Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/05/2017

4ème circonscription de l'Hérault, un candidat écologiste pour l'Assemblée nationale

La campagne des législatives me laisse peu de temps pour alimenter mon blog, quoiqu'il y ait tant de choses à écrire sur l'actualité locale et intercommunale ; mais ça reviendra assez vite ;-)

En tous cas, pour celles et ceux qui suivent ma campagne, ci-après la profession de foi qui sera diffusée par les services de l’État dans toutes les boîtes aux lettres des électeurs de la 4ème circonscription de l'Hérault.

Circulaire_V3.jpg

Une particularité pour cette élection, c'est que les professions de foi et les bulletins de vote qui sont envoyés aux électeurs puis aux mairies doivent être déposés par les candidats à ... Décines-Charpieu, dans le Rhône. Et les commissions de propagande qui valident la conformité du matériel électoral au Code électoral et aux dispositions légales se réunissent le 30 mai, toujours à Décines-Charpieu ! Pour les formations politiques comme EELV dont la production de ce matériel électoral est centralisé sur deux ou trois imprimeries en France, cet envoi ne pose pas de problème. Par contre, pour des candidats indépendants ou ne disposant pas d'un soutien logistique suffisant, ils se voient désavantagés par cette procédure.

En parallèle, le ministère de l'intérieur met en place un site Web sur lequel les candidats peuvent déposer une version électronique de leur profession de foi ; elles seront en ligne à partir du 5 juin. Tout cela laisse à penser que dans un futur proche la propagande électorale se fera exclusivement sur le Web, ce qui serait pour moi un déni de démocratie.

34-04-BV.jpg

Depuis que le premier gouvernement d'Emmanuel Macron a été nommé, la présence de Nicolas Hulot interpelle tous les écologistes. Nous connaissons tous Nicolas Hulot, et il est clair qu'il ne s'agit pas d'une démarche opportuniste. Pourra-t-il avoir l'influence attendue sur les politiques publiques du gouvernement ? Il pèsera d'autant plus que l'élection législative aura envoyé un signal de soutien significatif. Alors les 11 et 18 juin, il faut mettre un bulletin écologiste dans l'urne !

13/05/2017

Un député écologiste sur la 4ème de l'Hérault ; si on veut on peut !

On me demande souvent, « alors, ta campagne est lancée ? » ou « comment on peut te donner un coup de main ? ». En réalité, j'ai été investi par EELV le 12 décembre 2016 pour être candidat sur la 4ème circonscription de l'Hérault, et puis chacun a suivi ce long et tortueux cheminement de la présidentielle puis de négociations unitaires pour les législatives. J'en ressors un peu affecté, car pendant tout ce temps-là nous n'avons pas été réellement en campagne sur le territoire de la circonscription. Pire, l'absence de candidat écolo à la présidentielle ne nous permet pas de nous inscrire dans la continuité d'un processus électoral ; on s'attendrait presque à ce que tous les militants EELV soutiennent d'autres candidats que les leurs ...

Alors il ne m'était pas possible de choisir entre Ganges, Mèze, Gignac, Saint-Mathieu-de-Tréviers, Lodève ou tant d'autres des 99 communes de cette circonscription pour faire une conférence de presse de lancement de campagne ; il n'y en a donc pas et c'est sur la toile que les annonces et autres communications se feront. De toutes façons, nous sommes plus entendus et lus sur le Web que sur un marché ou dans des réunions publiques. Vous nous verrez néanmoins dans les rues de ces communes, sur les places de marchés ou lors d'évènements festifs ou culturels, mais cela ne peut plus être l'unique vecteur de campagne.

C'est en tous cas un plaisir que de faire campagne avec Clothilde, maire de Murles. Je ne dirai pas qu'elle avait suffisamment de temps libre pour faire une telle campagne, mais elle déborde d'énergie (beaucoup le confirmeront) et elle y prendra donc toute sa place.

34-04_AFF_B_R39_Legis17_V1.jpg

Pour cette campagne, vous pourrez nous suivre sur facebook, pour Clothilde comme pour moi, mais aussi sur notre site Web de campagne. Vous y trouverez notre agenda de campagne et des articles sur nos projets.

