Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/05/2015

Sécurité routière - Si même la police et la presse ne prennent pas la mesure des drames humains ...

Il y a des émissions de radio qui ravivent nos neurones, qui remplissent leur mission d'informer et d'alimenter notre esprit critique quelle que soit leur catégorie (divertissement, chronique, reportage, débats, ...), mais ce soir à 18h au journal de France Inter, je me demande si la journaliste ne faisait pas autre chose que de lire un texte. La journaliste Laetitia Gayet évoquait dans son journal un accident survenu tôt ce matin à Paris, un accident de la circulation mettant en cause deux policiers ivres qui ont tué un livreur de pain . Comment cette journaliste a-t-elle introduit cette nouvelle dans son journal ? Par un bref exposé qui se concluait par « Cet accident illustre le relâchement sur la route, ... ».

France_inter_18h.jpg

Et après que sa consœur Lorélie Carrive a narré les faits plus en détail, la journaliste Laetitia Gayet a repris son journal en ajoutant que « L'histoire de ces deux policiers n'est qu'une dramatique histoire parmi d'autres au regard de la sécurité routière, ... ». Non !

Non, cet accident de la route n'est pas un accident comme les autres. Il implique deux fonctionnaires de police qui sont soumis à des devoirs plus exigeants vis à vis de la loi que pour tout autre citoyen. Ces policiers doivent se conformer à un code de déontologie qui insiste sur leurs devoirs de probité, de discernement, d'impartialité, de neutralité ainsi que d'exemplarité. L'article R434-14 de ce code de déontologie précise, pour le policier ou le gendarme, que « Respectueux de la dignité des personnes, il veille à se comporter en toute circonstance d’une manière exemplaire, propre à inspirer en retour respect et considération ».

France Inter s'est peut-être auto-censuré sur ce flash d'infos, ou peut-être d'autres journaux ont-ils traités cet incident avec moins de détachement, mais il n'est pas possible de glisser comme ça sur l'irresponsabilité de ces policiers, et sur le discrédit qu'ils portent sur l'une des plus importantes institutions de la République. Et les autres policiers qui faisaient la fête cette nuit seront-ils entendus pour avoir laissé leurs collègues prendre la route dans un état d'ébriété évident ? Aujourd'hui, un patron de boîte de nuit ou de débit de boisson est tenu pour responsable s'il laisse un client prendre la route alcoolisé. Et on peut même être poursuivi si un ami ou un parent a provoqué un grave accident de la route en quittant une soirée ou un dîner bien arrosé.

En banalisant le statut de ces deux policiers, en mêlant leur délit aux statistiques de la sécurité routière, en évoquant « une dramatique histoire parmi d'autres » et en calquant leur comportement sur un relâchement généralisé des usagers de la route, la journaliste Laetitia Gayet ne fait pas son métier de journaliste. Au même moment où la sécurité routière intensifie ses campagnes de sensibilisation, et qui nous concernent tous, des policiers censés représenter cette mobilisation plus que tout autres la sabordent complètement. Et cette journaliste ne semble pas prendre la mesure de leur responsabilité ... ni de la sienne :=(

securite_routiere.jpg

13/10/2013

Automobile propre, l'Etat français ne fait plus le poids :=(

Par le passé, l'Etat a conduit des politiques industrielles ambitieuses, mais il était aux commandes ! Sans l'Etat, la France ne disposerait pas d'un parc nucléaire (sic) qui lui assure son indépendance énergétique, la France ne disposerait pas de lignes à grande vitesse et de TGV qui renforcent l'attractivité économique du territoire, ne verrait pas les ventes d'Airbus compenser le déficit de notre balance commerciale, ne ferait pas de la France l'un des principaux acteurs mondiaux de l'aérospatial avec son lanceur Ariane en Guyane, etc. Et c'est certainement inscrit dans la culture industrielle de notre pays, l'Etat jour un rôle majeur dans les politiques d'innovation, de recherche et de développement industriel.

Mais les règles imposées par la commission européenne ont lié les mains des gouvernements successifs de la France ; les aides directes de l'Etat sont désormais interdites, au risque de fausser la concurrence mondiale. Et il s'y ajoute la crise financière et économique, qui depuis 2007 a vu la France privilégier une politique d'austérité budgétaire.

D'autres pays ont d'autres cultures industrielles, et ce sont les industriels eux-mêmes qui sont aux commandes avec un patriotisme chevillé au corps. Deux exemples qui ne surprendront personne : le Japon et l'Allemagne. Et c'est l'actualité des voitures à pile à combustible qui me donne le prétexte de cette note.

Toyota vient d'annoncer une voiture à pile à combustible commercialisée au Japon, aux Etats-Unis et en Europe d'ici ... 2015 ! Ce véhicule fonctionnant à l'hydrogène ne rejettera que de l'eau dans l'air, et il offrira une autonomie d'environ 700 km.

Toyota-hydrogene.jpg

La technologie est bien connue, mais le recours à l'hydrogène comme combustible a longtemps été diabolisé par certains ; c'est surtout la sécurité des réservoirs qui a été mise en doute. La pile à combustible est née au début du 19ème siècle, mais les lobbies pétroliers ont depuis réussi à en empêcher le développement.

