Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/12/2017

Un sursis de 6 mois pour l’UMUPS en Cœur d’Hérault

Le Conseil syndical (SYDEL) du Pays Cœur d’Hérault, réuni ce mardi 19 décembre à Gignac, a voté à l’unanimité un avenant 2017-2018 à la convention d’objectifs et de moyens relative aux modalités de fonctionnement de l’unité mobile d’urgence et de permanence de soins (UMUPS). Cette convention signée en 2013 pour une première expérimentation de deux ans avec l’ARS Languedoc-Roussillon, puis reconduite deux ans de plus de 2015 à 2016, devait prendre fin au 31 décembre 2017. Elle est établie jusqu’à la mise en œuvre opérationnelle d’une nouvelle organisation territoriale des soins de premiers recours sur le Pays Cœur d’Hérault, c’est-à-dire, comme l’a indiquée la directrice de l’offre de soin madame Levrier le 22 novembre à Toulouse, la mise en place d’une antenne SMUR sur le Cœur d’Hérault.

Cet avenant bénéficie pour 2018 des contributions financières de l’ARS d’Occitanie (312 625 €), du SDIS 34 (94 383 €) et des trois communautés de communes du Cœur d’Hérault (25 200 €). Au-delà du volet financier, qui certes permet de maintenir un outil précieux pour la santé publique sur le Cœur d’Hérault, cet avenant témoigne du bien fondé de toutes les mobilisations pour maintenir sur le territoire une unité mobile d’urgence qui a fait ses preuves et qui est vitale pour ses habitants.

Les élus du SYDEL ont aussi voté à l’unanimité l’avenant au Contrat local de santé (CLS) ; il est prolongé jusqu’au 30 juin 2018, échéance qui doit coïncider avec la publication par l’ARS du Programme Régional de Santé (PRS) 2018-2022. La Commission Santé du Pays Cœur d’Hérault, au travers de quatre ateliers thématiques, travaille à l’élaboration d’un nouveau CLS et de conventions spécifiques à intégrer dans ce prochain PRS ; tous les professionnels et acteurs de la santé sur le territoire y sont étroitement associés.

Mais il reste aussi à défendre l’hôpital public, un service de proximité très en difficulté actuellement et qui verra demain des opérateurs privés lui ravir une patientelle locale. Avec une perspective d’un millier de naissances sur le Cœur d’Hérault d’ici une quinzaine d’année (source INSEE), voilà par exemple ce secteur de l’obstétrique et de la périnatalité qui pourrait attirer une clinique privée, alors que le pôle hospitalier de Lodève pourrait très bien ouvrir un service de maternité. C’est l’un des enjeux que la commission de santé du Cœur d’Hérault doit travailler pour conventionner avec l’ARS d’ici l’été 2018.

CLS_Avenant_2017_2018.jpg

10/11/2017

UMUPS, il y a urgence à la transformer en SMUR

Ce vendredi soir à Clermont-l'Hérault, près d'une centaine de personnes étaient réunies dans la salle Georges Brassens pour évoquer la fin programmée de l'UMUPS (Unité Médicale d'Urgence et de Permanence de Soins) ; l'expérience débutée en 2013 prend fin au 31 décembre 2017. Le docteur Laurent Garcin a donné la genèse de cette UMUPS, il a expliqué comment elle intervenait au quotidien sur tout le territoire du Coeur d'Hérault, avec un taux d'intervention moyen de 3,9 par jour, pour une moyenne nationale de 3,6.

L_Garcin_FI.jpg

C'est l'ARS (Agence Régionale de Santé) qui finance ces services d'urgence (SAMU, SMUR et UMUPS), et les prises de parole dans l'assistance convergeaient toutes vers la nécessité de peser sur elle pour que le Cœur d'Hérault ne se retrouve pas au 1er janvier sans unité mobile d'urgence. Les collectivités locales délibèrent. Une association d'usagers, le comité des usagers du service public du Cœur d'Hérault, a lancé une pétition qui réunit déjà plus d'un millier de signatures, qui va sur le marché pour informer et pour mobiliser.

Alors si l'appel à faire passer le message et à mobiliser pour peser sur l'ARS est fondé, il n'en reste pas moins que l'ARS aura beau jeu de pointer les divisions sur le Cœur d'Hérault. Sur le Clermontais comme sur le Lodévois, les élus ont délibéré (des motions différentes), les citoyens se mobilisent (sur des objectifs différents) et des pétitions recueillent des milliers de signatures, mais les uns pour que l'UMUPS basée à Clermont-l'Hérault devienne une antenne SMUR, et les autres pour qu'un service d'urgences soit créé à l'hôpital local de Lodève. Évidemment, l'ARS ne donnera pas de suite favorable à ces deux revendications-là en 2018.

Il est urgent que les associations citoyennes se rencontrent. Il est urgent aussi que les élus trouvent un consensus avec une délibération commune. Ce n'est qu'à partir du moment où l'ensemble du territoire sera mobilisé sur un même objectif que le message s'imposera à l'ARS. Comme le disait le Dct Garcin ce soir, l'ARS d'Occitanie finance des antennes SMUR qui font 500 sorties par an, alors que l'UMUPS en fait le triple ...

Le temps presse ! Au 1er janvier, les personnes qui appellent le 15 depuis le Cœur d'Hérault ne verront pas de véhicule d'urgence médicale arriver en moins de 45 minutes, au lieu de 17 minutes actuellement avec l'UMUPS ; c'est revenir 5 ans en arrière. « L'union fait la force », alors faisons en sorte que ce ne soit pas qu'un slogan.

