Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/11/2015

Salamane, la course au gigantisme commercial continue ...

Midi Libre s’en fait l’écho cette semaine et les conseillers communautaires auront à en débattre prochainement, la zone d’activité économique (ZAE) de la Salamane (au sud-est de du territoire communal de Clermont-l’Hérault) devrait voir sortir de terre un projet commercial avec un hôtel et des magasins (sport, chaussures, électro-ménager, matériaux, jardinerie, …).

La chambre de commerce et d’industrie (CCI) évalue qu’à l’horizon de 2025 l’augmentation de la population va générer une progression du potentiel de consommation, hors inflation et évolution du pouvoir d’achat, soit un potentiel de consommation de l’ordre de 465,6 M€. Et le tourisme génèrera 20 M€ d’apports supplémentaires. Les besoins commerciaux sur le Cœur d’Hérault vont nécessiter 18.000 m2 de grandes et moyennes surfaces (GMS) supplémentaires pour répondre aux besoins des habitants (toujours plus nombreux) et des touristes. Ces besoins commerciaux portent essentiellement sur l’alimentaire, l’habillement, les loisirs, l’automobile et les équipements de la personne et de la maison.

zone_vivante_tanes_basses_salamane.JPG

Mais concentrer le maximum de cette offre commerciale autour du giratoire de l’A75 à Clermont l’Hérault est un choix d’aménagement territorial qui n’a jamais été soumis à la consultation des citoyens ; il n’est que l’affirmation d’une fuite en avant d’élus locaux sans vision à moyen et long terme. Dans cette logique-là, le maire de Brignac porte lui aussi un projet commercial sur la Salamane (de l’autre côté de la route départementale qui va à Canet). Mais le prix qu’il propose pour l’achat du foncier agricole est loin de ce que proposait la Communauté de communes du Clermontais aux agriculteurs de Clermont l’Hérault (10 € le m2), et il y a là des agriculteurs fermement opposés à l’artificialisation de leurs terres agricoles.

En 2009, la Salamane était présentée comme un projet créateur d’entreprises et d’emplois. Or, la plate-forme de Système U n’a pas créée les emplois attendus pour notre bassin d’emplois (la quasi-totalité des 120 emplois viennent de leur site de Vendargues), les entreprises SOCAH et Normand ont simplement déménagé des Tannes Basses (avec leurs employés) ; seul le Leclerc Drive a créé une dizaine d’emplois.

Or, nous aurions tellement plus besoin de voir s’implanter des artisans, des bureaux et des entreprises créateurs de richesses. Dans l'Hérault, et nous savons que les secteurs Agde-Pézenas comme le Cœur d'Hérault sont les lanternes rouges, le nombre de chômeurs de catégorie A (sans aucune activité) a augmenté de +2,5% en un an. Et c'est +4,9% pour les catégories A, B et C, c'est à dire 120.000 personnes en octobre 2015 à la recherche active d'un travail (cf. Pôle Emploi) !

La fièvre consumériste est non seulement une maladie qui dégrade notre planète, et donc notre vie sur Terre à long terme, mais elle aggrave les fractures sociales. Il y avait ce week-end les collectes de la banque alimentaire, et les associations caritatives accueillent de plus en plus de personnes qui en dépendent pour nourrir leur famille ... pendant que d'autres consomment sans en avoir toujours réellement besoin.

Quels projets porte le Conseil communautaire du Clermontais (CCC) pour l'agriculture, pour les circuits courts, pour l'artisanat, pour le commerce de proximité, pour les services à la personne, pour les professionnels du tourisme, etc ? Aucun ! La seule priorité de la CCC pour ce mandat 2014-2020 est de remplir la Salamane, à l'image d'un rentier qui attend de tirer les fruits de son investissement, et là le rentier est aux abois.

24/03/2013

La Communauté de Communes du Clermontais va adopter le dernier budget de ce mandat 2008-2014

C'est le sixième budget que les élus communautaires élus au printemps 2008 vont voter le 27 mars à Clermont l'Hérault. A côté du budget général, il y a les budgets annexes de 6 ZAC (La Barthe et Vareilhes à Paulhan, la Salamane, l'Estagnol et le PAEVHE à Clermont l'Hérault, et la Lergue à Ceyras), mais aussi ceux de l'office de tourisme, du service urbanisme, de l'aire d'accueil des gens du voyage, du service d'assainissement non collectif et du centre aquatique.