En Allemagne, c'est un consortium d'industriels qui porte un projet de stations de distribution d'hydrogène pour véhicules à pile à combustible. 15 stations existent déjà et la flotte de voitures qui s'y approvisionne a déjà parcouru plus de 2 millions de kilomètres. Le consortium passe à la vitesse supérieure et cible un réseau de 100 stations d'ici 2017, puis de 400 stations dix ans plus tard.

hamburg-hydrogen.jpg

Les sociétés Air Liquide, BMW, Daimler, EnBW, Ford, GM/Opel, Hamburger Hochbahn, Honda, Hyundai, Intelligent Energy, Linde, Nissan, Shell, Siemens, Total, Toyota, Vattenfall Europe et Volkswagen portent ce projet dans le cadre de l'organisation nationale pour l'hydrogène et la technologie des piles à combustible en Allemagne. Et sans aucun financement public !

Honda commercialise d'ailleurs aux Etats-Unis et au Japon la FCX Clarity depuis 2008, mais en nombre très très limité vu son prix de fabrication. Mais ce véhicule démontre la faisabilité de la pile à combustible (cf. http://videos.tf1.fr/auto-moto/essai-bio-honda-fcx-clarit...).

Et où en est la France ? Récemment, et plus exactement le 12 septembre, le Président Hollande et son ministre du redressement productif Arnaud Montebourg ont présenté la Nouvelle France Industrielle et ses 34 projets porteurs d'innovation et de progrès économique pour notre pays (cf. PDF). Concernant le volet automobile, le gouvernement favorise la voiture pour tous consommant moins de litres de carburant aux 100 km, le développement d'un réseau de bornes de recharge électrique ainsi que l'autonomie et la puissance des batteries.

prnouvellefranceindustrielle280.jpg
"La France est une nation d’inventeurs, de pionniers, d’entrepreneurs, de capitaines d’industrie. À chaque fois qu’elle a traversé des épreuves elle a aussi trouvé la force de se réinventer. Aujourd’hui à nouveau, la France se réinvente." - François Hollande, 12 septembre 2013

montebourgfranceindustrielle280.jpg
"Redonner le goût de l'industrie et de l'innovation, engager la bataille du Made in France, c'est d'abord croire en nous-mêmes. C'est poser un regard résolument optimiste sur les capacités de notre pays à se redresser." - Arnaud Montebourg

 

Ce ne sont pas les choix technologiques du gouvernement qui sont en cause, car la voiture électrique et la voiture à hydrogène ont chacune un marché et les deux sont complémentaires dans des contextes différents. Par contre, c'est la forme de l'engagement qui fait craindre que cette belle volonté affichée ne porte pas ses fruits ; l'Etat reste dans l'incantatoire. Ou sont les patrons français ? Pourquoi ne montent-ils pas à la tribune, pourquoi ne communiquent-ils pas ensemble pour inciter les Français à s'intéresser à leurs innovations ? Nous savons que l'Etat est impuissant, autrement la France verrait se développer un peu partout des stations de rechargement de batteries électriques ; idem pour les collectivités territoriales.

Alors qui ? Toyota ? Siemens ?

24/08/2013

Evitez d'avoir une attitude équivoque au volant ...

C'est sur cette phrase que la gendarmerie nationale a mis fin à mon interpellation le dimanche 11 août à la gare de péage de Lestelle sur l'A64. Eh oui, au-delà de respecter le code de la route, il faut aussi "éviter d'avoir une attitude équivoque au volant" :=(

J'ai en effet été très surpris quand la gendarme m'a affirmé lors de ce contrôle au péage que son collègue venait de me voir quelques centaines de mètres plus loin en train de téléphoner au volant. Or, la technologie moderne est arrivée jusque dans ma Renault (oui, ce n'est pas antinomique ;-), et je dispose d'une connexion Bluetooth entre mon téléphone portable et mon poste de radio, ce qui me permet de prendre des conversations téléphoniques en voiture sans avoir à me saisir de mon portable. Et c'est la première chose que j'ai indiquée à la représentante de la maréchaussée. Je lui ai aussi expliqué que, disposant de portières assez larges (oui, même sur une Renault ;-), je roulais souvent accoudé à la fenêtre, la main gauche posée sur ma joue.

Devant mon assurance, la militaire a recontacté son collègue, celui qui surveille les conducteurs en amont de la gare de péage, afin de se faire confirmer l'infraction. En même temps, un autre gendarme est arrivé en renfort, et je l'ai invité à consulter mon téléphone portable pour y vérifier qu'il n'y avait aucun appel entrant ou sortant dans les dernières minutes. Mais ce dernier a refusé de "fouiller" le portable, et leur collègue posté plus haut a finalement fait part d'un doute ...

peau-de-banane-1963-06-g.jpg

Car regardez par exemple cette photo ci-dessus du film "Peau de banane" avec Jean-Paul Belmondo et Jeanne Moreau ; l'acteur est-il en train de téléphoner ? C'est certain qu'en 1963, aucun policier ou gendarme n'aurait vu là une "attitude équivoque". Mais pour moi, dans la même position avant d'arriver au péage de Lestelle, le geste devenait ambigu ...

Quoiqu'il en soit, la gendarme qui avait interrompu mon élan autoroutier vers Bayonne n'a pas souhaité mettre fin à ce contrôle sur un malentendu, et elle a donc précisé : "Evitez d'avoir une attitude équivoque au volant". Or, cette conclusion pose deux questions ; la première sur le bien-fondé d'une observation visuelle (et surtout de la part d'un gendarme), et la seconde sur la nature précise des "attitudes équivoques" susceptibles de nous faire perdre quelques points sur le permis de conduire.

La sécurité routière est trop sérieuse pour la réduire à quelques péripéties de ce type, mais les contrôles routiers et les verbalisations sont parfois contre-productifs.