Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/06/2013

La construction immobilière s'effondre en 2013

L'année 2012 avait été marquée par une très forte baisse du marché immobilier, avec un recul de 30% du nombre de transactions immobilières sur l'aire de Montpellier. Et dans le bâtiment, une baisse de 38% du nombre de logements autorisés de novembre 2012 à janvier 2013 dans le Gard et l'Hérault et une baisse de 34% à l'échelle régionale pour les trois premiers mois de l'année.

A l'échelle de la commune de Paulhan, c'est le nombre de permis de construire délivrés qui témoigne de cette très mauvaise santé du secteur de la construction :

Permis_de_construire_2008_2013_V2.JPG

Seulement deux permis de construire ont été délivrés à Paulhan pour ce premier semestre 2013, alors que le nombre de permis de construire délivrés au premier semestre variait, de 2008 à 2012, entre 15 et 30. Attention, un permis de construire ne signifie pas nécessairement la création de logements ; une extension supérieure à 40 m2, les sanitaires d'une école ou un abris sur des bennes de boues nécessite un permis de construire.

Mais ces mauvais chiffres de 2013 signifient sans ambiguïté une baisse d'activité pour les professionnels du bâtiment, et c'est comme cela qu'une spirale de récession économique se développe : pas d'activité donc pas de redistribution en salaires et donc pas de pouvoir d'achat pour construire.

Les collectivités locales restent le dernier rempart contre un effondrement total du secteur de la construction, mais leurs ressources financières liées à la fiscalité sont fragiles et le recours à l'emprunt doit être mesuré. La commune de Paulhan a mis en chantier le groupe scolaire en 2013, avec un budget autour de 2 M€, mais à l'inverse l'annonce du gouvernement de ne pas réaliser le tronçon de ligne à grande vitesse (LGV) entre Montpellier et Perpignan est une très mauvaise nouvelle.

Cantonales de 2015 : Les ex-cantons de Clermont l'Hérault et de Roujan fusionnent pour constituer le 7ème canton de l'Hérault

Midi Libre s'en est fait l'écho dans son édition du 28 juin (cf. article) sur les nouveaux cantons de l'ouest du départiment à l'horizon 2015, les actuels cantons de Roujan et de Clermont l'Hérault ne feront plus qu'un au sein d'un septième canton (sur 25) :

2015,conseil départemenal,7ème canton de l'hérault

Le Parlement a adopté au printemps la loi qui divise par deux le nombre de cantons (le département de l'Hérault passera ainsi de 49 à 25 cantons), avec de nouveaux cantons qui réunissent tous le même nombre d'habitants à +/- 20% près. Autre nouveauté pour 2015, les électeurs désigneront pour chaque canton une doublette paritaire de candidats.

Ce découpage proposé pour l'instant par l'Assemblée Départementale répond aux exigences de la loi, il sera ensuite soumis à la validation du Préfet de l'Hérault avant d'être soumis à la validation du Ministre de l'Intérieur.

La carte ci-après précise les transferts qui ont été retenus par le Conseil général ; des communes des anciens cantons de Lunas et de Montagnac rejoignent ce nouveau 7ème canton, mais quelques communes des anciens cantons de Roujan et de Clermont l'Hérault sont écartés du 7ème canton qui réunira 36817 habitants.

2015,conseil départemenal,7ème canton de l'hérault

Ce découpage a aussi respecté le mieux possible les limites actuelles des circonscriptions législatives de 2012. La 5ème circonscription législative du député Kléber Mesquida comptait treize cantons (Bédarieux, Capestang, Clermont l'Hérault, Lunas, Montagnac, Murviel-les-Béziers, Olargues, Olonzac, Roujan, Saint-Chinian, Saint-Gervais-sur-Mare, Saint-Pons-de-Thomières et La-Salvetat-sur-Agout), elle n'en compterait désormais plus que trois.

Les états-majors politiques vont désormais travailler à la désignation de binômes homme-femme, tout en tenant compte des élus sortants. Ainsi, sur ce nouveau 7ème canton, deux élus socialistes sont sortants : Francis Boutes sur Roujan et Alain Cazorla sur Clermont l'Hérault.

En 2015, l'Assemblée Départementale comptera autant de femmes que d'hommes, et c'est vraiment une avancée remarquable pour une démocratie moderne. Par contre, le mode de scrutin de binômes adopté par le Parlement rend encore plus inaccessible les bancs du Conseil Départemental pour les "petites" formations politiques ; c'est la pluralité qui est sacrifiée au profit de la parité, et il y avait pourtant des alternatives pour affirmer la parité et la pluralité.

23/06/2013

Le Front National, le père Fouettard de la politique française ... Mais l'essentiel est ailleurs.

Dans le folklore du Nord et de l'Est de la France, mais aussi en Belgique et dans quelques pays d'Europe du Nord, le père Fouettard est ce personnage qui vient punir les enfants turbulents quand Saint-Nicolas apporte des cadeaux et des bonbons aux enfants sages. J'ai connu dans mon enfance à Calais le défilé de la Saint-Nicolas, et avec un peu plus loin derrière le funeste père Fouettard. Et on prédisait aux enfants qui faisaient des bétises que le père Fouettard viendrait leur donner un coup de martinet :=(

st-nicolas-pere-fouettard-et-les-enfants.jpg

Alors pourquoi ce rappel folklorique et pourquoi l'associer au Front National ?

