Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/09/2010

Salamane, ce n'est effectivement qu'une étape ...

Bien d'accord avec le maire de Clermont l'Hérault, cet avis favorable du commissaire enquêteur n'est qu'une étape dans un processus très long ; et il n'y a ni triomphalisme à avoir d'un côté, ni abandon de l'autre.

hdj_080910.JPG

Et c'est là où on mesure ce que nous apportent la République ainsi que la démocratie. Personne ne s'impose à d'autres, mais au contraire nous sommes tenus de débattre collectivement et de faire participer tous les publics. Et à l'issue de ces processus, c'est l'expression de l'intérêt général qui s'impose.

Par ces propos, je tiens à rappeler à tous qu'il faut savoir se respecter, sans agressivité.

20/08/2010

Cazorla, faux naïf ou vrai has been ?

La lecture du procès-verbal du Conseil Municipal de la ville de Clermont l'Hérault du 14 décembre 2009 diffusé sur le site Web du Collectif de la Salamane me laisse sans voix ! Je ne ferai ici aucun commentaire sur les interventions des élus de Clermont l'Hérault, je laisse le soin aux habitants de Clermont l'Hérault de le faire, ce n'est pas mon rôle. Je ne ferai aucun commentaire non plus sur le préambule de cette délibération qui fera l'objet d'une évidente saisine du Tribunal Administratif. Par contre, certains propos d'Alain Cazorla ne peuvent pas être passés sous silence !

"La plateforme de Système U n'est pas comparable à I'usine de la Planque ni à Agrocanet : même si Système U partait dans vingt ou trente ans les bâtiments qui vont être construits n'auraient en aucun cas le même devenir" - Dixit Alain Cazorla. C'est évident, un bâtiment de 600 mètres de long sur 140 de large et de 15 mètres de hauteur, ça se revend aussi bien qu'un atelier en centre ville. Et à part une gare ou un hangar d'aviation, je ne vois pas à quel autre usage un entrepreneur pourrait destiner une telle infrastructure. Oui, ce bâtiment sera dans quelques décennies une friche industrielle ; il faudra juste expliquer à nos enfants quelle belle ambition était celle des élus locaux du début du 21ème siècle, au moment même où s'amorçait le déclin des énergies fossiles et des transports du siècle précédent. J'ajoute quand même que dans le protocole d'accord signé avec Système U le 25 septembre 2009, l'enseigne de la grande distribution ne s'engage plus sur aucune durée de présence sur le site de la Salamane.

"Si Système U investit plus de 30 millions d'euros à La Salamane ce n'est pas pour partir au bout de cinq ans" - Dixit Alain Pardaillé, le très zélé collaborateur d'Alain Cazorla. Il faudrait simplement informer l'élu et son conseil que le capitalisme industriel ne se comporte pas comme le boulanger du coin. Oui, quand nos artisans et nos commerçants investissent dans un local et dans des outils de production, c'est pour un projet local à long terme. Mais quand Système U investit quelques millions d'euros, alors que son chiffre d'affaire en 2008 était de 18 milliards d'euros, nous ne sommes plus dans la même dimension. Car Système U répond à des critères de rentabilité qui permettent toutes les issues ! Il faut rappeler à ces messieurs les fermetures des usines Sony à Pontonx-sur-l'Adour (311 salariés sur le carreau en décembre 2008), Molex à Villemur-sur-Tarn (283 nouveaux chômeurs), Continental à Clairoix l'an dernier et ses 1.120 salariés licenciés ! Et bien d'autres entreprises encore qui ont pourtant investi dans leur outil de travail, comme Lakshmi Mittal dans la sidérurgie européenne (cf. ArcelorMittal), et qui ferment ou restructurent à tours de bras. Enfin, quand même ... Ces deux dernières années, les exemples se sont fait légion de grands groupes capitalistes qui ont coupé les "maillons faibles" de leurs organisations. Et à chaque fois, les élus locaux sont consternés d'avoir autant aidé ces grands groupes, autant investi dans les infrastructures routières et finalement se retrouver de facto complices de ces échecs.

"Les populations auront toujours besoin de manger : une entreprise quelconque pourrait fermer mais pas une de ce type" - Dixit Alain Cazorla. Beau projet d'avenir que celui décrit ici par l'élu socialiste ... Et c'est ce projet de société là que je combats de toutes mes forces, cet assujettissement à un consumérisme que les trente glorieuses ont fait perdurer jusqu'à la fin du siècle dernier, cette économie mondialisée où on préfère vendre des asperges venues du Pérou plutôt que de les faire pousser sur nos terres, cette renonciation définitive à vouloir faire grandir ses semblables. Ce disciple du Frêchisme qu'est Cazorla abonde dans la devise de l'empire romain : "du pain et des jeux". Leurs projets à tous deux incarnent cette devise : "tant que la population mange et s'amuse, elle se tait". Et pourquoi pas un petit Odysséum sur la Salamane ?