10/05/2017

Services d'urgence et permanence des soins, Guy Lassalvy et Jean-Claude Lacroix se veulent être au centre du Coeur d'Hérault ...

La séance du Conseil communautaire du Clermontais a débuté ce mercredi 10 mai par une intervention de Guy Lassalvy, du docteur Laurent Garcin et de la directrice de l'hôpital local de Clermont l'Hérault, madame Florence Fries. L'objet de cette intervention était d'informer les élus et de les mobiliser pour les aider à structurer et à pérenniser l'unité médicale d'urgence et de permanence de soins (UMUPS) créée en mars 2013 à Clermont-l'Hérault. A l'époque, un Contrat local de santé était signé par le Pays Cœur d'Hérault et l'Agence Régionale de Santé (ARS) ; l'UMUPS était et reste toujours une expérience exemplaire en France.

Tribune_Santé_V2.jpg

Ce Contrat local de santé signé pour trois ans prenait fin au début de l'année 2016. Il avait ensuite été prorogé pour deux ans, mais Guy Lassalvy (Président de la commission « Santé » du Pays Cœur d’Hérault nous informait ce soir que cela fait quatre mois que l'ARS est aux abonnés absents ; le docteur Garcin était lui aussi en attente de réponses. Ils craignent tous deux que l'ARS qui a déménagé à Toulouse cesse de soutenir ce projet, d'où leur présence ce soir pour que l'assemblée communautaire adopte une motion de soutien, et puis que les communes en fassent de même.

Je suis intervenu pour dire que les propos entendus à la tribune étaient les mêmes que ceux entendus à Lodève à l'occasion d'autres réunions. La directrice de l'hôpital de Clermont l'Hérault expliquait que l'UMUPS et que la maison médicale de garde étaient des composants d'un véritable écosystème des soins, attractif pour les professionnels de santé ; les mêmes arguments sont portés à Lodève. Alors qu'en 2012 l'ARS avait autorisé le Centre d’Accueil et de Permanence des Soins (CAPS) de l'hôpital de Lodève de devenir un véritable service d'urgence, l'agence revenait sur sa décision en septembre 2015. Le Groupement Hospitalier Territorial (GHT) de l'Aveyron et du Nord Hérault impose par ailleurs une organisation des offres de soins qui prive le Lodévois de structure d'urgence. 

Et ce que j'ai reproché à Guy Lassalvy, qui préside pourtant la commission Santé du Pays Cœur d'Hérault, c'était de ne pas présenter sa motion au Syndicat de développement du Pays, mais à la seule Communauté de communes du Clermontais. Guy Lassalvy attend des élus du Clermontais qu'ils se mobilisent, mais ceux du Lodévois sont mobilisés eux-aussi, la Communauté de communes du Lodévois-Larzac et de nombreuses communes de ce territoire ont délibéré dans ce sens (cf. délibération de la CC du Lodévois-Larzac).

manif sante 05 2017-1.JPG

Un collectif pour des urgences hospitalières à Lodève s'est constitué ces derniers mois, il informe et mobilise les citoyens du Lodévois, et son objet est bien légitime. L'un de ses représentants, Thierry Bousquel, est d'ailleurs venu à la réunion du Conseil de développement du Pays Cœur d'Hérault, le 6 mai à Lodève, pour justement étendre la question des urgences à l'ensemble du territoire du Coeur d'Hérault. Ce soir, Guy Lassalvy expliquait que Clermont l'Hérault était en position centrale, l'UMUPS pouvant très vite transférer des cas graves sur les urgences de Pézenas ou de Montpellier. Mais si quelqu'un a un accident à Saint-Privat, à Sorbs ou à Romiguières combien de temps mettra l'UMUPS pour se rendre sur place et ensuite pour rejoindre Montpellier ou Pézenas ?

Guy Lassalvy a indiqué que l'hôpital de Lodève ne serait jamais en capacité de traiter une urgence comme un infarctus, une pancréatique ou même une fracture osseuse. Je lui ai opposé qu'il fallait s'en donner les moyens, mais il a répondu qu'il fallait « cesser de rêver à l'impossible ». Et le docteur Garcin d'insister sur l'obligation d'économie de moyens. Nos collègues du Lodévois qui délibèrent pour des urgences à Lodève seraient-ils des ânes ?

Au final, le président Jean-Claude Lacroix a demandé à tous les conseillers communautaires s'ils étaient d'accord pour voter la motion ... motion dont le texte n'avait pas été rédigé et qui le serait donc ultérieurement dans l'esprit des propos de Guy Lassalvy. Et il n'a même pas procédé au décompte des pour, des contre et des abstentions.

C'est véritablement indigent de procéder ainsi, autant sur la forme que sur le fond. Sur la forme, cette intervention en ouverture de séance ne permettait pas un débat sérieux, et en gros on demandait aux élus du Clermontais de se mobiliser pour un projet Clermontais. Sur le fond, la question ne peut pas être étudiée qu'à l'échelle de notre intercommunalité ; un vrai travail de concertation et de proposition avec tous les acteurs locaux de santé, avec les citoyens et avec les agences de l’État est un préalable à toute décision.

Les trois intercommunalités du Coeur d'Hérault, le Clermontais, la Vallée de l'Hérault et le Lodévois-Larzac sont en constante concurrence, chacune voulant tirer la couverture à soi. Cela vaut pour le développement économique, pour le tourisme, pour la mobilité, ... mais aussi pour la santé ; et là c'est irresponsable !