Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/10/2012

A Paulhan, on privilégie l'emploi durable

Le lundi 1er octobre, le Sous-préfet de Lodève et le Maire de Paulhan assistaient à la halle des sports de Paulhan au lancement d'un chantier d'insertion piloté par le PLIE Coeur d'Hérault. Pendant ce chantier de 10 mois, 10 personnes suivront un parcours de formation en même temps qu'ils réalisent des travaux de maçonnerie, de plomberie, d'électricité, de peinture et d'autres corps de métier du bâtiment. D'ici un an, ces 10 personnes auront une qualification et une expérience qui leur permettra de trouver un emploi dans un secteur clé sur le Coeur d'Hérault ; le tourisme, les services à la  personne et l'artisanat constituent les trois secteurs clés de l'économie présentielle qui peuvent créer de la richesse sur notre territoire.

Pour ces 10 emplois, l'investissement public est de l'ordre de 222.000 € : la DIRECCTE (ou le Conseil général pour les bénéficiaires du RSA) met 110.000 € pour la prise en charge des contrats aidés et des salaires, le PLIE Coeur d'Hérault met 96.000 € pour la prise en charge de la totalité de l'encadrement technique et de l'encadrement socio-professionnel, la commune de Paulhan mrt 8.000 € dans des compléments de salaire et l'organisme qui prend en charge la formation met 8.000 €.

A côté de cela, 17 millions d'euros sont investis sur la ZAC de la Salamane ; 7 millions pour l'acquisition des terrains et 10 millions pour les travaux d'aménagement. A ce jour, Système U a versé 4,3 millions pour l'achat des 20 hectares sur lesquels sera implantée la plateforme logisitique du groupe. Il reste 30 hectares à vendre et il est peu probable que ces éventuels acquéreurs épongent à eux seuls les 13 millions restants ...

A court terme, la plate-forme logistique de Système U devrait créer une centaine d'emplois nets ; mais quels types d'emplois ? Des emplois de manipulateur de commandes ou de cariste avec un casque audio pour optimiser la chaîne logistique (cf. voice picking), mais il ne s'agit en aucun cas de véritables métiers. Ce type d'activité ne laisse [presque] aucune perspective d'évolution de carrière ou de possibilité de se projeter sur le long terme.

Mais avec les millions d'argent public injectés dans le béton de la Salamane, ce sont quelques dizaines de chantiers d'insertion qui auraient pus être financés, et quelques centaines de personnes qui auraient appris un métier dans des secteurs en tension sur notre territoire. Évidemment, rénover une halle de sport à Paulhan ou rénover le logement du gardien du château de Clermont l'Hérault, ça n'a pas le même impact médiatique (visuel et environnemental) qu'une ZAC de 70 hectares ... Mais qu'est-ce qui compte ? Permettre à des personnes d'avoir un métier et de pouvoir faire des projets ou bien de se la jouer "Frêche le bâtisseur" sur des projets sans lendemain ?

Certains se satisferont de dire que l'histoire en jugera ... Mais les derniers chiffres socio-économiques sur le Coeur d'Hérault ne nous laissent pas le temps des livres d'histoire (ou des statistiques rétrospectives de l'INSEE), il y a des individus, des femmes, des hommes et des familles qui veulent un travail, et qui souhaitent pouvoir anticiper les moyens dont ils disposeront dans 20 ou 30 ans, pour eux et pour leurs enfants.

23/07/2012

Le transport à la demande ... à Clermont l'Hérault :=(

Cela fait 8 ans que le Conseil général a lancé le projet Valcordia en vue d'une opération d'aménagement multipolaire sur le centre du Coeur d'Hérault ; la Communauté de Communes du Clermontais avait participé activement en 2005 à un comité de pilotage (avec le Département, la Communauté de communes de la Vallée de l'Hérault et les bourgs-centre de Gignac, Saint-André de Sangonis, Clermont l'Hérault et Paulhan) qui avait défini les orientations retenues à l'horizon 2015-2025. Et la multi-modarité des transports est l'un des points forts de ce projet Valcordia avec des infrastructures à développer dans chacun des bourgs-centre. Aujourd'hui, seule la commune de Gignac est vraiment au travail sur ce dossier avec un projet de bus à haut niveau de service vers Montpellier.

