Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/06/2018

Notre Coeur d'Hérault Numérique ;-)

Trois mois après la signature officielle de la convention qui lie le Département de l'Hérault à l'entreprise COVAGE pour une délégation de service public (DSP) de 25 ans, tous les héraultais qui résident en dehors de la zone d'initiative privée (autour de Montpellier, Sète et Béziers) peuvent savoir quand, d'ici 2022, leur domicile verra la fibre optique arriver à leur porte > http://numerique.herault.fr/

Rech_Adresse_Deploiement.jpg

Mais ce qui intéresse les acteurs locaux (élus, entrepreneurs, citoyens, associations, ...), c'est d'avoir une vision plus globale à l'échelle d'un territoire du rythme de ce déploiement. Parce que de voir arriver la fibre optique en 2018 ou en 2022, ça ne se gère pas de la même façon ... D'ailleurs les premiers servis vont en quelque sorte "essuyer les plâtres", quand les derniers n'auront plus "qu'à se brancher". En effet, l'arrivée de l'infrastructure à sa porte ne signifie pas qu'il y a des opérateurs prêts à proposer des offres concurrentielles, et il faudra bien un an ou deux pour disposer d'offres commerciales comparables à celles que l'on trouve en zone urbaine.

Sur le Cœur d'Hérault, le déploiement est assez hétérogène ; les 77 communes du territoire seront déployées par vagues sectorielles, mais sans que les communes les plus grosses soient les premières à être raccordées. C'est assez équilibré.

Déploiement_Herault_Numerique.jpg

La méthodologie pour constituer cette carte a été de saisir l'adresse postale de chacune des 77 mairies dans l'interface Web d'Hérault-Numérique (cf. tableau détaillé) ; excepté pour Celles, où les Vailhés sont plus habités que le secteur de la mairie, et pour Clermont-l'Hérault où l'interface ne semble pas connaître de place de la Victoire. Attention, l'année de déploiement attribuée à une commune ne vaut que pour le lieu de sa mairie, et il est fort possible que des bâtiments excentrés soient desservis plus tôt ou plus tard ; la commune d'Aumelas doit en être un bon exemple. D'où la nécessité d'aller sur l'interface Web pour le vérifier.

Aujourd'hui, un citoyen, ou même un maire a très peu de moyens d'actions pour tirer le meilleur parti de ce déploiement, d'où l'intérêt majeur d'appréhender la question à l'échelle intercommunale. Ainsi, pour avoir l'offre la plus diversifiée de la part des opérateurs, il faut que les négociations soient appuyées par les responsables économiques de nos intercommunalités (vice-présidents en charge du développement économique, chargés de mission économie, ...). Et il en est de même pour les usages. Nous constatons comme le numérique modifie nos comportements de consommateurs, consommateurs de biens comme de services, et là il y a de l'information à faire auprès des publics. Je pense par exemple à la télémédecine, où demain nous nous ferons ausculter par une webcam et l'ordonnance du médecin sera directement transmise à notre pharmacien ; le médecin, lui, sera à Montpellier ou sur une île des Antilles ;-)

Et puis il y a aussi le numérique comme atout de développement économique. Un cabinet d'architectes, une start-up de chercheurs, une structure artistique, ... pourront résider dans des communes très rurales, mais seront à un clic du monde entier pour leurs activités professionnelles. Le tourisme en sera aussi un grand bénéficiaire. Le marché immobilier y gagnera aussi et des bâtiments au passé industriel notoire pourraient y retrouver une seconde vie ; je pense par exemple aux caves coopératives.

D'ici 2022, il y aura 2020 et les élections locales ; une étape-clé pour que ce réseau de fibre optique ne reste pas qu'une simple infrastructure technologique, mais qu'il devienne un atout majeur pour le développement du Cœur d'Hérault.

10/05/2018

Emplois et métiers de demain, quels sont-ils vraiment ?

Toute la classe politique aux affaires et tous les économistes partisans d'un ordolibéralisme décomplexé nous l'assènent jour après jour, les emplois et les métiers d'aujourd'hui, confrontés aux nouvelles technologies, vont disparaître pour donner lieu à d'autres métiers et emplois. Ainsi, une vingtaine d'experts du domaine numérique (universitaires et professionnels), réunis il y a un an par Dell et l'Institut pour le Futur afin d'anticiper les nombreux changements à prévoir pour le monde de l'entreprise et du travail, ont produit une étude à la suite de leurs analyses ; ils y indiquent que « 85% des emplois en 2030 n'existent même pas encore aujourd'hui ».  Par ailleurs, d'autres études américains et françaises diffusent largement que 65% des écoliers d’aujourd’hui exerceront des métiers qui n’existent pas encore ...

