Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/05/2012

Europe Ecologie Les Verts, le début de la fin ?

La campagne d'Eva Joly est passée complètement à côté du projet écologiste, et elle a plutôt joué au sniper contre Nicolas Sarkozy. Aujourd'hui, les ténors du parti écologiste ont obtenu du Conseil Fédéral d'EELV l'adoption d'une motion acceptant le principe d'une participation au gouvernement. Et chacun y va de son fantasme (cf. Artricle de Rue 89). Cécile Duflot a même déjà annonçé son départ du secrétariat national après le 17 juin.

Il doit bien rigoler le Président Hollande ... Et puis il n'a pas besoin des Duflot, Joly, Placé, Baupin et autres starlettes écolo pour dérouler son projet présidentiel ; d'une part parce que l'écologie n'est pas une priorité de son mandat, et d'autre part parce qu'il a déjà d'anciens Verts autour de lui pour le conseiller utilement (Marie-Hélène Aubert, Aurélie Filippetti, Yves Pietrasanta, ...).

En même temps, des adhérents d'un courant minoritaire d'EELV ont gagné un référé au tribunal de Grande Instance de Paris car la désignation des candidats pour les législatives n'était pas statutaire. En réalité, les nouveaux statuts d'EELV n'ont pas été calqués sur ceux des Verts ; ils sont plutôt inventifs, mais pas du tout réalistes. Au final, tous les candidats aux législatives se retrouvent dans l'incertitude de pouvoir utiliser le logo de leur parti et bénéficier des ressources d'EELV.

Le rassemblement des écologistes au sein d'Europe Ecologie Les Verts n'a jamais réussi à donner à l'ancien parti Vert un socle pérenne pour aborder les échéances électorales. La dynamique d'Europe Ecologie issue des Européennes de 2009 s'est toujours heurtée aux valeurs historiques des Verts (parité, pluralité, démocratie interne, discipline statutaire, ...). Et c'est ainsi que la moitié des candidats investis sur les circonscriptions négociées avec le PS l'ont été par cooptation, à l'opposé de la traditionnelle proportionnelle des motions de congrès qui assurait la représentation de tous les courants du parti.

Alors que va devenir Europe Ecologie Les Verts ? Ce qui est certain, c'est que des milliers de militants ne se retrouvent pas du tout dans cette écologie de salon où l'ambition de quelques uns prend le pas sur les vrais rapports de force politique. Peut-on participer à un gouvernement qui va oeuvrer pour la construction de l'EPR à Flamanville et pour la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ?

Il y a urgence pour la planète ; et on se souvient du discours de J. Chirac au Sommet de la Terre à Johannesburg en 2002 sur la "planète brûle et ils regardent ailleurs ...". Toujours sous la Présidence de J. Chirac, la Constitution Française s'est par la suite dotée d'une charte de l'environnement. Puis sous celle de N. Sarkozy, il y a eut le Grenelle de l'Environnement ... Et alors ? Notre empreinte écologique diminue-t-elle ? Les trop rares initiatives de l'Etat et des collectivités territoriales sortent-elles des frontières de l'hexagone ?

Il y a un espace politique pour l'écologie, mais aucun autre parti politique que les Verts (puis EELV) n'a vraiment investi ces enjeux prioritaires pour la planète, et donc pour nous et pour nos enfants. Alors laissons nos quelques Icare aller se brûler les ailes sous les ors de la République, et revenons sur le terrain des luttes pour l'environnement.

23:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eelv, gouvernement

13/04/2012

2011-2012, l'écologie politique sort du champ électoral ...

