Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/03/2014

Terminal fruitier de Sète, chercher l'erreur ...

C'est en 2011 que le Président de Région Christian Bourquin est venu inaugurer le projet de Georges Frêche, doter la région Languedoc-Roussillon d'un outil économique qui boosterait le développement local autour du bassin de Thau. C'est un entrepôt de 26.232 m2 destiné à l'importation de fruits, ce terminal d'une capacité de 500.000 tonnes par an est l'un des plus beaux d'Europe selon son Président Marc Chevallier. C'est un bijou de la logistique du froid qui a été construit par GF Group, filiale de l'italien Orsero, avec des espaces de stockage ultra-modernes. Le coût pour la Région est de 20 millions d'euros.

terminal_fruitier_sete.JPG

Il s'y ajoute la construction d'un deuxième quai de 467 mètres et de deux portiques à conteneurs qui sont livrés en ce début d'année 2014 (à 6 millions l'unité). A l'époque de Georges Frêche, la Région Languedoc-Roussillon avait budgétisé 300 millions d'euros pour moderniser et développer el port de Sète.

Mais la société israélienne Agrexco a fait faux bond dès le départ du projet, et ce terminal qui devait occuper 200 personnes n'a jamais dépassé la vingtaine d'employés pour des projets commerciaux incertains. Et le terminal vient de fermer définitivement !

Agrexco_Orsero_Lettre_M_2014.JPG

Ce terminal fait partie de tous ces grands projets inutiles, comme l'aéroport Notre-Dames-des-Landes ; l'outil est censé susciter le besoin et plus l'outil est pharaonique et plus les perspectives sont alléchantes. Mais au final, c'est le contribuable qui paye des sommes astronomiques pour enrichir des bureaux d'études, des cabinets d'experts, des grands groupes du bâtiment, et avec un retour sur investissement catastrophique. Cf article du journal Les Echos sur les investissements "dingues" qui plombent les finances des villes.

Le scrutin des municipales témoigne du désaveu des citoyens vis à vis de leurs représentants élus : plus confiance, ils sont tous pareils, ils ne changent rien, etc.

21/07/2011

Agrexco fait faux bond à Sète, laissant un entrepôt de 20.000 m2 et le rêve de 200 emplois ...

Cela devait permettre au port de Sète de devenir l'une des principales plateformes portuaires de la méditerranée, et le Conseil Régional a tout fait pour que la société israélienne Agrexco vienne s'installer en Languedoc-Roussillon. A la clé, 200 emplois qui justifiaient de fermer les yeux sur les conditions sociales et politiques dans lesquelles les fruits et légumes étaient conditionnés dans des colonnies de Palestine.

Mais Agrexco fait face à de grosses difficultés financières, avec une dette de 106 M€ pour un CA 2010 de 489 M€. Cette défection de dernière minute ne semble pas inquiéter les élus du Conseil Régional qui sont optimistes pour trouver un repreneur. A noter dans la bouche du Président Christian Bourquin qu'il existe un marché pour cette filière d'importation (et une peau de banane pour les circuits courts) dans une économie libérale (et une autre pour la régulation du capitalisme mondialisé que nous chantent les prétendants socialistes pour 2012).

 
Le fiasco d'Agrexco à Sète par cimadelr

Voilà ce qui peut arriver quand, aveuglés par la carotte au bout du bâton, on déroule le tapis rouge à des sociétés qui ne suivent que leur intérêt particulier ...