Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/01/2017

Agriculture, changeons nos habitudes alimentaires, nos modes de consommdation et les pratiques de production

La seconde épizootie de grippe aviaire, H5NI ce mois-ci et H5N8 au printemps 2016, déciment les élevages de palmipèdes et de gallinacées dans de nombreux départements du Sud-Ouest. Le virus se propage très facilement ; une plume ou une fiente d'un animal infecté peut se coller à un vêtement, à un outil ou à la roue d'un véhicule, et ainsi contaminer un élevage voisin. L'abatage de tous les volatiles des élevages, le nettoyage sanitaire des installations et la mise en place de procédures d'hygiène fort contraignantes devaient déjà venir à bout de l'épizootie de 2016, mais les oiseaux migrateurs transportent le virus, et les élevages des zones survolées sont particulièrement fragilisées. 

Et si aujourd'hui c'est la grippe aviaire qui fait l'actualité, il y a deux ans c'était la bactérie Xylella fastidiosa qui provoquait la maladie de Pierce, s'attaquant entre autres aux oliviers ; les régions méditerranéennes dont la production d'huile d'olive est prépondérante ont alors vécu un désastre économique. Les maladies ont un impact massif sur les cultures, et nous le savons bien ici dans une région viticole, mais l'impact est d'autant plus fort qu'un territoire et que des exploitations agricoles misent tout sur une seule culture dont les pratiques sont industrialisées. Le prix du lait qui chute, les coûts de production en Allemagne sur le prix du cochon ou un printemps trop arrosé, et voilà toute une région qui met ses ouvriers agricoles au chômage technique, qui met en péril les exploitations et qui décourage durablement des vocations.

Agriculture.jpg

L'agriculture française n'a plus la physionomie qu'elle avait jusque dans les années 70, et elle n'a plus non plus des hommes d’État comme Jules Méline [1883-1916] ou comme Edgar Pisani [1961-1966]. Il y a un siècle, Méline estimait que l'agriculture était le tronc et les racines d'une économie française dont les filières industrielles étaient les branches et les feuilles ; tout l'inverse aujourd'hui.  Il avait d'ailleurs mis en place des droits de douane significatifs pour restreindre l'arrivée des produits américains (plus de 100 ans avant le CETA et le TAFTA). Et jusqu'en 1992, date de la réforme de la politique agricole européenne, il existait même un modèle français. Cela a été le renoncement, en 1992, à une politique de soutien des prix et d'organisation des marchés, au profit d'une commercialisation dans un marché mondialisé ouvert et où les agriculteurs perçoivent des aides personnalisées compensatoire. Le modèle américain (cf. Farm Bill) s'impose alors, les agriculteurs ne produisent plus pour répondre aux besoins des consommateurs mais ils se positionnent en fonction des primes de chaque filière. Aujourd'hui, un entrepreneur agricole ne fait plus que travailler pour des donneurs d'ordres, le piège bancaire toujours prêt à se refermer, et avec des partenaires (semences, chimie, ...) qui les contrôlent.

Je suis profondément convaincu que l'agriculture doit redevenir le socle de notre modèle économique, car elle est pourvoyeuse d'emplois locaux, qu'elle assure notre indépendance alimentaire, que nous pouvons lui appliquer des exigences de haute qualité alimentaire et qu'elle modèle nos paysages, protège notre environnement (quand elle est bio) et concoure à l'image de la France dans le monde. En même temps, le retour à une polyculture familiale ne répond pas aux besoins de la consommation actuelle.

En premier lieu, il est indispensable de changer nos habitudes alimentaires. Nous mangeons trop, et nous mangeons mal ! L’État a son rôle à jouer, et c'est ce que fit Pierre Mendès-France en 1954 avec le verre de lait distribué à tous les écoliers de France. Il s'agissait alors de lutter contre la malnutrition dont souffraient encore les enfants au lendemain de la guerre,  mais aussi de développer la filière laitière. Faire de l'éducation nutritionnelle, c'est une idée qui a été reprise, par exemple avec les récrées fruitées à l'école, un moment pour manger des fruits de saison tout en apprenant à mieux les connaître. Nous mangeons par ailleurs beaucoup trop la même chose, ce qui oriente la production agricole vers les céréales, l'élevage pour la viande et les oléagineux ; tout ce qu'il faut pour les hamburgers et autres dérivés.