Budgets.JPG

Sur le budget général, qui est la colonne vertébrale de l'édifice budgétaire intercommunal, c'est surtout son expansion depuis 6 ans qui est le fait marquant :

communauté de communes du clermontais,budget

Les charges à caractère général du compte administratif 2007 s'élevaient à 757 k€ et les charges de personnel à 2,37 M€. Et pour le budget primitif de 2013, ces postes s'élèvent respectivement à 1,6 M€ et à 6,1 M€. Ces deux postes suffisent à mesurer l'inflation du budget général qui, et c'est important de le souligner, s'ajoute à des budgets annexes qui ont eux aussi enflé pendant ce mandat (Salamane, Centre aquatique, SPANC, ...). Pour le budget général, c'est essentiellement la petite enfance et la jeunesse qui justifient cette augmentation significative. Et cela témoigne du renforcement de l'activité sociale de la Communauté de communes, alors qu'elle était à l'origine dédiée au développement économique.

Si j'ajoute au budget général les cinq budgets annexes hors ZAC, c'est à dire des budgets annexes qui recourent souvent à des subventions d'équilibre (*), le graphique ci-dessous illustre l'accroissement de leurs principales dépenses (charges à caractère général et personnel) et recettes (produits des servcies, impôts et taxes) de fonctionnement :

communauté de communes du clermontais,budget

La principale difficulté pour dégager une synthèse budgétaire sincère, c'est de surfer entre les opérations d'ordre, les mouvements de stocks, les charges financières et les restes à réaliser reportés. Par contre, les charges courantes, les charges de personnel, les produits des services, les taxes et les impôts sont d'une part des chapitres de fonctionnement dont l'interprétation soulève peu d'ambiguïté, et d'autre part des indicateurs de fonctionnement très objectifs. Et le graphique ci-dessus indique que ces budgets de fonctionnement dégageraient un autofinancement brut d'environ 4,2 M€ dont il faut déduire 671 k€ de remboursement d'emprunts (budget général, centre aquatique et aire des gens du voyage) pour évaluer la capacité d'investissement de la Communauté de communes.

Mais la réalité n'est pas aussi idéale et le budget général affiche près de 4,6 M€ de charges de gestion courante de fonctionnement (non répercuté dans le graphique précédent). Cela couvre les subventions d'équilibre vers certains budgets annexes déficitaires, mais aussi des contributions et des participations dans diverses structures externes (SDIS, Pays Coeur d'Hérault, Synd. de Gestion du Salagou, Synd. de Gestion du Bassin du Fleuve Hérault, Syndicat Centre Hérault pour les déchets, PLIE Coeur d'Hérault, Mission Locale Jeunes, Mutualité française, SCOT, ...). L'efficacité globale de ces structures n'est jamais évaluée, aucun indicateur ne permet d'indiquer si par exemple la préservation de l'environnement ou le développement économique profite efficacement des sommes ainsi injectées. La Communauté de communes consacrait 2,4 M€ à ces charges de gestion courante en 2007, et le doublement de cette somme en cinq ans nécessitera d'en faire un bilan prospectif.

Il reste les budgets annexes des zones d'activités (essentiellement orientés vers de l'investissement) qui sont normalement destinés à s'équilibrer à long terme. Par contre, je ne dispose pas de suffisamment d'historique sur les budgets de ces ZAC pour en dresser le bilan comptable. Par ailleurs, l'équilibre financier de ces budgets annexes passe par des mouvements de stocks (achat et vente de foncier), par des opérations financières (emprunts et remboursements) ainsi que par des transferts avec le budget général, autant d'opérations budgétaires qui n'aident pas à la clarté.

Il en est ainsi de la ZAC de la Lergue pour laquelle l'Assemblée Communautaire avait adopté le 19 décembre 2012 la vente de l'usine de la Planque pour un total de 120.000 €. Les modalités de cette vente s'échelonnent sur 5 ans, ce qui va conduire à faire survivre un budget annexe simplement pour formaliser des écritures comptables qui vont alimenter le budget général.

La ZAC du PAEVHE (Tanes Basses) est dans la même situation que la Lergue puisque la commercialisation des lots est achevée et qu'il reste encore quelques opérations. On retrouve là aussi des écritures comptables assez formelles et un versement final vers le budget général de 422 k€. Mais pour la Lergue comme pour le PAEVHE, il faudra demander aux services de la Communauté quel est le bilan global de ces investissements.

Une troisième ZAC est actuellement gelée, c'est la ZAC de Vareilhes à Paulhan. La Communauté a fait l'acquisition de tous les terrains qui constituent ainsi une réserve foncière. Le budget général abonde le budget annexe pour payer les remboursements d'emprunt ; les commercialisations futures permettront de renvoyer l'ascenseur vers le budget général.

La ZAC de l'Estagnol créée en avril 2007 consacre un peu moins de 8 hectares à des activités de loisir et de sport. Outre le stade de Clermont l'Hérault et le Centre aquatique intercommunal, la SCI L'ESTAGNOL a acquis une parcelle de 2311 m2 au prix de 335 095 € en vue d'y construire un bowling. Mais il n'y a pas d'autres travaux de prévus sur cette ZAC pour les prochaines années (et de toutes façons il n'y a plus de parcelles cessibles), et l'emprunt de 2 M€ contracté en 2011 semble dépasser les besoins de la ZAC (après cette vente), l'encourt pouvant donc être transféré au budget général pour couvrir d'autres investissements.

