Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/02/2011

Un risque Front National sur le Clermontais le 20 mars prochain ?

Lors de récentes déclarations, Alain Cazorla (Parti Socialiste) et Claude Blaho-Poncé (Gauche Moderne) ont introduit dans la scène électorale locale le spectre du Front National. Mais il ne faut pas faire d'amalgame entre la notoriété croissante d'une Marine Le Pen à l'échelle nationale, surtout sur des sujets tels que l'immigration et la sécurité, et le poids électoral d'un total inconnu dans une élection de proximité comme une cantonale.

Ainsi, Jean-Marie Le Pen avait réalisé 18,24% des suffrages sur notre canton à l'élection présidentielle de 2007. Mais un mois plus tard, la candidate Frontiste à l'élection législative sur la 4ème circonscription, France Jamet, ne faisait plus que 9,63% des suffrages sur notre canton. Ils avaient pourtant la même étiquette et ils promouvaient le même projet politique ... Aux régionales de 2010, c'est justement France Jamet qui conduisait la liste du Front National, et elle a fait 12,2 % sur notre canton (autour de 800 voix).

Bien évidemment, rien ne m'autorise à écarter tout scénario de second tour qui verrait le Front National jouer au trouble fête, mais il me paraît un peu exagéré d'en faire une menace majeure. Au fait, c'est qui ce Julien Ruche ?

Cantonales à Clermont l'Hérault, ils sont six en lice !

Il y quatre candidats à gauche : Michel Capron pour le Parti Communiste (sa suppléante est Nicole Perrot), Myriam Hubert pour le Parti de Gauche (son suppléant est Gérard Saez), Alain Cazorla pour le Parti Socialiste (sa suppléante est Christelle Journet) et le Divers Gauche Bernard Soto (sa suppléante est Paulette Hauchard). Ils sont deux à droite : Marie-Agnès Vailhé Sibertin-Blanc pour l'UMP (son suppléant est Yvan Marcou) et Julien Ruche pour le Front National (sa suppléante est Annie Thévenin).

Il serait bien présomptueux de faire des pronostics à ce stade ; la campagne commence à peine et un premier indicateur sera la participation aux réunions publiques des candidats. Ce que l'on sait par contre, c'est que le canton compte environ 15.000 électeurs et qu'il faut obtenir 12,5% des inscrits pour aller au second tour ; la barre fatidique est donc d'environ 2.000 électeurs. On sait aussi que l'abstention sera très forte, certainement inférieure à 50% des inscrits (et je le regrette). Il y a donc à peu près 7.000 suffrages à partager entre 6 candidats, et seuls ceux qui feront 2.000 voix iront au second tour.

Le mandat de Conseiller général est certainement l'un de ceux qui est le moins connu des français, mais c'est surtout remarquable en milieu urbain. A Montpellier où il y a 10 cantons, personne ne sait vraiment à quel canton appartient tel bout de rue ou tel quartier ... Qui plus est avec la récente réforme des collectivités territoriales, la population est déjà dans la perspective de l'élection du Conseiller territorial pour 2014.

Mais le Conseil général joue un rôle considérable dans les politiques publiques de proximité. Et si on ne veut pas que ses missions deviennent de simples guichets, comme c'était le cas avant les lois de décentralisation de 1982, alors il faut donner à l'assemblée départementale une forte légitimité et un mandat clair pour affirmer les spécificités de notre territoire.

D'autres notes me permettront d'exprimer mon jugement sur cette campagne, il reste encore 5 semaines.

27/11/2010

Cantonales à Clermont l'Hérault - Interview dans Midi Libre

Cette interview (téléphonique) s'ajoute à ma dernière note sur ce blog. Tous mes propos n'ont pas été repris dans cet article, mais ceux qui sont relatés ici sont conformes à l'état d'esprit ainsi qu'à mes motivations vis à vis de ce scrutin local de mars 2011.


Midi Libre - Édition du samedi 27 novembre 2010

img400.jpg Laurent Dupont, d'Europe Écologie, a décidé de ne pas se présenter aux élections cantonales de Clermont-l'Hérault en mars prochain. Explication ...

  

CLERMONT - Pas de candidat d'Europe Écologie

Laurent Dupont, d'Europe Écologie, a décidé de ne pas se présenter aux élections cantonales de Clermont-l'Hérault en mars prochain. Explication. « Dans le combat mené contre la Zac de la Salamane, un collectif s'est créé qui a gommé les différences politiques. Et qui est devenu un vecteur politique. En terme de stratégie pour les cantonales, il me semble difficile de casser cet outil qui a, rappelons-le, déposé deux recours contre la Ville de Clermont. N'oublions pas que je suis un militant écologiste. J'aurais du mal à me fondre dans le moule du Parti de gauche qui sera représenté par Myriam Hubert et Gérard Saez (membres actifs du collectif de la Salamane), deux conseillers municipaux de Clermont-l'Hérault déjà dans le combat contre Alain Cazorla. Ils ont donc une antériorité et une efficacité avérées contre le maire et président de la communauté de communes. Il est vrai que j'aurais pu me présenter moi aussi puisque j'ai une légitimité en tant qu'adjoint de Paulhan et délégué à la communauté de communes du Clermontais. Mais j'ai décidé de ne pas le faire. »
 
La candidature de Myriam Hubert a été actée par le Parti de gauche, tout comme celle de Gérard Saez, pour les Verts. Cependant, les diverses composantes des forces de gauche devraient œuvrer pour ne présenter qu'un seul candidat.

Propos recueillis par Antonia Jimenez.

Edition en ligne sur Midilibre.com :
http://clermontherault.blogs.midilibre.com/archive/2010/1...