Non, très énergiquement non ! Le Coeur d'Hérault compte aujourd'hui près de 70.000 habitants qui n'ont pas envie de devenir des pantins que l'on déplace d'un poste de travail à un caddie de supermarché en passant par un plongeon au centre aquatique et un hamburger au MacDo. Et le refus récent des élus du Lodévois-Larzac de fusionner leur intercommunalité avec celles du Clermontais et de la Vallée de l'Hérault illustre ce rejet d'un modèle socio-économique urbanisant. Quand unE éluE n'a plus de rêve, plus d'idéal, et que son mandat ne sert qu'à gérer sa collectivité avec la même grille de lecture qu'au siècle dernier, alors la population et le territoire vont vers le déclin.

15/08/2010

Un(e) écologiste élu(e) en mars prochain sur le canton de Clermont l'Hérault, c'est un objectif réaliste et nécessaire

En mars 2011, se dérouleront les élections cantonales. Dans l'Hérault, 26 des 49 cantons sont renouvelables, dont celui de Clermont l'Hérault où le socialiste Clermontais Alain Cazorla est candidat à sa réélection. D'autres personnalités ont déjà fait part de leur candidature, comme la Clermontaise Claude Blaho-Poncé qui représente la parti de Jean-Marie Bockel (La Gauche Moderne), et la Popianaise Marie-Agnès Sibertin-Blanc pour l'UMP.

Europe Ecologie et les Verts ont lancé cet été un appel à candidatures en interne de leurs structures, mais aussi vers l'extérieur. En effet, Europe Ecologie a construit son succès aux europénnes et aux régionales sur l'ouverture à des candidats non encartés, des militants expérimentés dans des domaines variés. Je pense par exemple à la magistrate Eva Joly dont Dany Cohn-Bendit disait récemment qu'elle n'aurait jamais été qualifiée si elle avait du passer toutes les étapes de sélection interne aux Verts, et quand aujourd'hui elle est pressentie pour représenter les écologistes à l'élection présidentielle de 2012 ! Mais d'autres militants qui n'avaient pas jusqu'à présent un passé d'écologiste émérite ont été acceuillis sur les listes des régionales (Philippe Meirieu, Robert Lion, Augustin Legrand, Bruno Rebelle, Laurence Vichnievsky, Pierre Larrouturou, Pascal Frissant, ...) ; et c'est cette dynamique d'élargissement qui va se poursuivre lors des prochains scrutins.

Pour Clermont l'Hérault, j'ai proposé ma candidature en interne des Verts ; j'étais déjà candidat aux cantonales de 2004. Mais la situation sur Clermont l'Hérault est compliquée, le combat autour de la ZAC de la Salamane illustre les divergences politiques profondes exprimées par les divers acteurs politiques locaux. Et l'élection cantonale de mars 2011 ne doit pas se transformer en un référendum démagogique pour ou contre la ZAC de la Salamane, pour ou contre la création de centaines d'emplois dans le secteur tertiaire. Il faut dépasser cette question finalement très ponctuelle pour aborder le projet de territoire pour le Coeur d'Hérault, celui-ci s'inscrivant dans un projet de société porté par les écologistes à l'échelle mondiale.

Aussi, et pour réussir ce pari sur Clermont l'Hérault, je me fais l'écho de l'appel lancé par les instances Vertes pour que des personnalités locales fassent acte de candidature. Evidemment, et quand on sait qu'il n'y a qu'une seule femme actuellement conseillère générale sur 49 élus départementaux, une cadidature féminine serait idéale. Par ailleurs, des discussions sont déjà bien engagées avec d'autres formations politiques de la gauche non socialiste, une candidature de rassemblement pouvant favoriser les chances de gagner. Il ne faut pas occulter non plus que la dynamique du collectif de la Salamane est un formidable catalyseur politique que bien des structures locales de partis politiques peuvent envier.

La perspective de voir un(e) élu(e) écologiste du Clermontais intégrer l'Assemblée Départementale en mars 2011 est d'une probalibilité non négligeable. Cela constiturait une alternance salvatrice pour le Coeur d'Hérault, mais aussi un retour des écologistes au sein du Conseil Général de l'Hérault. Il est donc très important de ne pas se précipiter, de ne pas suivre le tempo de la création de la ZAC de la Salamane dans lequel Alain Cazorla essaiera de focaliser sa campagne, mais aussi de choisir le couple de candidats (**) qui sauront entraîner derrière eux des électeurs attachés à leur territoire, à sa dynamisation économique comme à sa valorisation patrimoniale.

- - - - - - - - -
(*) Eva Joly dans le quotidien Sud-Ouest du 15 août 2010 : http://www.sudouest.fr/2010/08/15/oui-l-election-presiden... et http://www.sudouest.fr/2010/08/15/la-vie-remp-lie-d-eva-j...
(**) A l'élection cantonale, il faut présenter un(e) titulaire et un(e) suppléant(e) de sexes opposés.