Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/07/2011

Je me suis abstenu sur l'adhésion de la CCC au Syndicat mixte de l'abattoir de Pézenas.

Mon collègue Bernard Coste, Maire d'Octon, se satisfait des mesures agro-environnementales mises en oeuvre par le Syndicat Mixte de gestion du Salagou (où je siège régulièrement) qu'il porte au crédit de la Communauté de Communes du Clermontais (CCC). Mais il n'a pas donné d'exemple d'action ou de délibération portée par la CCC, et adhérer à une structure porteuse d'un soutien financier à l'abattoir de Pézenas est l'arbre qui cache la forêt, ou pluôt le cactus qui cache le désert ...

Mais nous étions très peu d'élus communautaires présents lors de l'atelier de la phase de concertation de l'agenda 21, le 9 juin à Canet, pour évoquer le développement économique. La chargée de mission du Syndicat mixte du Salagou nous a donné des informations sur l'élevage (19 exploitations pour un millier de bêtes), mais c'est évidemment à l'échelle du Pays Coeur d'Hérault que se situent les enjeux et les leviers pour agir ; l'agriculture génère 100 M€ de chiffre d'affaire à l'échelle du Pays et elle emploie près d'un tiers des salariés de ce territoire. C'est une filière économique qui est encore prépondérante en Coeur d'Hétrault, devant le commerce et la construction, mais il faut vraiment que les élus engagent des politiques publiques plus structurantes.

05/02/2010

Europe Ecologie fait étape à Clermont l'Hérault, et la Salamane n'échappe pas aux critiques de ses candidats


Europe Ecologie dit STOP! à la ZAC de "La Salamane"
envoyé par EuropeEcologieLR. - L'info video en direct.

11/10/2009

Coeur d'Hérault, le Pays est mort, vive le SYDEL

Voila un évènement qui est passé totalement inaperçu, dont personne ne parle. Et pourtant, le Pays Coeur d'Hérault avait été créé en janvier 2001 conformément à la loi du 25 juin 1999, Loi d'Orientation de l'Aménagement Durable du Territoire (LOADT), dite loi Voynet. Son point fort est la concertation qui repose sur un Conseil de Développement ; ce Conseil de Développement réunit des élus mais aussi des associations, des socio-professionnels et des personnalités locales, et il élabore la Charte de Développement du Pays. Cette Charte a été soumise en 2003 aux trois communautés des communes qui couvrent le territoire du Coeur d'Hérault.

La structure porteuse de ce Pays, qui était jusqu'à présent une association, a été dissoute par ses membres le 7 octobre 2009 en assemblée générale extraordinaire. C'est désormais un syndicat mixte qui portera le projet de Pays, ce Syndicat de Développement Local (SyDeL) étant déjà constitué depuis un an, mais il entrera officiellement en activité au 1er janvier 2010. Les huit salariés du Pays ont été transférés au SyDeL. Plus d'informations à propos du SyDeL sur http://www.coeur-herault.fr/article.php3?id_article=904.

Mais ce changement a un goût d'imparfait ... En premier lieu, disparaît de fait l'espace de concertation au profit d'un cénacle d'élus, voire même d'élus d'élus d'élus. En effet, la majorité des élus qui nous représentent dans ce syndicat mixte ont été désignés par les structures intercommunales dont les délégués sont eux-mêmes désignés par les communes et dont les membres, eux, sont élus au suffrage universel direct. Ouf ! Néanmoins, quel regard les citoyens peuvent avoir sur un tel syndicat mixte sur lequel ils ont si peu de pouvoir ? Et quelle est réellement la responsabilité des élus qui y siègent ?

Une seule issue est possible, la fusion des trois communautés des communes du Lodévois-Larzac, de la Vallée de l'Hérault et du Clermontais pour éviter le mille-feuille qui induit des coûts de structure et de représentation, ainsi que des inerties politico-administratives. Mais à cela, sy' ajoute l'élection des membres de cette intercommunalité au suffrage universel. Et c'est d'alleurs le projet que conduit en ce moment le gouvernement. La rationalisation du périmètre des intercommunalités est un chantier qui devrait s'achever pour 2014 avec des élections locales qui devraient alors s'inscrire dans ce nouveau cadre juridique. Les membres des intercommunalités devraient être élus par "fléchage" sur les listes aux élections municipales et le nombre de délégués communautaires sera plus conforme à la réalité démographique des communes.