Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/04/2012

Je voterai et j'appelle à voter pour Eva Joly dimanche 22 avril !

La présidentielle Française éclipse totalement le débat politique au profit de l'élection du "Roi de la République", les sondages et les média ayant contribué pour leur part à focaliser l'information sur cette bataille d'égo qui étonne toutes les démocraties du monde. Dans ce contexte, Eva Joly est totalement à contre-courant, et elle finit même par desservir le message de l'écologie politique (mais au même titre que Dominique Voynet et d'autres).

Le vote du 22 avril ne désignera pas le prochain Président de la République, au pire on peut l'interprétenr comme la sélection des deux finalistes, au mieux on peut y ajouter la possibilité pour les électeurs de vouloir imposer telle ou telle thématique pour le prochain mandat 2012-2017. On pourrait rétorquer que les élections législatives à venir seront l'occasion d'avoir ce débat politique, mais plus avec la même intensité. Aujourd'hui, sept candidats sur dix sont exclusivement dans cette logique là d'anticipation d'un troisième tour social ou électoral.

Aux nombreux ralliements récents en faveur de François Hollande, de Corinne Lepage à Fadela Amara en passant par Martin Hirsch ou Azouz Begag, je retiens pour ma part le soutien de Yann Arthus-Bertrand pour Eva Joly. Et s'il reconnaît à la candidate écologiste du courage et de l'intégrité, il justifie surtout son soutien par un engagement pour la planète, pour la vie et pous les autres.   YAB
Home

Que signifie réellement le vote Eva Joly à l'occasion de ce premier tour ? En quoi se différencie-t-il des autres ? Pourquoi est-il nécessaire ? Eva Joly porte plusieurs messages majeurs au travers de sa candidature, et elle est la seule à le faire. Il y a tout d'abord l'écologie, c'est à dire la préservation de notre biodiversité, la lutte contre le dérèglement climatique (lié depuis plus d'un siècle à nos activités modernes), la relocalisation de l'économie (agriculture, production industrielle, ...), la frugalité dans nos modes de vie pour ne pas avoir à subir les pénuries qui nous pendent au nez (eau, matières premières alimentaires et industrielles, ...), la place centrale de l'homme sur la planète, etc. Sur le plan sociétal, elle veut tomber le masque sur des hypocrisies conservatrices qui accentuent les problèmes plutôt que de leur apporter des réponses évidentes. Légaliser le encadrer la consommation de cannabis en est un exemple. Près de 4 millions de Français consomment du cannabis, mais sa consommation est préoccupante chez les jeunes où elle est l'une des plus élevées d'Europe. Face à cette réalité, c'est à dire à une pratique réelle qui a les même conséquences sur la santé que la consommation du tabac et les mêmes conséquences que l'alcool en matière d'accidentologie, il faut informer et sensibiliser plutôt que de sanctionner. Autre axe déterminant du projet politique d'Eva Joly, c'est l'Europe. La construction européenne s'est arrêtée au milieu du gué, et la crise financière de ces trois dernières années a illustré l'état d'inachèvement de l'Union Européenne. Les premiers à en faire les frais sont les Grecs, sacrifiés sur l'autel des égoïsme nationaux. L'europe de demain doit être gouvernée par des assemblées souveraines, elle doit avoir un budget autonome abondé par une fiscalité spécifique, ses institutions doivent soutenir des politiques publiques économiques mais aussi sociales, et elle doit se nourrir de la diversité des nations qui la compose.

On pourra toujours argumenter que d'autres candidats auraient pu porter plus efficacement tous ces thèmes de campagne, mais le messager est-il plus important que le message ? Nous savions dès le départ que le(la) candidat(e) d'europe Ecologie Les Verts ne serait pas notre prochain(e) Président(e) de la République ; aussi, le bulletin Eva Joly du 22 avril ne peut nullement être interprété comme une intention de la voir demain à l'Elysée.

Dimanche 22 avril 2012, voter Eva Joly sera un avertissement lancé au futur Président de la Républque et à la future représentation nationale au Parlement, il exhortera tous les responsables politiques à ne pas oublier nos engagements internationaux, à respecter les lois adoptées par nos assemblées et surtout à penser à ce que nous laisserons aux générations futures.