En parallèle, si l'offre se diversifie et s'améliore, alors les consommateurs auront l'opportunité de goûter autre chose. Je ne plaide pas pour la disparition de l'alimentation carnée, mais on peut avoir des apports de protéines et de lipides avec un tas d'autres aliments que la viande.

Et puis il faut surtout redonner envie de choisir le métier d'agriculteur ou d'éleveur, de paysan en fait. Le sujet fait parler de lui en ce moment, mais les écologistes portent depuis longtemps le projet d'instaurer un revenu d'existence universel, voilà un facteur qui peut faciliter une reconversion dans l'agriculture. Il est alors possible de démarrer, "juste pour voir", et puis de se développer si la clientèle apprécie et en redemande. Le taux de suicides dans les professions agricoles témoigne des souffrances que subissent les paysans, et il faut absolument leur redonner de l'oxygène.

Par ailleurs, les progrès en agriculture ce ne sont pas que les engrais, les OGM et le suivi GPS des engins. Je considère par exemple que la permaculture ou que l'agroforesterie ouvrent des voies remarquables pour améliorer le rendement et la qualité des cultures. Et il en est de même pour la distribution ; c'est plus moderne aujourd'hui de faire vivre un marché de producteurs locaux que de livrer une centrale d'achats pour les grandes surfaces.

Jules Méline, Edgar Pisani, Pierre Mendès-France

Ensuite, les collectivités locales ont un rôle majeur à jouer. J'évoquais hier dans une note le Contrat de ruralité que le ministre Baylet est venu signer à Lodève ; c'est un habillage politicien d'aides financières que sollicitent les collectivités pour leurs propres investissements, mais il n'y a par exemple pas un sou pour les filières agricoles en Cœur d'Hérault. Alors que Philippe Saurel portait 6 projets dans le domaine de la santé sur la métropole de Montpellier, projets pour lesquels le pacte métropolitain d'innovation apportera 7,1 milliards d'euros de l’État, nos territoires ruraux n'ont pas cette maturité-là.

Nous avons perdu cette perception d'une terre nourricière, alors que depuis l'antiquité les peuples ont toujours développé des pratiques protectrices, n'ayant que les produits de la terre pour survivre d'une saison à l'autre. La conscience collective n'établit plus de lien entre le produit acheté dans le commerce et les végétaux ou les animaux qui en sont la matière première ; mais ce lien est géré lucrativement par les industriels de l'agro-alimentaire. Je ne suis pas pessimiste, et je pense que nos concitoyens sauront apprendre et s'adapter aux changements environnementaux qui vont perturber leur mode de vie, mais les politiques ont le devoir de l'anticiper.

05/08/2016

A partir de ce lundi, l'humanité vit à crédit vis à vis de sa planète pour l'année 2016

Ce lundi 8 août sera pour l'année 2016 "le jour du dépassement", c'est à dire le jour de l'année à partir duquel l'humanité consomme des ressources naturelles que la planète n'a pas fini de renouveler pour l'année en cours.

2018758_ressources-de-la-planete-des-lundi-lhumanite-vivra-a-credit-web-tete-0211182951886_1000x533.jpg

Pour déterminer ce jour de dépassement, deux paramètres sont utilisés. En premier lieu, il y a la capacité de production biologique de la planète en une année ; les quantités d'oxygène et de C02 émises dans l'air, la production de ressources naturelles (bois, poissons, animaux, végétaux, ...) et l'élimination naturelle des déchets. Le second paramètre est l'empreinte écologique de l'humanité, c'est à dire la consommation en ressources naturelle pour une année. Nous le savons depuis une trentaine d'années, l'humanité consomme beaucoup plus que la planète ne peut produire en une année, et il faudrait aujourd'hui 1,5 planète pour répondre aux besoins des 7,35 milliards d'humains.