Ce qui est certain, avéré et mesuré par toutes les agences qui suivent le marché de l'emploi, c'est que ces nouvelles technologies (automatique, robotisation, intelligence artificielle, ...) réduisent de 90% le coût du travail, quand la délocalisation le réduit déjà de 75% (selon un article du Figaro). Les entreprises vont donc continuer à supprimer ces emplois traditionnels, disons même historiques, pour passer au tout numérique. Et ce n'est pas un phénomène nouveau ; en 1968 était inauguré le premier distributeur automatique de billets rue Auber à Paris, puis les guichets automatiques se sont généralisés depuis une trentaine d'années se substituant totalement aux métiers d'une agence bancaire (retrait et dépôt d'argent liquide, relevés de compte, édition de RIB, dépôt de chèques, ...).

DAB_Auber_1967_SMC.jpg

La liste de tous les emplois de « l'ancien monde » que le numérique a supprimé serait interminable, et elle ne cesse de s'allonger. Déjà, le commerce en ligne met à mal les géants de la grande distribution ainsi que les commerces de centre-ville, car les boutiques en ligne apportent d'énormes avantages (ouverture 24H/24, tous les modèles ou produits visibles en un clic de souris, des conseils d'utilisation et des vidéos de démonstration à foison, ...), et sans qu'à l'évidence il n'y ait d'inconvénient pour le consommateur. Demain par exemple, il n'y aurait plus de chauffeur de taxi dans les grandes métropoles, mais simplement des véhicules autonomes sans chauffeur.  Mais ce que l'on pourrait considérer comme un vecteur d'émancipation accentue l'individualisme et il met en danger à moyen terme notre système social. Alors quels emplois et quels métiers seront proposés à la population active du « nouveau monde » ?

Mahjoubi_Penicaud_10knum.jpgDébut avril, Mounir Mahjoubi (secrétaire d'État chargé du Numérique) et Muriel Pénicaud (ministre du Travail) lançaient le programme 10 000 formations dans le numérique (10KNUM). Un million de jeunes et un million de demandeurs d'emploi sont concernés, alors que le numérique ne propose aujourd'hui que 80 000 emplois. Mais comme l'indique cet article du Monde, les métiers de demain restent à inventer, même s'il évoque quelques exemples qui suscitent plus l'amusement que l'engouement : « murateur, data-miner, nomadeur, numéropathe, conseiller en productivité, désorganisateur d’entreprise, spéculateur en monnaie alternative, imprimeur 3D, designer d’habitat virtuel, créateur d’énergie, génomicien, codeur, éclairagiste LiFi, installeur domotique, Web rédacteur, ... ». Il s'avère aussi que les filières économiques de demain peuvent se révéler très éphémères ; en témoigne le marché de la cigarette électronique qui s'essouffle déjà après avoir fait preuve d'innovation technique, de créativité marchande et de couverture commerciale expansive.

Il est donc assez paradoxal que le gouvernement souhaite orienter le parcours scolaire des jeunes vers l'emploi alors que la majorité de ces emplois ne sont pas encore connus ... Il ne faudrait donc plus leur apprendre à exercer un métier ou à occuper un emploi, mais bien leur apprendre à en changer plusieurs fois au cours de leur vie active ; cela plaide d'ailleurs pour donner plus de moyen à l'enseignement, ainsi qu'à l'enseignement supérieur ...

Personnellement, je pense qu'il faut réinvestir les métiers courants indispensables à la vie en société tout en réduisant le temps de travail et en instaurant le revenu universel. Collectivement, notre pays crée des richesses très inégalement redistribuées, et attribuer à chaque enfant et à chaque adulte un revenu de base qui s'ajouterait aux autres revenus (du travail, du patrimoine, de l'épargne, ...) est une révolution sociale qui va inévitablement s'imposer pour éviter le chaos social. Alors cessons de croire aux promesses infantilisantes de nos dirigeants (politiques et économiques) pour faire des choix plus responsables.

29/04/2018

Développement économique en Coeur d'Hérault, à qui doit-il profiter ?

Le développement économique local est dans toutes les bouches et fait couler beaucoup d'encre, mais de quoi parle-t-on réellement ? Pour les entrepreneurs eux-mêmes, au travers de leurs structures représentatives (associations, syndicats patronaux, chambres consulaires, ...), il s'agit de voir des projets se créer, se développer et s'inscrire dans la durée. La remise annuelle des prix de la Très Petite Entreprise (TPE) sur le Cœur d'Hérault fait écho à l'enthousiasme des porteurs de projet, et les outils mis en place par la Maison de l'économie du Cœur d'Hérault contribuent à leurs réussites. C'est la facette positive souvent médiatisée du développement économique local, et il est naturel que chacun(e) s'en félicite.

