Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/10/2009

A Clermont l'Hérault, le socialiste Cazorla se sépare du Vert Saez

L'encre du procès-verbal du conseil municipal de la commune de Clermont l'Hérault du 6 octobre est à peine sèche, et le tampon du représentant de l'Etat n'étant même pas encore apposé sur le point n°5 de son ordre du jour, que Gérard Saez était dès ce soir remplacé par un autre élu Clermontais à la réunion de la commission environnement de la communauté des communes ce mercredi 7 octobre. Le premier adjoint de Clermont l'Hérault ajouta virilement en ouverture de séance qu'il avait lui-même ajouté le nom de son collègue sur la feuille d'émargement, et que ce dernier reprenait toutes les délégations de Gérard Saez.

Ce n'est pas à propos des personnes concernées que je souhaitais réagir, car il n'y a aucune animosité entre nous, mais c'est avant tout sur le message véhiculé par cette permutation. La pluralité d'opinions qui peut s'exprimer au sein d'une équipe, et qui en assure d'ailleurs une meilleure adéquation avec les préoccupations de la population, est ici balayée d'un revers de main pour simplement assurer le leadership d'un président-maire-conseiller-général. Mais c'est s'exonérer un peu rapidement de la volonté des électeurs qui ont élu cette équipe en mars 2008, pour son projet mais aussi pour sa diversité. Le projet de ZAC à la Salamane avait été caché aux électeurs, mais aussi aux colistiers d'Alain Cazorla, et cela pose la question de la démocratie représentative. Dans notre modèle républicain, les citoyens ne signent pas de chèque en blanc à leurs représentants, ils les désignent à l'occasion d'une élection où ceux-ci ont présenté une vision, des objectifs et un programme.

J'invite tous les électeurs de Clermont l'Hérault à prendre la mesure de cette dérive démocratique. Ils seront appelés aux urnes dans 6 mois, et ils auront alors l'occasion de sanctionner à la fois la méthode et le projet.