Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/05/2012

Vivement la 6ème République !

La campagne pour l'élection présidentielle prend fin aujourd'hui sur deux constats amers. Le premier constat est que nous allons bien élire un monarque, dans la tradition historique de la France. Les Français sont comme ça, ils ont besoin d'un chef ; Clovis, Henri IV, Napoléon, De Gaulle, ... mais pas Sarkozy ;-) Et cette campagne qui n'en finissait pas a été un trop long concours de gonflette et de provocations.

Le second constat porte sur le projet qui conduira la France jusqu'en 2020 et au delà. François Hollande l'a rappelé, il ne s'engage auprès des Français que sur ses 60 propositions et ce sera le socle de sa majorité parlementaire. Est-ce à dire que le Parlement sera figé dans ce carcan programmatique pendant toute la durée du mandat ?

Déjà, les 60 propositions de François Hollande ne constituent pas une rupture de modèle économique, social et politique ; on reste là dans la continuité du modèle dominant qui fait la part belle à la mondialisation, au consumérisme et à la financiarisation des activités humaines.

Alors quelle liberté de légiférer restera-t-il à la majorité qui sera élue le 17 juin ? On peut espérer qu'elle revendiquera le respect de la séparation des pouvoirs, et que les parlementaires pourront porter au débat des propositions plus audacieuses que celle du candidat socialiste à l'élection présidentielle. Mais les députés et les sénateurs seront confrontés au dilemme des légitimités concurrentes du Président de la République et du Parlement. Les deux sont élus au suffrage universel (indirect pour les sénateurs), et dans les deux cas ces élus du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif peuvent revendiquer la légitimité démocratique de leur élection par les citoyens.

La démocratie ne peut pas être la démocratie dans une telle situation où deux mêmes légitimités démocratiques se font face. Et on a bien vu dans les périodes de cohabitation comment l'exécutif et le législatif s'affrontaient, avec un gouvernement à fleurets mouchetés comme courroie de transmission ...

Il faut désormais réclamer une vraie démocratie parlementaire avec de nouvelles règles de gouvernance de l'Etat. L'Europe ajoute à l'urgence de nous doter d'un édifice politique plus démocratique ; nous avons vu ces derniers mois pendant la crise de la zone Euro comment Angela Merkel et Nicolas Sarkozy intervenaient, la première sous mandat du Bundestag et le second de sa propre autorité. De nombreux partis politiques et beaucoup d'intellectuels ont travaillé à l'élaboration d'une nouvelle constitution, celle de la 6ème République. Il faut cesser d'en parler dans des conférences pour initiés, il faut la mettre en place !

15:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

03/05/2012

Sarkozy s'enlise dans le conservatisme quand Hollande exige plus de justice

Ecartons d'emblée les points de forme du débat présidentiel Hollande-Sarkozy, et attardons nous sur le modèle de société que chacun des deux candidats envisage pour la France.

Pendant près de trois heures, Nicolas Sarkozy a été confronté à son propre bilan et il n'avait pas d'autre issue que de le défendre, quitte à ce que cela devienne son programme par défaut. Sur l'emploi, ses accords compétitivité-emploi signent un retour au 19ème siècle où le patron impose ses propres règles à ses salariés. Sur le pouvoir d'achat, il n'a pas défendu d'autre projet que la seule mesure sur les heures supplémentaires. Sur la dette, il s'est enfermé derrière le rapport de la cour des comptes, derrière sa RGPP et il s'est pris à son propre piège sur le taux des prélèvements obligatoires (les plus forts en Europe avec la Suède) dont il est le seul responsable. Sur les retraites, il n'est animé que par le souci d'équilibrer les comptes de l'assurance vieillesse, mais sans rien changer. Sur l'éducation, il nous ressert son "travailler plus pour gagner plus". Sur l'Europe, ses arguments vont le fâcher à jamais avec les Grecs ou avec les Espagnols ; ces pays sont de mauvais élèves, et il rallie le camp de Mme Merkel contre les Euro-Bonds (la France ne voulant pas dégrader ses conditions d'emprunt sur les marchés, la solidarité européenne n'allant pas jusqu'à payer les déficits des autres). Sur l'immigration, Sarkozy a chaussé les sabots de Marine ; diviser par deux le nombre d'immigrés légaux et renforcer les critères de séjour. Le droit de vote des immigrés lui a donné une autre occasion de courtiser l'extrême-droite, alors qu'il y a encore 4 ans il y était favorable ! Mais nos racines chétiennes sont tellement plus rassembleuses ... Le nucléaire aura été son dada pendant tout ce débat ; il a essayé de le caser lors des discussions sur l'emploi ou encore sur le pouvoir d'achat, et ça a été son grand moment de bonheur quand le sujet est arrivé presque à la fin de l'émission. Il a ainsi pu revenir sur les accords Verts-PS qui signent le déclin de la France. Enfin, le débat sur la gouvernance lui a permis d'exprimer quel homme extraordinaire il était et combien il avait donné de son énergie et de son temps à la nation.