Pour les collectivités locales, leurs établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) et leurs syndicats mixtes, le développement économique local se décline de façon plus hétérogène, et essentiellement sous l'angle du foncier d'entreprises. Le feuilleton de la Salamane en témoigne sur le Clermontais, dans un EPCI qui a en réalité mis tous ses œufs dans un seul panier. Nos voisins de la Vallée de l'Hérault ont eux neuf parcs d'activité sur Aniane, Gignac, Montarnaud, le Pouget, Saint-André-de-Sangonis et Saint-Pargoire. Le Lodévois-Larzac dispose de six parcs d'activité sur Le Bosc, Le Caylar, Lodève et Soubès, plus un hôtel d'entreprises intercommunal à Soubès. Mais les élus locaux sont obnubilés par ce volet foncier, et ils en oublient le volet social.

Pôle emploi comble cette lacune car cette agence de l’État publie régulièrement des documents sur le marché du travail et sur les besoins en main d’œuvre des entreprises du bassin d'emploi de Lodève (et qui épouse le territoire du Cœur d'Hérault). Les derniers indicateurs publiés sur le marché du travail indiquent qu'à fin décembre 2017 il y avait 8 959 demandeurs d'emploi sur ce bassin d'emploi (cf. document en version PDF). Et les besoins en main d’œuvre exprimés par les entrepreneur du bassin d'emploi de Lodève pour 2018 est évalué à 2 710 intentions d'embauche (cf. document en version PDF). Il ne faut pas être très calé en arithmétique pour constater en un coup d’œil que le tissu économique du territoire est très loin de satisfaire les attentes des demandeurs d'emploi. Et les Rendez-vous de l'emploi qu'organisent les EPCI, pôle emploi et le Pays Cœur d'Hérault sont des gouttes d'eau dans un océan d'incertitudes professionnelles ...

PCH_Affiche-RDV-Emploi-mars-2018.jpg    Fly_rdv_2017-Fév-CCC.jpg

La première réponse la plus efficace, et elle n'est jamais évoquée, c'est de permettre à celles et ceux qui recherchent un emploi d'aller en trouver un là où il y en a ; car la mobilité au sein de la population active est un réel problème en France. Et il faut déjà donner envie d'avoir envie, c'est à dire de présenter les aspects les plus positifs de cette mobilité, tout en donnant les moyens pour qu'elle devienne réalité. Cela peut aller d'un projet Erasmus pour étudier une année en Europe à des moyens de transport plus denses pour rejoindre Béziers ou Montpellier.

La seconde réponse, que les EPCI tentent "maladroitement" de mettre en œuvre, c'est de faciliter la création d'entreprises. En effet, cela ne peut pas se limiter à proposer du foncier ; il doit inévitablement y avoir en amont des études prospectives qui prennent en compte les spécificités de notre territoire. Et là, c'est la page blanche :=(

Qu'indiquent les documents de pôle emploi ? Par exemple que l'emploi saisonnier représente 56% des recrutements prévus pour 2018, ou encore que l'agriculture correspond à un tiers des projets de recrutement, et cela sans difficulté remarquable de recrutement. En même temps, les métiers recherchés par les demandeurs d'emploi collent assez bien aux métiers recherchés par les employeurs : services à la personne et à la collectivité, commerce et vente, BTP, hôtellerie et restauration, etc. L'apprentissage et le formation professionnelle sont déficitaires sur le Cœur d'Hérault, et il y là une nécessité à le faire entendre par la Région et par l’État !

Autre indication, 64% des personnes inscrites à pôle emploi sur ce bassin d'emploi sont indemnisés ; ces 5 414 personnes sont à rapprocher des 5 789 inscrits en catégorie A. Pour les 3 170 inscrits en catégories B et C, leur accroissement est de +12;3% sur un an pour la catégorie B et +16% pour la C. Ce sont des personnes qui "travaillent un peu" et qui recherchent un emploi mieux adapté à leur situation (financière, familiale, patrimoniale, professionnelle, ...). Il y a derrière ces chiffres des révélateurs de paupérisation, et donc d'autres priorités sociales pour les collectivités locales.

Créer et pérenniser des emplois devrait être LA priorité de tous les acteurs économiques d'un territoire, et plus encore celui des élus locaux et des services de l’État. Car il est déjà loin ce temps où un commissariat général du Plan (CGP) définissait tous les cinq ans la planification économique du pays. Né au lendemain de la seconde guerre mondiale pour reconstruire la France, cette institution a disparu sous cet intitulé-là en 2006, et on la retrouve aujourd'hui avec une autre vocation moins intérieure, sous le label de France Stratégie. Mais les collectivités locales sont désormais face à une immense responsabilité, et l’État les place plus en concurrence les unes envers les autres qu'il ne leur fournit des outils stratégiques. Et c'est donc une mutation profonde de la classe politique locale qui permettra de prendre ce challenge socio-économique à bras le corps, à l'échelle de chacun des territoires.