Il y a tout d'abord cette interrogation personnelle : pourquoi dans la critique qu'ils font du système dominant le Front de gauche et le Front National ne rencontrent-ils pas le même succès dans les urnes ? Et ma sensibilité de gauche ainsi qu'un minimum de lucidité politique m'incitent à penser que Jean-Luc Mélenchon apporte quand même des réponses plus sérieuses et plus responsables que celles de Marine Le Pen. Alors pourquoi, par exemple à Villeneuve-sur-Lot, le candidat du FN arrive à 26,04% quand la candidate du FdG ne fait que 5,08% ? Dans cette législative partielle, il était prévisible que l'abstention serait forte et il était tout aussi prévisible que le PS comme l'UMP seraient sanctionnés pour la situation politique nationale, mais pourquoi le FN fait-il cinq fois plus de voix que le FdG ou que de toute autre formation de gauche non gouvernementale ?

Les arguments récurrents du FN sur l'insécurité, sur l'immigration et sur la préférence nationale seraient-ils suffisants ? Je ne le crois pas. Il me semble surtout que depuis plus de 20 ans le Front National est diabolisé dans le paysage politique français, et que chaque scrutin est l'occasion de médiatiser le spectre d'un Front National qui viendrait punir les sortants de droite comme de gauche pour leur mauvaise gestion de l'Etat et des collectivités locales. Et quand Nicolas Sarkozy et François Hollande font campagne comme des Pères Noêl, Marine Le Pen ne cache pas son ... martinet.

Si elle ou ses amis étaient élus, Marine Le Pen promet de sortir la France de l'Euro, elle annonce qu'elle mettra des barrières douanlères qui pénaliseront les importations depuis les pays émergents, elle jure qu'elle fermera les frontières pour lutter contre une immigration qu'elle accuse de prendre le boulot des français, ... Bref, elle mettrait fin à l'aliénation de la nation française au culte de la mondialisation.

Et les électeurs jouent le jeu, renvoyant à la classe politique elle-même la menace d'un père Fouettard qui viendrait lui mettre un bon coup de pied au cul. Les Français expriment, par les urnes, qu'ils ne croient plus les promesses des uns ou des autres, mais ils attendent néanmoins que cette classe politique-là réagisse. Marine Le Pen ne fait d'ailleurs aucune promesse et personne ne voit en elle une alternative politique sérieuse ; son argumentaire économique lors de la présidentielle de 2012 a été un flop et elle s'est vite empressée de revenir aux fondamentaux du Front National.

Le front républicain que les socialistes ont affiché face à la menace d'une victoire du Front National à Villeneuve-sur-Lot accentue encore ce réflexe du père Fouettard. Plutôt que de voir l'un des partis de gouvernement annoncer puis dérouler un programme de sortie de crise, ils s'unissent dans une forme de fatalisme qui est tout autant conjoncturel (cf. la crise) que structurel. En 2002, le premier tout de la présidentielle a suffit pour que les électeurs manifestent ce ras-le-bol, mais les partis politiques n'ont toujours pas analysé les causes de ce coup de semonce et la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot voit le candidat frontiste accroître au second tour son score du premier tour. Le candidat FN réunissait 8.552 suffrages sur son nom le 15 juin, il en réunit 15.647 ce dimanche.

Peut-on continuer longtemps comme ça ? Notre modèle démocratique majoritaire qui occulte toute pluralité de gouvernance peut-il perdurer ? Tant que nous resterons bloc contre bloc, gauche contre droite, avec une alternance du pouvoir qui se révèle de plus en plus stérile, alors aucune idée nouvelle, aucune politique publique audacieuse, aucune amélioration de notre contrat social et aucune révolution économique ne surviendra. L'échec est toujours la faute du précédent et l'espoir est entre les mains du prochain ... Quand je lis que Nicolas Sarkozy prépare son retour pour 2017, cela illustre bien comment l'intérêt de quelques personnalités prime sur l'intérêt général ; la politique devient un théâtre.

Alors nous finirons peut-être comme aux USA avec une participation d'un électeur sur deux (mais tous les Américains ne s'inscrivent pas sur les listes électorales), et avec une alternance entre démocrates et républicains sans que ni les premiers ni les seconds ne désirent choisir une autre voie que l'American way of life. La mondialisation, Disney et les grands accords économiques bilatéraux finiront peut-être de nous américaniser, et ceux qui ne veulent pas de ce modèle iront vivre en marge d'une société consumériste qui continuera de se faire peur au JT de 20h devant les images d'inondations, de banquise qui disparaît sous les pattes des ours polaires, d'attentats terroristes et d'épidémies qui se propagent au rythme du trafic aérien.

Personnellement, et je milite dans ce sens, je crois que notre culture révolutionnaire qui traverse tous les domaines (science, architecture, culture, politique, arts, ...) est un atout pour bousculer le système ; la France doit être l'épine dans le pied de cette mondialisation qui sinon détruira la terre. La jeunesse est à l'avant-garde pour demander un autre monde, et là ça touche toute la planète. Ce qui s'est réalisé en Tunisie ou en Egypte il y a deux ans se poursuit en Turquie comme au Brésil, et l'étau de Tian'anmen commence à moins peser sur la jeunesse chinoise.

Alors jouons à nous faire peur avec le père Fouettard Le Pen, mais ce sont les enfants du monde entier qui demain nous rappelerons à l'essentiel : partager les fruits de l'activité humaine, préserver la planète et que les progrès scientifiques profitent à tous.

- - - - - - - - -
Severn Cullis-Suzuki a aujourd'hui 33 ans et elle continue de militer. Son discours au sommet de la Terre à Rio en 1992 a inspiré le réalisateur français Jean-Paul Jaud avec le film documentaire "Servern, la voix de nos enfants".