Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/06/2012

Législatives à Paulhan : les électeurs tirent le signal d'alarme comme partout ailleurs en France.

Ci-dessous les résultats des deux tours de l'élection législative sur la commune de Paulhan :

  Premier tour   Second tour
  BV1 BV2 Total   BV1 BV2 Total
INSCRITS 1046 1563 2614   1046 1563 2614
VOTANTS 591 910 1501   598 908 1506
EXPRIMES 582 890 1472   570 865 1435
CANDIDAT-E              
M. LACHIVER (EXG) 3 6 9        
M. LAUNAIS (EXG) 4 2 6        
M. HUBERT (FdG) 59 81 140        
K. MESQUIDA (PS) 243 341 584   367 498 865
M. COMPS (EELV) 28 31 59        
J. GAVALAND (ECO) 2 8 10        
C. LARMEE (Modem) 10 13 23        
C. TROUVE (DVD) 2 7 9        
G. ANNET (DVD) 7 12 19        
C. CECCHI (Centre) 115 181 296        
C. CALANDRI (FN) 109 203 312   203 367 570
C. NERI (SE) 0 5 5        

Le bureau de vote n°1 est celui de la Mairie (tous les électeurs qui résident à gauche du cours national [dans le sens Pézenas-Clermont] du côté village), le bureau de vote n°2 est celui de la salle des fêtes (tous les électeurs qui résident à droite du cours national [dans le sens Pézenas-Clermont] du côté route de Campagnan).

Le report des voix des électeurs de droite (19,8% de Mme Cecchi au premier tour) sur la jeune candidate du Front National (qui passe de 18,7 à 39,7%) est évident. Ceci témoigne clairement de la disparition de la droite qui a du mal à trouver localement des représentants légitimes. C'est inquiétant car la démocratie a besoin de confronter des projets, et le vote Front National est en réalité un simple exutoire.

Mais on ne peut pas rester sur un tel constat. L'électorat semble désormais se partager entre les légitimistes et les contestataires. Comme la gauche détient presque tous les pouvoirs, il n'est pas étonnant qu'elle recueille un vote légitimiste. En face, le Front National receuille les suffrages de tous ceux que l'on n'écoute pas ou que les partis politiques n'enchantent plus.

Le challenge pour les partis et pour les hommes politiques est désormais de faire revivre notre démocratie, de porter des projets qui suscitent des débats et de combattre tous les désespoirs. Les citoyens attendent des candidats aux élections qu'ils leur donnent confiance, qu'ils soient compétents, qu'ils soient proches d'eux et qu'ils se rendent disponibles.

Les prochaines échéances électorales sont en 2014 et  il s'agira d'élire les élus municipaux. Et cet échelon local est propice à la renaissance de la vie politique.

21:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

12/06/2012

La logistique d'Intermarché se réorganise sans se soucier des politiques publiques locales en faveur de l'activité économique

Midi Libre nous informe cette semaine (cf. article) que le Groupe Intermarché va réorganiser l'implantation de ses entrepôts logistiques. Cela touche 10.000 salariés pour une quarantaine de plate-formes logistiques à l'échelle nationale, et dans notre région les entrepôs de Pézenas et de Narbonne devraient voir leur activité transférée.

C'est dire combien les dirigeants de ces entreprises de la grande distribution se moquent de l'impact de leurs stratégies internes sur l'activité économique des bassins d'emploi sur lesquels ils s'implantent. Mais cela démontre aussi l'aveuglement des pouvoirs publics et des collectivités locales qui continuent à leur dérouler le tapis rouge dans des visions à très très court terme.

Et je ne peux donc pas oublier la ZAC de la Salamane où Système U réalise là une opération foncière et financière qui répond à un business-plan programmé pour quelques années ; mais rien ne dit que dans 5, 10, 15 ou 20 ans ils ne réorganiserons pas leur activité en abandonnant leur plate-forme de la Salamane.

Or, quand on regarde ce qui constituent les principaux axes de développement économique sur le Coeur d'Hérault, à savoir l'agriculture, le tourisme, l'artisanat et les activités de service, et bien il faut investir au maximum pour les dynamiser. Si on veut créer de l'emploi pérenne et si on veut que la richesse produite localement serve notre territoire, alors il faut se focaliser sur la formation, sur le soutien à la création (et à la reprise) d'activité et sur l'économie verte (énergies renouvelables, isolation des logements, transports, ...).

Aujourd'hui, les collectivités locales du Coeur d'Hérault ne sont pas suffisamment concentrées sur ces enjeux. Ainsi, la démarche SCoT lancée par le Pays Coeur d'Hérault se met lentement en place, et sans le Lodévois-Larzac. Mais des élections locales auront lieu au printemps 2014, voilà une excellente opportunité à saisir pour faire des propositions responsables.

10/06/2012

Cannabis, hypocrisie et fuite en avant ...

Le Président Hollande a recadré tous ses ministres, la dépénalisation de la consommation de cannabis ne sera pas à l'ordre du jour de son mandat. Or, la France est l'un des plus gros consommateurs mondiaux de cannabis, et d'ailleurs comme de toutes les autres drogues telles que le tabac, l'alcool et les psychotropes. Le marché illicite du cannabis représente 830 millions d'euros chaque année, et il constitue la principale source de revenus dans les quartiers difficiles. Et les émeutes de l'automne 2005 ont trouvé leurs racines dans la lutte efficace conduite par la police contre les réseaux de distribution de drogue dans ces quartiiers ...

Pour des politiques, brandir l'étandard de l'interdit pour afficher une posture moraliste est un aveu d'impuissance. Et puis c'est une bonne excuse pour acheter la paix sociale ... Car les conséquences de la consommation de drogues sur le budget de la santé coûte environ 710 millions d'euros à l'Etat. Et les dépenses liées à la répression et au démantèlement des réseaux de trafic illicite sont de l'ordre du milliard d'euros !

Or, la cannabis est une addiction qui peut nuire à la santé des usagers et avoir de graves conséquences sur leur entourage. Face à toutes ces drogues douces (tabac, alcool, médicaments, cannabis, ...) dont l'usage modéré paraît inoffensif, il est urgent de s'attaquer aux causes plutôt qu'aux effets de leur consommation. Répondons déjà à la question de notre exception nationale de sur-consommation de ces produits ; les Français sont-ils si mal dans leur peau qu'ils cherchent à trouver refuge dans ces univers artificiels ? C'est dans nos gênes ou est-ce lié à un contexte social plus récent ? Et puis l'information à destination des jeunes est-elle suffisante ?

Espérons que le futur groupe parlementaire écologiste à l'Assemblée Nationale pèsera suffisamment pour pouvoir ouvrir ce débat et  lui trouver une issue plus satisfaisante que le seul interdit répressif et aveugle.

10:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)