Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/12/2017

Un sursis de 6 mois pour l’UMUPS en Cœur d’Hérault

Le Conseil syndical (SYDEL) du Pays Cœur d’Hérault, réuni ce mardi 19 décembre à Gignac, a voté à l’unanimité un avenant 2017-2018 à la convention d’objectifs et de moyens relative aux modalités de fonctionnement de l’unité mobile d’urgence et de permanence de soins (UMUPS). Cette convention signée en 2013 pour une première expérimentation de deux ans avec l’ARS Languedoc-Roussillon, puis reconduite deux ans de plus de 2015 à 2016, devait prendre fin au 31 décembre 2017. Elle est établie jusqu’à la mise en œuvre opérationnelle d’une nouvelle organisation territoriale des soins de premiers recours sur le Pays Cœur d’Hérault, c’est-à-dire, comme l’a indiquée la directrice de l’offre de soin madame Levrier le 22 novembre à Toulouse, la mise en place d’une antenne SMUR sur le Cœur d’Hérault.

Cet avenant bénéficie pour 2018 des contributions financières de l’ARS d’Occitanie (312 625 €), du SDIS 34 (94 383 €) et des trois communautés de communes du Cœur d’Hérault (25 200 €). Au-delà du volet financier, qui certes permet de maintenir un outil précieux pour la santé publique sur le Cœur d’Hérault, cet avenant témoigne du bien fondé de toutes les mobilisations pour maintenir sur le territoire une unité mobile d’urgence qui a fait ses preuves et qui est vitale pour ses habitants.

Les élus du SYDEL ont aussi voté à l’unanimité l’avenant au Contrat local de santé (CLS) ; il est prolongé jusqu’au 30 juin 2018, échéance qui doit coïncider avec la publication par l’ARS du Programme Régional de Santé (PRS) 2018-2022. La Commission Santé du Pays Cœur d’Hérault, au travers de quatre ateliers thématiques, travaille à l’élaboration d’un nouveau CLS et de conventions spécifiques à intégrer dans ce prochain PRS ; tous les professionnels et acteurs de la santé sur le territoire y sont étroitement associés.

Mais il reste aussi à défendre l’hôpital public, un service de proximité très en difficulté actuellement et qui verra demain des opérateurs privés lui ravir une patientelle locale. Avec une perspective d’un millier de naissances sur le Cœur d’Hérault d’ici une quinzaine d’année (source INSEE), voilà par exemple ce secteur de l’obstétrique et de la périnatalité qui pourrait attirer une clinique privée, alors que le pôle hospitalier de Lodève pourrait très bien ouvrir un service de maternité. C’est l’un des enjeux que la commission de santé du Cœur d’Hérault doit travailler pour conventionner avec l’ARS d’ici l’été 2018.

CLS_Avenant_2017_2018.jpg