Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/10/2017

Catalogne, quand l'Europe se fait Empire ...

Ce 1er octobre constituera désormais une date historique, tant pour la Catalogne que pour l'Europe. Les images de cette journée sont un mélange d'enthousiasme populaire, de responsabilité citoyenne, d'expression démocratique, et en même temps d'une répression étatique violente, aveugle et totalement figée. Le dictateur fasciste Fransisco Franco est mort en 1975, il avait pris le pouvoir militairement en 1939 contre la très jeune République Espagnole (1931). Pour beaucoup de Catalans, cette journée de violences policières les ramenaient 80 ans en arrière ...

Catalogne_1.jpg

Catalogne_3.jpg

Catalogne_6.jpg

Catalogne_8.jpg

Les images de policiers empêchant les citoyens de voter et d'urnes confisquées, dans une grande démocratie européenne, c'est un véritable cauchemar. Quel message est ainsi envoyé à des milliards de citoyens du monde pour qui la démocratie est un idéal encore très lointain ?

Catalogne_2.jpg

Catalogne_4.jpg

Catalogne_5.jpg

Catalogne_7.jpg

Mais pour l'Europe aussi ce 1er octobre s'inscrit dans le calendrier des dénis de démocratie ; les élites européennes ne supportent plus que les peuples d'Europe prennent la voie des urnes. L'Europe a déjà basculé dans le chaos, en 1939, et là aussi après que la Catalogne ait été abandonnée dans sa guerre contre le francisme.

Il y a 15 ans, le débat sur le traité de Maastricht a été un tournant dans la construction européenne, mais je me souviens que l'on discutait alors de citoyenneté européenne, de la place du Parlement européen, mais aussi de l'Union économique et monétaire. Et c'est une déconvenue que cette Europe-là serve principalement les entreprises internationales, les lobbies et les établissements financiers, plutôt que les peuples qui la composent. Il y a 15 ans, l'avenir de l'Europe ne semblait pas incompatible avec l'émergence de nouveaux États membres, issus d'un processus d'indépendance de régions des anciens États. Mais là nous sommes confrontés ce 1er octobre à une dure réalité ...

Alors, qu'est-ce qui peut encore donner envie d'Europe ? Le sentiment d'appartenir à une même  communauté humaine est réel, et il ne peut que se renforcer, mais de façon raisonnable, sans convictions. C'est la distinction que je faisais dans une précédente note sur les concepts d’État et de Nation ; les institutions européennes (commission, parlement, cour de justice, monnaie, drapeau, hymne, ...) sont sur la voie d'un État en devenir (il manque encore une armée, une diplomatie, une fiscalité, ...), mais il n'y pas de Nation européenne.

Il est urgent de changer de logiciel, mais surtout pas dans le sens que veut lui donner Emmanuel Macron qui, dans son discours-fleuve sur l'Europe à la Sorbonne le 26 septembre n'a rien fait d'autre que de vouloir accélérer le mouvement, mais toujours dans la même direction. Quoiqu'à savoir que l'on va dans le mur et que c'est inéluctable, autant y aller au plus vite :=(

Macron_Europe.jpg

29/09/2017

La répression contre un peuple qui veut s'exprimer, est-ce désormais la règle en Europe ?

Le gouvernement de Catalogne organise ce dimanche 1er octobre un référendum, posant la question OUI ou NON à l'indépendance de cette région d'Espagne. L'aspiration indépendantiste des catalans n'a cessé de croître au sein des 7,5 millions de Catalans, et elle se traduit dans les élections successives du Parlement Catalan et au travers de l'exécutif Catalan.

Sans prendre de position sur l'indépendance de la Catalogne, qui relève de la souveraineté du peuple de Catalogne, je ne peux rester indifférent à la violence politique et policière qu'exerce l’État Espagnol sur une partie de sa population qui n'aspire qu'à voter démocratiquement.

Perquisition_garde_civile_gouv_catalan.jpg

La police nationale espagnole perquisitionne les locaux de la Généralité de Catalogne, arrête ses dirigeants, confisque des urnes, intercepte des millions de bulletins de vote et fera tout son possible jusqu'au 1er octobre (et même après) pour rendre ce scrutin impossible.

Perquisition_garde_civile.jpg

Mais comment en Espagne, et en Europe, une telle volonté démocratique de s'exprimer peut-elle être ainsi réprimée ? Cette situation place la Catalogne au même rang que le Kurdistan vis à vis de la Turquie, que la Palestine vis à vis d'Israël et qu'un tas d'autres régions réclamant leur droit à l'auto-détermination. Je rappelle la Charte des droits fondamentaux de l'Union Européenne dont moult valeurs sont ici bafouées.