Nicolas Sarkozy n'a présenté aucune vision politique à moyen ou long terme ; il veut simplement rester le capitaine du navire France naviguant dans la tempête. Bien évidemment, les crises internationales lui donnent le prétexte pour réduire les acquis sociaux, pour figer notre société et pour mettre chaque Français devant sa responsabilité nouvelle de se démerder en cas d'accident de la vie.

Pour François Hollande, l'exercice était évidemment plus facile. Il n'a pas de bilan à défendre et il met en avant une exigence de justice dans les rapports sociaux, dans la gouvernance de l'Etat ou dans les relations internationales. Il avait même un rôle un peu pervers à l'occasion de ce débat télévisé, car il pouvait appuyer là où cela fait mal dans le bilan de son adversaire tout en affichant sa virginité et sa normalité.

Sur l'emploi, François Hollande n'a pas présenté de recette miracle (un peu de croissance, quelques emplois d'avenir et des contrats de génération). Sur le pouvoir d'achat, ce n'est pas non plus la révolution ; le SMIC indexé sur la croissance, l'ARS augmentée de 25% et le tarif de l'électricité et de l'eau établie selon des seuils de consommation. La dette n'a pas non plus donné lieu à de grandes révélations de fond ; 3% de déficit public en 2013, 0% en 2017 et pas plus de 1% d'accroissement des dépenses publiques chaque année. Le thème des retraites a permis à François Hollande de défendre les progrès sociaux. Sur l'éducation, il a répété son intention de faire de la jeunesse l'axe principal de son futur mandat, et cela passe par la formation. La première partie du débat télévisé a permis à François Hollande d'imposer des propositions relatives à l'urgence sociale, Nicolas Sarkozy ayant le rôle du méchant. Sur l'Europe, François Hollande a soudain pris une autre dimension, expliquant que toute l'Europe, celle des peuples comme celle des gouvernants, était suspendue à l'issue du second tour. Comme en 1789, la France allait de nouveau pouvoir inspirer tous ses voisins ... L'immigration puis le droit de vote des immigrés a de nouveau donné l'occasion à François Hollande d'argumenter sur les valeurs humanistes (rapprochement familial, éducation, recherche, réciprocité, laïcité, ...). Je reste bien naturellement insatisfait de ses propositions sur le nucléaire ; on sent qu'il a compris les enjeux de la révolution industrielle des énergies renouvelables, mais il reste prisonnier du modèle économique que nous imposent les grands corps d'Etat. Enfin, il a été excellent dans ses tirades sur "Moi, Président de la République ..." ; en dehors de l'impact sur son adversaire (on regrette l'absence de plans de coupe), il s'est donné une posture présidentielle que Nicolas Sarkozy n'a jamais voulu endosser.

Au final, ce débat ne nous apprend pas grand chose de nouveau sur les projets qui sont soumis à notre vote. Il reste à mon avis que les Français se décideront surtout en fonction des personnalités des deux hommes, sur leur caractère et sur leur capacité à gouverner la France pendant 5 ans pour nous la rendre en 2017 dans un meilleur état qu'elle ne l'est aujourd'hui.

01/05/2012

Sarkozy, galvanisé par la scène, il est un excellent bonimenteur

Les récents discours de Nicolas Sarkozy sont empreints d'incantations quasi-ésothériques. Il a oublié le Président qu'il a été pendant 5 ans, le ministre de droite qu'il a été dans de nombreux gouvernements de droite depuis 1993. Soudainement, il apparaît comme un homme nouveau, vierge de tout bilan, et rêvant d'une société conquérante dont ils serait le grand timonier ...

Mais cet avenir pour la France, Nicolas Sarkozy le voit en faisant table rase de tous les acquis sociaux gagnés au travers des luttes sociales. Il scande la culture française, il cultive les racines chrétiennes, il vilipende les archaïsme sociaux, il se veut la voix du peuple et il flatte le nationalisme des Le Pen.

Nicolas Sarkozy n'est plus crédible du tout ! Il accumule les promesses quand son bilan témoigne de tant d'impostures. Il prône une France forte alors que pendant cinq ans il l'a affaiblie comme jamais. Il ne porte plus en réalité aucune idéologie, il est l'apôtre de sa seule ambition exacerbée par l'échéance du 6 mai qui pourrait lui être fatale.

Cet homme est dangereux et c'est un acte d'ultime précaution que de lui dire au revoir dimanche prochain.

16:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy