Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/09/2010

Salamane, ce n'est effectivement qu'une étape ...

Bien d'accord avec le maire de Clermont l'Hérault, cet avis favorable du commissaire enquêteur n'est qu'une étape dans un processus très long ; et il n'y a ni triomphalisme à avoir d'un côté, ni abandon de l'autre.

hdj_080910.JPG

Et c'est là où on mesure ce que nous apportent la République ainsi que la démocratie. Personne ne s'impose à d'autres, mais au contraire nous sommes tenus de débattre collectivement et de faire participer tous les publics. Et à l'issue de ces processus, c'est l'expression de l'intérêt général qui s'impose.

Par ces propos, je tiens à rappeler à tous qu'il faut savoir se respecter, sans agressivité.

13/07/2010

L'irritation sur la forme cache un vrai malaise de fond [commentaire sur article de Midi Libre]

C'est un combat enthousiasmant que celui de mener collectivement une résistance contre ce projet de ZAC totalement anachronique. La synergie entre élus et citoyens s'illustre au travers du collectif de la Salamane qui rencontre un très large courant de sympathie auprès du public. Et c'est justement cette efficacité qui irrite le Président Cazorla.

Il reste encore 15 jours pour que tous ceux qui aiment ce territoire et qui sont attachés à son patrimoine, à sa ruralité et à sa qualité de vie, aillent à la mairie de Clermont l'Hérault pour l'écrire sur le registre d'enquête publique. Ne tombons pas dans le piège qui est tendu par le Maire de Clermont l'Hérault, à savoir de faire cette enquête en plein mois de juillet, et montrons que la torpeur de l'été ne freine pas notre pugnacité.

Lire la suite

12:21 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : salamane, cazorla, système u, zac

24/06/2010

On en deviendrait presque anti-capitalistes ...

Comme d'habitude, je donne dans la provocation pour aborder un thème qui est au coeur de la transformation sociétale de nos Etats modernes. Mon propos ne sera pas de faire le procès du capitalisme, mais plutôt de montrer comment le capitalisme a évolué pour imposer aux collectivités locales une compétition qui les réduit au rôle de gogos de l'économie mondialisée.

Mais si la population active reste dans tous les cas exploitée au profit d'actionnaires avides de dividendes, c'est le rôle des collectivités locales et des citoyens qui a changé. Ce ne sont plus les entreprises qui investissent dans la sphère sociale de la commune, via des équipements et des infrastructures qui bénéficieront à leurs employés, mais ce sont les collectivités qui apportent une aide financière ou administrative aux entreprises qui viennent les courtiser. Il y a un siècle, c'est l'actionnaire qui investissait dans le social ; aujourd'hui, c'est le contribuable qui investit dans l'économie !

Lire la suite