Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/06/2010

La SAFER tire elle aussi le signal d'alarme

Le prix moyen des terres était à 6.350 € l'hectare dans la région en 2009, il est proche de 100.000 € à la Salamane ... La SAFER place les politiques face à leurs contradictions !

 


Midi Libre - Édition du mercredi 9 juin 2010


La Safer dénonce le gaspillage des terres

Photo Ch. GAYRAUD

Foncier : La Safer dénonce le gaspillage des terres


RAPPEL : La Société régionale d'aménagement foncier et d'établissement rural est le premier acteur sur le marché des terres

« Le paysage est en train de se miter et les gens ne voient pas ce qui se passe. En quinze ans, notre région a consommé 7,5 % de son foncier rural, soit trois fois plus que l'Allemagne. Dans ce pays, quand on fait un parking de supermarché, c'est toujours dessus ou dessous, mais pas à côté comme ici. On est en état d'alerte, et on le dit ! » , s'enflamme Dominique Granier, le président de la Safer Languedoc-Roussillon.
Le directeur général, Jean-Philippe Tronche estime qu'il s'agit « d'une question de société » et l'ensemble des dirigeants de la Safer en sont réduits au constat : « Les actes des politiques ne suivent pas les discours... » De fait, routes, autoroutes, chemins de fer, zones d'activités et lotissements envahissent de plus en plus l'espace rural.
Déjà soumis à une forte pression démographique, le Languedoc-Roussillon aggrave son cas par la structure même de ce foncier rural menacé de finir en peau de chagrin.
L'exploitation directe des terres (70 % des agriculteurs sont propriétaires, contrairement à la situation des pays de polyculture et d'élevage où le fermage domine) et leur morcellement facilitent ces agressions, sans oublier les effets de la crise viticole.
Selon la Safer, il est urgent de réaliser « un nouveau remembrement qui permettrait de réorganiser ce foncier éclaté, en parallèle avec l'irrigation qui autorisera la diversification des cultures ». Ainsi les spécialistes de l'aménagement rural espèrent qu'ils pourront rééquilibrer un marché des terres qui - d'autant plus depuis la crise - ne manque pas d'investisseurs potentiels, mais peine à trouver les agriculteurs prêts à s'installer.
Dans ce contexte, le prix moyen des terres est resté stable dans la région en 2009 (6 350 € l'hectare) avec des nuances : hausse des prix dans l'Aude et l'Hérault, baisse dans le Gard et les P-O et stagnation en Lozère.

[source : http://www.midilibre.com/articles/2010/06/09/ECONOMIE-ML-...]

Patrick NAPPEZ

09:42 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : artificialisation

09/06/2010

La préservation des terres agricoles est devenue un enjeu prioritaire, Nicolas Sarkozy et son ministre Bruno Lemaire s'y sont engagés. Ce dernier l'a rappelé hier à Perpignan.

« La taxe sur la vente de terrains agricoles nus devenus constructibles et son produit d’environ 40 millions d’euros, affecté à l’installation des jeunes agriculteurs, est nécessaire » a déclaré Bruno Lemaire, le Ministre de l'Agriculture, à l'occasion du Congrès des Jeunes Agriculteurs le 8 juin à Perpignan. « Il est anormal que chaque jour nous perdions 200 hectares de terres agricoles soit l'équivalent d'un département tous les dix ans, a-t-il martelé. « C'est un dispositif qui doit permettre de limiter la disparition des terres agricoles, c'est une taxe sur la spéculation du foncier agricole », avait déjà souligné M. Le Maire.

Ces propos qui suivent ceux du Président Sarkozy affichent une farouche volonté de lutter contre l'artificialisation des terres agricoles. Dans un tel contexte, le projet de ZAC à la Salamane est un contre-sens total, et l'avis favorable émis par le sous-préfet le 1er juin dernier en devient incompréhensible, surtout quand les services de l'Etat, eux, ont suivi la ligne dictée par leur ministère.

Lire la suite