"Entre la gauche molle qui ne promet rien et la gauche folle qui promet tout, je représente la gauche raisonnable" ... Voilà qu'elle se met aux petites phrases choc Eva, la fin de son long chemin de croix lui donnant finalement envie de ressembler aux autres :-(

Décidément, l'écologie politique aura beaucoup perdu pendant cette campagne des présidentielles, avec une candidate que la direction du parti écologiste a porté comme un cache-sexe sur des ambitions politiques personnelles de Cécile, de Jean-Vincent et de quelques autres. Et que dire des législatives qui vont venir ... Avec la soixantaine de circonscriptions réservées sur lesquelles va se concentrer toute l'énergie des instances nationale et régionales, cela donnera un désert militant et médiatique sur les 400 autres circonscriptions nationales.

Prenons le cas de l'Hérault et ses neuf circonscriptions. Europe Ecologie Les Verts est soutenu par le PS sur la 1ère. En retour, Europe Ecologie Les Verts n'a pas présenté de candidat sur les 6ème et 7ème circonscription (à noter que sur la 6ème, c'est un représentant d'EELV qui est le suppléant de la candidate socialiste). Dans ce contexte, une campagne autonome peut-elle prendre tout sa place dans les six autres circonscriptions ? Peut-on imaginer un instant Cécile Duflot ou Jean-Louis Roumégas venir soutenir un(e) candidat(e) opposé(e) à un(e) socialiste quand eux-mêmes sont soutenus [de façon très fragile] par le Parti Socialiste dans leur circonscription ? Et quels messages passeront dans les média ? Surtout si en plus certain-e-s rêvent d'un ministère ...

Or, la planète et ses 7 milliards de bipèdes égoïstes vont de plus en plus mal ... Même si ce n'est pas une préoccupation prioritaire des Français, l'écologie reste le seul espoir de laisser aux générations futures un monde dans lequel ils pourront vivre au moins aussi bien que nous (lire l'article du Monde du 07 avril 2012 : La planète brûle, et ils regardent ailleurs). Heureusement, cette exigence de développement durable s'inscrit de plus en plus dans les politiques publiques des collectivités locales. L'écologie n'est plus la chasse gardée de quelques militants alarmistes, elle se banalise auprès des élus locaux. C'est beaucoup plus vrai dans les grandes villes ... et le comportement de certains élus ruraux tranche d'autant plus.

Bon, vivement l'été !

14/05/2011

Présidentielles de 2012, quels candidats pour quels électorats ?

Vous êtes une jeune femme diplomée habitant en ville, alors vous êtes dans le coeur de cible de l'électorat de gauche pour les présidentielles de 2012 ! C'est ainsi que Terra Nova analyse l'électorat de gauche et conçoit la stratégie électorale à venir ; Terra Nova est un club de réflexion politique qui fait office de laboratoire d'idées pour le Parti Socialiste.

Et c'est suite à une espèce d'étude de marché que Terra Nova dessine le périmètre des électorats de gauche qui assureront la victoire de Strauss-Kahn au printemps 2012 (Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ?). On évalue d'abord pour qui votent les jeunes et les vieux, les employés et les cadres, les urbains et les ruraux, les célibataires et les familles nombreuses, ... et puis on additionne les potentiels électoraux afin de bâtir une communication électorale gagnante. Une entreprise qui voudrait gagner des parts de marché ne ferait pas autrement ...

Pour ma part, je m'honore de militer dans un parti qui privilégie son projet politique plutôt que son score aux présidentielles. C'est vrai que les 1,57% de Dominique Voynet en 2007 témoignent de ce détachement vis à vis des électorats cibles. Car l'écologie politique interpelle toutes les couches sociales, toutes les générations et tous les territoires. Et les scrutins de 2009 (Européennes) et de 2010 (Régionales) ont montré que l'électorat écologiste n'était pas constitué que de bobos des quartiers résidentiels des grandes villes. Les récents rassemblements contre les gaz de schiste ont réuni des personnes de tous les horizons.

Défendre des valeurs et promouvoir un idéal politique sont pour moi les ferments du processus qui doit conduire des personnes à se présenter à des scrutins européenes et nationaux (présidentielles et législatives). C'est la noblesse de la politique !