Si les deux premières tranches de la ZAC de la Barthe ont été entièrement commercialisées, c'est la troisième et dernière tranche qui fait désormais l'objet de travaux d'aménagement en vue de commercialiser des parcelles. Le budget 2012 était à l'équilbre, mais le budget 2013 prévoit un excédent (encore un emprunt dont l'encours n'est pas mobilisable immédiatement) qui devrait être transféré au budget général.

La ZAC de la Salamane termine le chapitre des zones d'activité. Deux ans après sa création, il est bien trop tôt pour tirer un bilan, même provisoire. Deux emprunts de 8,12 M€ et de 4,6 M€ ont été contractés, une subvention de 999 k€ a été perçue, et le reste est constitué d'acquisition de terrains, de travaux d'aménagements, de ventes (4,2 M€ à Système U) et de promesses de vente. Il faudra encore attendre quelques années pour dresser un bilan financier de cette ZAC.

En conclusion, je tiens d'abord à remercier les services de la Communauté pour l'exhaustivité des données et des explications qui sont jointes aux documents de séance. Sur le fond, seul un expert comptable pourrait présenter une analyse objective de ces documents, et je me contente seulement de grossir le trait sur tel ou tel point. Les sommes importantes affichées sur ces 12 budgets nécessiteront d'en évaluer l'usage au regard des missions de notre établissement de coopération intercommunale, et cette culture de l'évaluation fait cruellement défaut.

- - - - - - - - - - - - - -
(*) Le budget général abonde en subventions d'équilibre les budgets de l'aire d'accueil des gens du voyage (88 419,20 €), du Centre aquatique (1 047 011,90 €) et de l'Office de tourisme (259 717,38 €).

15/12/2012

ZAC de la Salamane, le commerce Clermontais franchit l'A75

Lors de la prochaine Assemblée Communautaire du mercredi 19 décembre, trois ventes seront soumises au vote des délégués communautaires pour la ZAC de la Salamane.

Un premier lot de 21.913 m2 sera vendu 77 €/m2 à la société SAS VIVALAU pour y implanter un complexe commercial à dominante alimentaire, un centre d'entrerien et de réparation automobile, une station de distribution de carburant, un centre de lavage automobile ainsi qu'un ensemble de cellules commerciales. La vente est fixée à 1.687.301 €.

Un second lot de 18.211 m2 sera vendu 77 €/m2 à un consortium de sociétés (MR FINANCE + GROUPE MONTELEONE + IMMO MC SPORTES) pour y implanter un complexe commercial comportant un pôle équipement de la maison, une surface commerciale d'équipement de sport ainsi qu'un ensemble de cellules commerciales. La vente est fixée à 1.479.247 €.

Un troisième lot de 26.000 m2 sera vendu 85 €/m2 à MM Franck et Damien PEREZ pour y implanter un magasin de bricolage "Entrepôt du bricolage" et une jardinerie. La vente est fixée à 2.125.000 €.

Ces trois ventes s'ajoutent aux ventes déjà effectuées, soit 24.438 m2 pour 45 €/m2 à la société SOCAH et 204.698 m2 à Système U pour 21 €/m2. Cf. plan parcellaire de commercialisation des lots de la Salamane fourni par la Communauté de Communes du Clermontais :

Ventes_au_19_12_2012_bis.jpg

Financièrement, le total de ces ventes est de 10.689.916 € ; ce sont des recettes qui vont commencer à compenser les 17 M€ investis dans cette ZAC.8

En parallèle, la Société Publique Locale d'Aménagement (SPLA) Terriroire 34, qui réalise des opérations d'Aménagement pour le Conseil général de l'Hérault, envisage de réaliser sur la partie Est de la ZAC de la Salamane un pôle de services destiné à héberger différents organismes publics actuellement disséminés sur tout le territoire et qui sont demandeurs de locaux mieux adaptés à leurs missions (Syndicats mixes, associations d'insertion, organismes de formation, ...).

Mais le développement de ces activités commerciales des deux côtés de l'A75 va considérablement modifier le trafic automobile à hauteur de l'échangeur de Clermont l'Hérault, ainsi que sur la route départementale qui relie la commune de Canet au centre de Clermont l'Hérault. Pour ceux qui connaissent la sortie Montpellier-Est sur l'A9, qui dessert la route des plages d'un côté et la zone commerciale d'Odysseum ainsi que le Millénaire de l'autre, le Clermontais présentera de moins en moins le paysage rural et viticole qui le caractérisait jusqu'à présent ... Mais c'est un choix de développement qui a ses promoteurs :=(