Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/10/2015

Construire des parkings inondables, mais si c'est (encore) possible

Voilà une étrange décision d'un préfet que d'accorder un permis de construire en zone inondable pour la future gare TGV de la Mogère, au sud de Montpellier. Un collectif et de nombreux mouvements dénoncent ce projet dont la gare n'est que le germe ; la métropole de Montpellier y voit là son nouveau puzzle urbain.

prefet_mogere.jpg
Dans l'interview qu'il donne à TV Sud, le prefet de l'Hérault précise que : « S'agissant de l'inondabilité, il y a de fait une petite partie du parking, donc pas du tout une zone habitée, qui se trouve potentiellement dans une zone inondable telle que nous-mêmes l'avons repéré dans le PPRI ». Est-ce vraiment sérieux ? Vous imaginez celles et ceux qui laissent leur voiture pour un déplacement à Paris ou à Lille et qui reviennent le soir pour voir leur voiture inondée ? Et vous pensez que les assurances vont continuer à rembourser des dégâts prévus ? Et puis les drames de ce week-end dans les Alpes-Maritimes montrent bien que même des parkings peuvent devenir des pièges mortels.

Ce projet Gare Sud de France dont le préfet vient de signer le permis de construire est au cœur d'un plus vaste projet urbain : Oz Montpellier Nature Urbaine, projet porté par Jean-Pierre Moure quand il présidait l'Agglomération de Montpellier. Tout cela est dans le prolongement de l'idée fixe de Georges Frêche de voir Montpellier rejoindre la mer ... Mais qu'ils se rassurent tous, avec le réchauffement climatique et la hausse du niveau de la mer, le sud de Montpellier aura bientôt les pieds dans l'eau.

Aujourd'hui, les victimes et les observateurs des conséquences terribles des inondations côtières pointent la responsabilité des services de l’État et des collectivités locales pour leurs décisions prises il y a 20 ou 30 ans. Et c'est donc dans 20 ou 30 ans, quand des drames surviendront sur ces zones-là que nous nous demanderons qui a autorisé ce type de développement urbain, là en zone inondable.

Il n'y a pas si longtemps encore, mais la tradition remonte à la nuit des temps, les anciens construisaient toujours en hauteur, pour prévenir des attaques guerrières, mais aussi pour se mettre à l'abri des risques naturels. Ce type d'urbanisme ancien a donné naissance dans notre région aux villages en circulade, avec un habitat très dense, mais qui est aussi synonyme de plus grande cohésion sociale. Évidemment, construire à flanc de colline coûte plus cher que de poser des légos en plaine, ces bâtiments parallélépipédiques qui se construisent en quelques semaines. Toujours le moindre coût à très court terme ... et personne pour penser les territoires aménagés un demi-siècle plus tard.

Je l'ai certainement raté, mais j'imagine que ces projets vont créer de l'emploi, non ? Imparable !