Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/08/2011

Le Clermontais et son scénario d'avenir : "Logistique & Transports" !

Midi Libre nous présente aujourd'hui un résumé de la réunion qui s'est tenue à Canet sur le thème du développement économique dans le cadre de la phase de concertation de l'Agenda 21 intercommunal. Mais l'article ne reflète pas l'exacte réalité de cette soirée estivale où nous étions une vingtaine de personnes pour aborder l'avenir économique du Clermontais. Et la photo utilisée par Mme Martinez dans cet article reflète toute l'escroquerie d'une telle concertation.

L'essentiel de la rencontre a porté sur la présentation par Mme Jeanjacques, Directrice de la Maison de l'Emploi du Pays Coeur d'Hérault, de la situation économique et sociale du Coeur d'Hérault, mais elle a aussi dressé des perspectives d'avenir.

Après avoir pointé du doigt le fort taux de précarité de notre territoire, que dit Mme Jeanjacques sur l'avenir du Clermontais ? Elle n'y va pas avec le dos de la cuillère : "Ralentissement de la croissance démographique prévisible, vieillissement de la population, nécessité d'adaptation des services aux besoins, nombre peut-être plus importants d'inactifs que d'actifs, baisse du pouvoir d'achat, précarisation et appauvrissement de la population, transformation non maîtrisée des activités économiques" ! Avec tout ça, faut être vraiment maso pour miser un copec sur notre territoire ...

Mais Mme Jeanjacques n'est pas du genre pessimiste, et elle a un scénario magique. Sincèrement, je ne pensais pas que ce soir là la plate-forme logistique de Système U serait au centre de notre stratégie de développement économique. Mme Jeanjacques a d'abord regretté que la Communauté de Communes n'ait pas anticipé plus en amont les enjeux de cette plate-forme. Au delà des 120 à 150 recrutements annoncés, Mme Jeanjacques aurait préféré que la CCC mette en avant les enjeux pour les entreprises en présence (112 entreprises sur le Coeur d'Hérault et 29% d'entre elles sur le Clermontais), ainsi que l'offre de formation dans les domaines de la logistique et des transports (il existe 212 diplômes d'état dans le secteur de la logistique et 226 dans celui des transports terrestres, mais il n'y aucune offre de formation sur le Coeur d'Hérault).

Et selon elle, mais y a du Cazorla la dessous, il faut "construire une réflexion collective territoriale" à partir d'un projet comme celui de Système U. Il faut se poser les questions suivantes : Quel développement durable pour le transport et la logistique sur ce territoire ? Quelles orientations et quelles implications ? Quels arguments pour attirer d'autres entreprises du secteur ? Quel projet de formation initiale et/ou continue ? Quels aménagements, infrastructures et services complémentaires ? N'en jetez plus, on a bien compris que l'emblème du Clermontais sera bientôt un gros camion sortant d'une plate-forme logistique pour emprunter une autoroute ... Nous ferons passer le permis poids lourd aux jeunes qui sortent du lycée et les collègiens feront des stages professionnels comme manutentionnaires.

Heureusement ce soir là, il y avait aussi une présentation sur l'avenir agricole autour du Salagou. Mais cela renforce le sentiment de la presque totalité des élus locaux du Clermontais, il y a une partie du territoire dans le triangle Clermont-Canet-Gignac qui sera abandonné à l'urbanisation et à l'implantation de toute entreprise créatrice d'emplois, et une autre partie qui constituera notre jardin, là où nous pourrons aller respirer un peu le soir et le week-end. Mais c'est un piège à cons, déjà il y a 15 ans on disait que le Coeur d'Hérault serait le jardin de Montpellier ... Les promoteurs et les suceurs de fric n'ont ni frontière ni morale, et nous sommes leurs pigeons.

28/07/2011

La contestation judiciaire du protocole d'accord se concrétise néanmoins par une condamnation à 1000 euros !