Enfin, et parce que « l'argent est le nerf de la guerre », vous pouvez nous aider financièrement en faisant un don pour notre campagne. Je rappelle que seules les personnes physiques peuvent contribuer par un don à une campagne électorale, plafonné à 4600 €, et que cela donne droit à 66% de déduction fiscale sur ses impôts sur le revenu. Ainsi, en donnant 100 €, on peut « réduire » sa déclaration de revenus de 66 €. Ces dons sont à mettre à l'ordre de ASSOCIATION DE FINANCEMENT LAURENT DUPONT 2017 et à adresser : 8 rue du château – 34540 Balaruc-le-Vieux ; un reçu sera délivré en retour.

Et tous les soutiens sont les bienvenus !

10/02/2017

Hamon et la pétanque présidentielle à gauche et chez les écologistes

L'étape qui se joue, ou qui pourrait se jouer dans cette séquence présidentielle si Yannick Jadot en venait à se désister pour Benoît Hamon, ressemble beaucoup à une partie de pétanque. Benoît Hamon est une sorte de « cochonnet », et deux équipes veulent se l'accaparer, mais deux équipes que tout oppose. Si demain Yannick Jadot fait valider par les électeurs de la primaire écolo qu'il se retire pour Benoît Hamon, et dans le cadre d'un projet partagé de mandature, nous aurons alors deux appareils politiques, EELV et le PS, et de chaque côté des centaines de candidats aux législatives des 11 et 18 juin qui s'affronteront dans les circonscriptions, mais autour d'un même et unique candidat à la présidentielle, leur « bouchon » (que l'on appelle officiellement le « but » dans le règlement de la pétanque).

petanque.jpg

Du côté du PS, 400 candidats ont déjà été investis, et des dizaines de places sont restées libres pour des partenaires (PCF, PRG, EELV, Divers, ...). Mais sur ces 400 candidats investis par Solférino, près de 300 s'inscrivent dans la politique sociale-libérale de Hollande et Valls. Leur campagne législative, ils ne la feront pas sur le programme de Benoît Hamon, ils s'appuieront surtout sur le bilan du mandat écoulé ainsi que sur leurs réseaux territoriaux (cf. la République des Territoires). C'est ce que vient d'impulser Carole Delga à l'occasion de la réunion du 6 février, avec un « Appel de Carcassonne » signé par toute l'aristocratie socialiste d'Occitanie : 32 parlementaires, 15 candidats aux législatives, 10 maires, 10 conseillers départementaux ou régionaux et les 13 premiers fédéraux.

Pour EELV, il y aura 577 candidats aux législatives (dont seulement 6 sortants : Eva Sas, Sergio Coronado, Cécile Duflot, Laurence Abeille, Jean-Louis Roumégas et Brigitte Allain). Et dans cette démarche proposée par Yannick Jadot de « dépasser les égos et les appareils politiques » pour porter un « projet commun » axé sur « l'écologie, le social et l'Europe », les candidats EELV s'attacheront beaucoup plus à l'avenir qu'au présent (voire au passé).

EELV_PS.jpg

A la pétanque, ce n'est pas le « bouchon » qui l'emporte, mais c'est l'équipe qui se rapproche le plus du « but ». Pour les uns, il faut pointer pour se rapprocher de Hamon et mieux l'encercler, pour le rendre inaccessible ; pour les autres, il faut tenter de le pousser aux limites du terrain pour l'éloigner des tireurs de l'équipe concurrente. Les socialistes et les écologistes sont armés pour une telle partie, car ils ont suffisamment de joueurs (ou de boules à jouer) ; pour les uns ce sont des centaines d'élus socialistes qui tiennent à leur leadership et aux places qui vont avec, quand pour les autres ce sont des centaines de militants qui défendront le projet, des valeurs et une autre façon de faire de la politique. La France Insoumise pourrait aussi être de la partie, sauf qu'il y a Jean-Luc Mélenchon qui est lui-même son propre « but ». Le PCF aussi aurait pu être de la partie, mais il s'est choisi Jean-Luc Mélenchon comme « cochonnet ».

En se mettant en ordre de marche derrière Benoît Hamon, le Parti Socialiste a implicitement accepté la règle du jeu ; pousser leur « bouchon » assez loin pour sauver les meubles. Et ils s'y prêtent sans trop de défections dans leurs rangs. Mais accepteront-ils d'y jouer à deux, voire à trois ? Et si c'est Emmanuel Macron qui se retrouve au second tour le 7 mai, alors l'équipe PS saura aisément changer de « but » :=(