Number_of_Planets_Scenarios2007.jpg

Ce sont nos enfants, et puis les enfants de leurs enfants qui se verront privés de ressources naturelles si nous continuons à les consommer actuellement de façon totalement irresponsable. Il est donc urgent de rompre avec les dogmes du consumérisme addictif et d'un productivisme irrationnel ; et cette notion de jour de dépassement y contribue. Dans le tableau suivant est donnée l'évolution de la date de ce jour de dépassement dans l'année (depuis 1970) :

1970
1971
1972
1973
1974
1975
1976 > 16 novembre
1977 > 10 novembre
1978 > 6 novembre
1979 > 29 octobre
1980 > 3 novembre
1981 > 10 novembre
1982 > 14 novembre
1983 > 13 novembre
1984 > 6 novembre
1985 > 6 novembre
1986 > 1 novembre
1987 > 25 octobre
1988 > 16 octobre
1989 > 13 octobre
1990 > 13 octobre
1991 > 13 octobre
1992 > 16 octobre
       
1993 > 17 octobre
1994 > 16 octobre
1995 > 10 octobre
1996 > 9 octobre
1997 > 8 octobre
1998 > 9 octobre
1999 > 10 octobre
2000 > 4 octobre
2001 > 3 octobre
2002 > 28 septembre
2003 > 19 septembre
2004 > 10 septembre
2005 > 3 septembre
2006 > 1 septembre
2007 > 30 août
2008 > 1 septembre
2009 > 6 septembre
2010 > 28 août
2011 > 25 août
2012 > 23 août
2013 > 20 août
2014 > 17 août
2015 > 13 août
La méthodologie est modifiée chaque année et les données sont mises à jour pour pouvoir prétendre à une comparaison entre les années.

Mais tous les pays de notre planète ne sont pas dans une même situation de déficit ou d’excédent de leur empreinte écologique au regard de la bio-capacité de leur territoire. L'ONG Global Footprint publie des données, des rapports et diffuse des campagnes de sensibilisation sur ces questions ; les images suivantes sont issues de leur site Web :

Earth.jpg

Pour la France, le solde négatif a évolué de la façon suivante :

France.jpg

Logo_OvershootDay_2016.jpgCette notion de jour de dépassement est souvent utilisée pour vulgariser ou pour mieux faire comprendre comment une dette impute notre vie quotidienne. Elle est utilisée pour le poids de la fiscalité directe dans le pouvoir d'achat des ménages et des entreprises (tant de mois et de jours à travailler pour payer ses impôts avant que le fruit de son travail permette de le dépenser librement). Elle est aussi utilisée pour illustrer le poids de la dette publique d'un État. Et de pouvoir visualiser comment le curseur se déplace, en plus ou en mois au fil des ans, cela permet de mieux mesurer un effort et d'apprécier à leur juste valeur les efforts qu'il reste à fournir.

Mais dans le cas de la planète Terre, non seulement l'humanité consomme plus de ressources que celle-ci ne peut en produire pour la population mondiale, mais la démographie ne cesse de croître et nous dégradons sans vergogne notre environnement. Donc outre que nous nous exposons à des pénuries, la surpopulation peut conduire à des conflits territoriaux dramatiques et les pollutions impacteront irréversiblement notre santé et notre patrimoine génétique. Quelle espèce se disant "intelligente" peut aller ainsi vers son suicide collectif ? Je crois que si une vie extraterrestre existe quelque part dans l'univers, suffisamment avancée pour explorer les galaxies, alors elle aura certainement mis notre planète dans sa liste de destinations à éviter ...

