Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/03/2014

Redécoupage cantonal, tout ça ... pour ça ?

La nouvelle carte des cantons de l'Hérault reflète assez mal les intentions que Manuel Valls avait défendu devant les parlementaires, à l'Assemblée comme au Sénat, à savoir essentiellement la garantie de proximité et de parité. Pour la parité, l'objectif est atteint, quoiqu'il y ait bien d'autres solutions pour y aboutir, mais pour la proximité des élus avec leur circonscription, il faudra en reparler avec les futurs conseillers départementaux des cantons de Saint-Pons-de-Thomières ou de Lodève !

Carte_definitive.PNG

D'ici 2016, et avec la volonté présidentielle de transférer la totalité des missions départementales aux métropoles sur leur territoire, que deviendront les conseillers départementaux élus sur ces mêmes périmètres ?

Mais pour l'avenir, une élection à la proportionnelle de listes serait quand même plus représentative de la pluralité des courants politiques ...

23:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

02/03/2014

Redécoupage cantonal de l'Hérault, le décret est publié.

C'est samedi 1er mars que le décret de redécoupage cantonal du département de l'Hérault a été publié au Journal Officiel. Concernant l'ancien canton de Clermont l'Hérault, il est bien rattaché à celui de Bédarieux, mais sans les communes du nord de l'ancien canton de Montagnac. Ainsi, toutes ces communes qui sont pourtant membres de la Communauté de Communes du Clermontais (Usclas d'Hérault, Cabrières, Fontès, Péret et Lieuran-Cabrières) seront désormais dans le canton de Mèze !

6ème_canton_Etat_2015_A.jpg

Les fonctionnaires du Ministère de l'Intérieur ont certainement privilégié les équilibres de population, puisque l'ancien canton de Clermont l'Hérault pèse la moitié de la population totale de ce nouveau canton. Sur le plan politique, ces cantons de Lunas, de St-Gervais-sur-Mare, de Bédarieux et de Clermont l'Hérault désormais réunis dans le 6ème canton de l'Hérault étaient détenus par quatre socialistes, quatre hommes, il reste désormais au Parti Socialiste à trouver le couple de candidats idéal.

Reste à savoir si le Conseil général de l'Hérault saisira le Conseil d'Etat contre ce décret ...

22/02/2014

Election municipale, une parenthèse politique privilégiée !

Bientôt un mois sans publier aucune note, mais ce n'est pas faute de matière ... c'est parce que je cumule actuellement mes obligations privées, mon activité professionnelle, mon mandat de maire-adjoint et une campagne des municipales exaltante. J'ai déjà été candidat aux cantonales en 2004 et aux législatives en 2007, et puis j'ai été étroitement impliqué dans les régionales et les européennes de 2004, mais ces scrutins-là ne placent pas les campagnes électorales au plus près des gens. Des conférences de presse, des interviews, des réunions publiques et des publications ne remplacent pas cet échange privilégié entre un élu local et ses concitoyens. Et plus encore pour un second mandat, car il faut défendre un bilan en même temps que l'on promeut un nouveau projet de mandat. Et là, on ne peut pas mentir, on ne peut pas faire des promesses sans lendemain, car six ans après il faut rendre des comptes !

Et puis l'élection municipale donne l'occasion aux citoyens de rencontrer et d'interpeller des femmes et des hommes politiques qui pour la quasi-totalité réalisent leurs promesses électorales. Alors que les députés par exemple, se souvient-on encore de leur projet potitique ? Et pour le peu qu'on s'en souvienne, ne lui ont-ils pas tourné le dos ?

Sans oublier nos ministres qui sont devenus totalement apolitiques. Benoît Hémon incarnait la gauche du Parti Socialiste, aujourd'hui il se félicité de ses "class actions" ou encore de son combat pour faire baisser les prix des soins optiques. Et je n'épargne pas Cécide Duflot qui n'a plus aucune opinion politique sur le fiasco attendu du débat national sur la transition énergétique, mais elle se félicite de ses lois sur le logement. Bref, nos ministres font l'impasse sur tout idéal politique pour ne plus parler que de leur ministère : Sapin fait baisser la hausse du chômage, Le Drian s'occupent de nos armées au Mali et en Centre-Afrique, Montebourg accumule les sauvegardes d'entreprises, Tobira s'est enfermée dans les rouages de la chancellerie place Vendôme, etc. Voyez comment ces ministres répondent aux journalistes quand on les interroge sur la tournure sociale-libérale du mandat de François Hollande et de son flirt appuyé avec le MEDEF, ils ne parlent plus alors que de leur seul ministère.

Le Maire est finalement le seul politique qui peut encore changer la vie des gens, en positif comme en négatif. D'où le vif intérêt des électeurs pour les municipales, car dépendent de ces futurs élus des investissements spécifiques : plus de social, plus d'associatif, plus de sport, plus de culture, plus d'urbanisation, plus de qualité de vie, plus de développement économique, etc.

Deux scrutins avaient jusqu'à présent en France la plus forte participation électorale, c'est l'élection présidentielle et l'élection municipale. Et je pense que la désillusion engendrée par les mandats des derniers Présidents de la République va pousser les citoyens à s'intéresser aux élections municipales, à en faire le dernier rempart de notre démocratie représentative chancelante.

En tous cas, si dans les prochains jours je me fais plus discret sur mon blog, vous pourrez me retrouver sur le blog de la liste Paulhan Avenir à laquelle je participe activement.

00:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)