Le 13 juillet dernier, en séance de l'Assemblée Communautaire, le Président Cazorla a répété à de nombreuses reprises que le protocole d'accord qu'il avait signé le 25 septembre 2009 avec la société Système U n'avait aucune valeur juridique. C'était une façon de donner raison au Tribunal Administratif de Montpellier qui annulait cette signature en decembre 2010 pour "méconnaissance du principe d'égalité devant l'impôt", mais il aurait alors pu dire que ce protocole d'accord n'avait plus de valeur juridique.

Le collectif de la Salamane a demandé à son avocate de faire exécuter le jugement de décembre 2010 de façon à ce que ce protocole soit formellement invalidé (au delà de petites phrases lancées ici et là sur la distinction entre les délibérations et leurs actes détachables), et surtout pour que ses clauses soient de nouveau mises à l'ordre du jour du Conseil Communautaire.

Mais le Président Cazorla a trouvé une alternative plus radicale en signant directement un compromis de vente avec Système U, ce compromis reprenant de nombreuses clauses du protocole d'accord (prix, clauses suspensives, délai de 20 ans, ...), les plus contreversées étant oubliées (fiscalité différenciée, clause de non concurrence, ...). Le Président de la CCC se réjouissait même que ce compromis aille plus loin que l'ancien protocole d'accord, le compromis porte sur la vente ferme de 20 ha là où le protocole prévoyait une vente ferme de 15 ha et une option conditionnelle de 5 ha à lever sous 5 ans.

Issue mi-figue mi-raison pour le collectif qui gagne judiciairement, et le chèque de 1.000 € reçu récemment en témoigne, mais qui constate que le rouleau compresseur politico-administratif continue d'avancer sans se soucier des enquêtes publiques en cours et des contestations multiples.

Mais ne cessons pas de méditer cette morale de la fable de La Fontaine "Le lion et le rat" : "Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage".

10/07/2011

Prise de parole publique ou activisme politique ?

Dans leur point presse du jeudi 7 juillet, et depuis leur site de Vendargues, les patrons de Système U Sud n'ont pas hésité à qualifier les opposants aux projet de plate-forme logistique sur la Salamane d'activistes ! Et l'aspect politique de cette jacquerie étant sous-entendu, il est intéressant de se reporter à la définition que donne Wikipedia de ce terme.

Marc Prou (à g.), le président de Système U et le directeur général, Bertrand Gardès.
Marc Prou (à g.), le président de Système U et le directeur général, Bertrand Gardès. (B. C.)

Mais étrangement, c'est le même terme qu'emploient tous les puissants du monde pour pointer du doigt leurs opposants. Dans les deux cas, il n'y a nulle reconnaissance d'un droit d'expression démocratique ; ceux qui veulent prendre la parole sont stigmatisés, minorés, taxés d'être manipulés de l'extérieur et diabolisés par des pouvoirs qui ont cessé d'écouter leurs populations. De son côté, le pouvoir en place (institutionnel ou capitaliste) avance au pas du rouleau compresseur, sans émotion.

Or, les conflits d'usage de l'espace et l'expression des désaccords contribuent, selon André Torre, aux dynamiques territoriales. André Torre est économiste, directeur de recherche à l’INRA AgroParisTech. Rédacteur en chef de la Revue d’Économie Rurale et Urbaine, président de l’Association de science régionale de langue française (ASRDLF), ses domaines de recherches incluent la proximité, l’innovation et les conflits d’usage de l’espace. Ci-joint l'article qu'il publient dans Métropolitiques du 20 juin 2011 :

Lettre au patron du SDIS

Voilà une réflexion qui mériterait d'être diffusée à tous les élus locaux ; ceux qui prennent la parole dans le cadre de grands projets d'équipements ou d'infrastuctures ne sont pas des opposants systématiques et leurs propositions méritent d'être perçues positivement.

Jeudi soir à Fontès, dans le cadre de la phase de concertation de l'Agenda 21 intercommunal, c'est l'exemple de la médiation scolaire qui a été au coeur des discussions. Et de là, c'est le thème du "Vivre ensemble" qui était à l'ordre du jour ... (sic).