Eva_Joly.JPG

13/04/2012

2011-2012, l'écologie politique sort du champ électoral ...

"Entre la gauche molle qui ne promet rien et la gauche folle qui promet tout, je représente la gauche raisonnable" ... Voilà qu'elle se met aux petites phrases choc Eva, la fin de son long chemin de croix lui donnant finalement envie de ressembler aux autres :-(

Décidément, l'écologie politique aura beaucoup perdu pendant cette campagne des présidentielles, avec une candidate que la direction du parti écologiste a porté comme un cache-sexe sur des ambitions politiques personnelles de Cécile, de Jean-Vincent et de quelques autres. Et que dire des législatives qui vont venir ... Avec la soixantaine de circonscriptions réservées sur lesquelles va se concentrer toute l'énergie des instances nationale et régionales, cela donnera un désert militant et médiatique sur les 400 autres circonscriptions nationales.

Prenons le cas de l'Hérault et ses neuf circonscriptions. Europe Ecologie Les Verts est soutenu par le PS sur la 1ère. En retour, Europe Ecologie Les Verts n'a pas présenté de candidat sur les 6ème et 7ème circonscription (à noter que sur la 6ème, c'est un représentant d'EELV qui est le suppléant de la candidate socialiste). Dans ce contexte, une campagne autonome peut-elle prendre tout sa place dans les six autres circonscriptions ? Peut-on imaginer un instant Cécile Duflot ou Jean-Louis Roumégas venir soutenir un(e) candidat(e) opposé(e) à un(e) socialiste quand eux-mêmes sont soutenus [de façon très fragile] par le Parti Socialiste dans leur circonscription ? Et quels messages passeront dans les média ? Surtout si en plus certain-e-s rêvent d'un ministère ...

Or, la planète et ses 7 milliards de bipèdes égoïstes vont de plus en plus mal ... Même si ce n'est pas une préoccupation prioritaire des Français, l'écologie reste le seul espoir de laisser aux générations futures un monde dans lequel ils pourront vivre au moins aussi bien que nous (lire l'article du Monde du 07 avril 2012 : La planète brûle, et ils regardent ailleurs). Heureusement, cette exigence de développement durable s'inscrit de plus en plus dans les politiques publiques des collectivités locales. L'écologie n'est plus la chasse gardée de quelques militants alarmistes, elle se banalise auprès des élus locaux. C'est beaucoup plus vrai dans les grandes villes ... et le comportement de certains élus ruraux tranche d'autant plus.

Bon, vivement l'été !

29/12/2011

Le projet d'Europe Ecologie Les Verts pour 2012

La période se prête assez bien aux lectures attentives, et je me permets donc de poster ici le projet élaboré par Europe Ecologie Les Verts pour les échéances électorales de 2012. Ce projet a mis un an à se construire, mais il émane de tout le réseau coopératif d'Europe Ecologie Les Verts. C'est d'ailleurs l'Agora du réseau coopératif qui a validé ce projet avant qu'il ne soit adopté par le Conseil Fédéral du parti début décembre. Je rappele au passage qu'Europe Ecologie Les Verts est une structure qui s'appuie sur trois piliers ; le réseau coopératif et le parti politique en sont les deux premiers piliers (et on peut être simple coopérateur/trice ou adhérent/e du parti).

Projet_EELV_2012.JPG

C'est sous le titre "Vivre mieux vers la société écologique" que se présente le projet d'Europe Ecologie Les Verts. On s'éloigne ici des programmes politiques qui dressent au préalable un état des lieux économique affligeant pour justifier ensuite une politique sociale tirée au cordeau. Le projet des écologistes est bien d'affirmer en priorité une volonté de progrès sociaux et environnementaux !

Certains y verront là un recueil de projets utopiques, mais nous avons justement besoin d'utopies mobilisatrices pour avancer. La politique, ça doit donner envie de se bouger, de s'engager et de prendre sa part dans les actions mises en oeuvre. Il faut juguler l'abstention et fournir aux électeurs une nouvelle motivation pour aller voter. Et sincèrement, je constate que le projet présenté ici porte les germes d'un nouvel élan démocratique.