Les conditions dans lesquelles se déroule cette consultation sur l'indépendance de la Catalogne ne permettront pas d'en avoir une issue légitime. Des électeurs seront empêchés de voter, le comptage des bulletins ne pourra pas se faire dans la transparence, des incidents violents sont prévisibles autour des lieux de vote (entre indépendantistes et gardes civils espagnols) et tout cela finira par un énorme gâchis démocratique.

une-foule-en-faveur-de-l-independance.jpg

Et c'est la place de l'expression populaire qui se pose une nouvelle fois. Les États membres de l'Union Européenne deviennent de plus en plus dirigistes, limitant au strict minimum la place de leurs citoyens dans les choix politiques de leur Nation. Le référendum sur le TCE en 2005 a été le premier révélateur de ce fossé grandissant entre les États et leur Nation. L'accord économique bilatéral entre l'Europe et le Canada (CETA) est entré en application ce 21 septembre, dans la plus grande discrétion politique et médiatique ; nos gouvernements agissent pour nous, dormez tranquillement braves gens ...

Quelle honte aussi pour la France de se voir épinglée par l'ONU sur sa nouvelle loi antiterroriste qui intègre dans le droit commun des dispositions appliquées pendant l'état d'urgence (cf. lettre des rapporteurs spéciaux des Nations unies en matière de droits de l'homme, l'Irlandaise Fionnuala Ní Aoláin et le Français Michel Forst, adressée au gouvernement français le 22 septembre). Et pourquoi cet intérêt de l'ONU pour la législation française ? Et bien parce que la France a toujours une place de référence dans le monde en matière de démocratie, de liberté d'expression, d'égalité, de laïcité et de toutes ces valeurs humanistes fondamentales héritées des Lumières. Et toute régression dans ce socle de valeurs ne pourra que donner raison à des États qui en ont fait leur règle. Une perquisition administrative décidée par le préfet est présentée en France comme exceptionnelle dans une procédure de lutte contre le terrorisme, mais dans bien d'autres pays elle sera érigée en principe courant ; puisque ça se pratique en France, alors ...

Cette résistance étatique aux aspirations des peuples à s'exprimer est inquiétante, parce qu'il arrivera un moment où la cocotte-minute sera au bord de l'explosion. Une démocratie a besoin de respirations, d'alternances, bref de soupapes qui permettent au pluralisme d'opinions de s'exprimer librement.

22/10/2016

Merci aux Wallons !!!

Dans la langue de Shakespeare, le CETA est le Comprehensive Economic and Trade Agreement ; c'est un accord économique et commercial global entre l'Union européenne et le Canada qui est en chantier depuis 2009. Le contenu de cet accord a été dévoile à Ottawa en septembre 2014, après des négociations sécrètes comme celles qui sont décriées pour le TAFTA. Mais alors que depuis deux ans il ne s'agissait plus que de faire approuver l'accord par les parlements des dix provinces canadiennes ainsi que par les vingt-huit États de l’Union européenne, la Région wallonne de Belgique a pris le projet à bras le corps, décortiquant les 1600 pages de l'accord lors de laborieuses réunions de travail. Et il y a un an, la Wallonie a fait part de ses critiques et de ses questionnements à la commission européenne ... qui ne lui a répondu qu'il y a 15 jours :=(

Wallonie_Europe.jpgCette région qui ne représente que 0,39% du territoire de l'Union européenne et 0,71% de sa population a alors décidé que l'accord conclu en 2014 ne pouvait pas rester en l'état, et son ministre-président Paul Magnette a engagé un bras de fer avec la commission européenne et avec la ministre canadienne du Commerce extérieur, Chrystia Freeland. Mais en vain ! Et Monsieur Magnette fait l'effet d'un drôle de Gaulois depuis son village d'irréductibles opposants au CETA, déjouant ainsi les espoirs des gouvernements « libre-échangistes » de l’Union et brisant cette belle entente libérale avec le Canada.

Il faut écouter ce discours du ministre-président Paul Magnette devant son Parlement Wallon, il nous donne là une extraordinaire leçon de démocratie !

ceta,tafta,paul magnette,josé bové

Voila un socialiste qui agit en véritable homme d’État et qui nous réconcilie avec la politique comme levier du développement d'une société. Il n'use pas d'éléments de langage convenus, et au contraire il donne envie à chaque citoyen(ne) de prendre son avenir en main.

Stop_CETA.jpgCe temps où l'organisation mondiale du commerce (OMC) planifiait les échanges internationaux pour le profit des multinationales de la planète semble révolu. Après 20 à 30 ans d'une mondialisation béate, les populations des pays occidentaux se sentent de plus en plus devenir de simples variables d'ajustement socio-économiques ; l'humain est devenu secondaire. Je trouve aussi très sain que les citoyens fassent entendre leur voix, comme nous le fîmes en France en 2005 lors du vote sur le Traité de Constitution Européenne (TCE).

José Bové s'était vu refuser l'accès au territoire canadien la semaine dernière ; il était justement invité à participer à une conférence sur le CETA, mais son voyage s'est arrêté à l'aéroport de Montréal. Il faut donc savoir être un grain de sable dans la très cynique machinerie mondialiste, et ça donne de l'espoir !