a mis 30.000 € et le Conseil Régional a mis 20.000 €.

Je regrette que l'assemblée communautaire ait mis 28.000 € la semaine dernière dans un éclairage à LED multicolores commandées à distance pour les bassins du futur centre aquatique, et que le Président Cazorla en reste à se demander ce que l'on peut faire pour que les communes du bord du Salagou puissent apporter une plus-value technologique dans leur offre touristique ainsi que de permettre l'accès à l'information pour leurs administrés. Mais les élus des communes concernées ont voté eux aussi pour les LED multicolores à 28.000 € en se moquant bien de mes commentaires les appelant à plus de rigueur financière.

Cette note illustre une fois de plus comment la CCC et son exécutif sont dépourvus de toute stratégie de développement économique, agissant plutôt au coup par coup et ne faisant preuve d'aucune audace pour moderniser le territoire tout en lui conservant sa ruralité.