valcordia,agenda 21,clermont l'hérault,gignac,paulhan,conseil général de l'hérault,alain cazorla

valcordia,agenda 21,clermont l'hérault,gignac,paulhan,conseil général de l'hérault,alain cazorla

Lors des ateliers de concertation de l'Agenda 21 de la Communauté de Communes du Clermontais, l'atelier qui se tenait à Aspiran le 19 mai 2011 avait mis en avant la nécessité de mettre en place sur le territoire un réseau de navettes ou de transport à la demande, ceci afin de désenclaver les villages autour de Clermont l'Hérault et de Paulhan tout en évitant le recours systématique à la voiture individuelle.

Aussi, l'information fournie par Midi Libre que dès septembre 2012 un service de transport à la demande se mettrait en place sur la commune de Clermont l'Hérault est une bonne nouvelle. C'est à l'évidence un premier pas du Maire de Clermont l'Hérault, Alain Cazorla, pour amorcer le réseau intercommunal que le Président de la Communauté de Commune, Alain Cazorla, s'est engagé à étudié dans le cadre de son Agenda 21 et pour inscrire enfin le territoire du centre du Coeur d'Hérault dans les réalisations du projet Valcordia dont le Conseiller général, Alain Cazorla, est l'un des ardents promoteurs.

La principale vertu que présentent les défenseurs du cumul des mandats, c'est justement de pouvoir mutualiser des actions qui relèvent de différents niveaux d'administration territoriale, ce fameux ancrage local que les parlementaires revendiquent souvent. Là, le projet Valcordia était une initiative intéressante, ambitieuse et visionnaire, mais elle ne se résume sur le Clermontais qu'à un simple projet local de transport à la demande sur la commune "locomotive" du territoire ... Ah oui, c'est certainement la mise en pratique du "Penser global et agir local" ;-)

28/05/2012

Les USA sur la voie de l'indépendance énergétique grâce aux gaz de schiste, rêve ou cauchemar ?

Depuis la fin 2011, les média évoquent épisodiquement la bonne fortune américaine en matière de production pétrolière. Des bureaux d'étude prévoient 118 milliards de dollars de revenus et 870.000 emplois créés à l'horizon 2015 (cf. Figaro du 16/02/2012).

Pour certains, les gaz de schiste représentent un potentiel énorme synonyme d'indépendance énergétique et de maintien de l'activité industrielle fondée sur l'exploitation des hydrocarbures. Dans son dernier ouvrage "La troisième révolution industrielle", l'économiste américain Jeremy Rifkin déplore que son pays ne fasse pas le choix des énergies renouvelables, de la sobriété énergétique, du stockage par l'hydrogène, d'un équilibre production/consommation relocalisé, des transports propres, ... car la planète ne permettra pas d'étendre à 7 milliards d'êtres humains le modèle économique du 20ème siècle.

BM_earth_and_capitalism.jpg

Les hydrocarbures demeurent indispensables pour certaines industries comme la pharmacie ou la chimie, et il n'est pas question d'y renoncer. Mais pour la majorité de nos besoins en énergie (transports, chauffage, électricité, éclairage, ...), il est urgent de rompre avec le mythe des énergies fossiles abondantes et bon marché.

Aujourd'hui en France et en Europe, des sociétés pétrolières espèrent pouvoir y exploiter des gaz de schiste. Elles se contentent pour l'instant d'explorer notre sous-sol afin de présenter prochainement à nos gouvernants des dossiers prometteurs sur le potentiel que constituent ces gaz de schiste. Et qu'importe alors que la fracturation hydraulique soit préjudiciable à l'environnement, car il y aura comme d'habitude d'enormes sources de profit et d'innombrables créations d'emplois à la clés.

Alors mobilisons nous pour faire interdire l'exploration ! Des comités locaux anti-gaz de schiste se constituent et des municipalités emboîtent le pas en délibérant contre. C'est ce qu'a fait mardi dernier le Conseil Municpal de Paulhan en interdisant la circulation et le stationnement des engins  destinés à l'exploration de gaz de schiste sur le territoire de la commune.