02/08/2016

Environnement et santé, la relation dangereuse que personne ne veut affronter

Le 20 juillet dernier, la loi Biodiversité était définitivement adoptée par l'Assemblée nationale, mais après un parcours parlementaire de ... 2 ans !!! Quarante ans après la « Loi de protection de la nature », cette nouvelle loi découle du Grenelle de l'environnement (en 2007) et elle était un engagement de campagne du candidat Hollande (en 2012) ; les parlementaires ont trainé des pieds pour l'adopter (cf. calendrier). La secrétaire d’État s'est félicitée de cet aboutissement, elle qui a récemment rejoint le gouvernement par opportunisme, sans réellement être convaincue qu'elle disposera des moyens pour la mettre en œuvre. Déjà, la loi a laissé quelques plumes en passant au Sénat, comme les dérogations accordées jusqu'en 2020 pour l'utilisation des néonicotinoïdes, mais aussi l'abandon d'une taxe spécifique à l'huile de palme (aussi préjudiciable aux écosystèmes locaux qu'à la santé humaine). Cette loi de 174 articles (cf. texte au format PDF) nécessitera une batterie de décrets d'application, et ses dispositions ne seront donc pas mises en œuvre avant au moins encore 6 mois. L'élection présidentielle d'avril/mai 2017 incitera peut-être le candidat Hollande à un peu de zèle écologique ... L'autre obstacle que rencontrera cette loi, c'est celui des moyens financiers dont elle bénéficiera. Ainsi, chacun se félicite de la création d'une agence française de la biodiversité (AFB) au 1er janvier 2017. Cet établissement public à caractère administratif regroupera les quelque 1 200 agents de quatre organismes existants : l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema), l'atelier technique des espaces naturels, l'agence des aires marines protégées et les parcs nationaux. Déjà, le Sénat a refusé d'y incorporer l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), les chasseurs se jugeant légitimes pour gérer la biodiversité. C'est le projet de loi de finance pour 2017 (PLF2017) qui nous dira si la loi de Barbara Pompilli constituera une avancée significative pour la biodiversité ou s'il ne s'agissait que d'une pirouette politique. Le financement de l'AFB servira d'indicateur, car depuis quelques années le budget du ministère de l'environnement baisse régulièrement. Et puis il y a des dispositions comme les recettes de la part départementale de la taxe d’aménagement destinée à financer les espaces naturels sensibles (ENS), mentionnée à l’article L. 331-3 du code de l’urbanisme, et sur les dépenses auxquelles celle-ci a été affectée depuis sa création (art. 18).

barbara-pompili-(a-droite)-secretaire-d-etat-a-la-biodiversite-echange-avec-stephane-le-foll-a-l-assemblee-photo-afp-1466711593.jpg

Car malheureusement, les gouvernements successifs mettent bien peu d'entrain pour agir en matière d'écologie ... J'en veux pour preuve le plan Ecophyto 2018. Suite au Grenelle de l'environnement, ce plan Ecophyto prévoyait de diviser par deux l'utilisation de produits phytosanitaires en 10 ans (entre 2008 et 2018). Et au vu des chiffres de l'année 2014, le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll a fait adopter un nouveau plan Ecophyto 2, qui doit lui aussi réduire de 50% l'utilisation de produits phytosanitaires d'ici 2025. Le ministre s'est-il doté de nouveaux outils ou de nouveaux moyens pour réussir ? Non, il suffit juste de dire qu'on peut le faire ... un peu comme pour la réduction de part du nucléaire dans la production d'électricité.

J'ai repris quelques graphiques de la note de suivi 2014 du Plan Ecophyto 2018 publié par le ministère de l'agriculture (cf. note en version PDF) :

NODU_Agricole_Annuel.jpg

Le NODU (nombre de doses unités) est le total des nombres de doses appliquées pour l’ensemble des substances actives. Le nombre de doses unités de substance active appliquées sur un hectare est obtenu en divisant le NODU par la surface cultivée de l’année.

NODU_Agricole_triennal.jpg

La moyenne triennale permet de lisser les aléas climatiques qui peuvent rendre une courbe annuelle chaotique. Là, même en moyenne triennale, la baisse de 50% en 10 ans n'est plus qu'un souvenir ...

QSA_Annuel_Agricole.jpg

La biodiversité de la flore et de la faune, le recours à la chimie pour améliorer le rendement des terres agricoles, voilà deux exemples désespérants de la tartufferie de nos dirigeants. La loi d'avenir pour la l'agriculture, l'alimentation et la forêt que le ministre Le Foll a présenté et fait voter en 2014 devait promouvoir l'agro-écologie, mais outre qu'elle manquait d'ambition, elle se heurte une fois de plus à un calendrier de publication des décrets d'application qui est désespérant (cf. contrôle de l'application de la loi). Entre l'appauvrissement de nos écosystèmes naturels et la pollution croissante de notre environnement (air, eau et sols), c'est notre santé qui est mise en danger. Il y a de plus en plus de mortalité liée aux pollutions, mais il y a aussi une recrudescence de pathologies de longue durée qui altèrent notre santé. C'est ainsi que la durée de vie en bonne santé ne cesse de régresser, alors que la durée de vie augmente ; on vit plus vieux, mais avec plus tôt des problèmes respiratoires, sanguins, neurologiques, cardiaques, etc.

Et comme notre société est de plus en plus individualiste et court-termiste, se projeter collectivement 30 à 40 ans plus loin est un exercice bien trop anxiogène. Mais il y a la chimie qui nous détériore et il y a aussi la chimie qui nous soigne, merci qui ?