Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/05/2012

Le présent nous submerge et le futur nous échappe ... Mais ou sont les écologistes ?

Au travail, en famille ou devant la télé, ce sont les informations du moment présent qui captent toute notre attention et qui mobilisent toute notre énergie. Ces moments présents sont vécus avec curiosité mais aussi avec lassitude, ils suscitent du plaisir et de la souffrance ; ils alimentent l'essentiel de nos échanges comme une forme d'hypnose ...

La séquence politique qui vient de s"écouler et qui s'achèvera en France le 17 juin est toute entière consacrée à l'actualité économique et sociale du moment. Evidemment que le chômage, que le pouvoir d'achat ou encore que le logement et que les transports au quotidien nous préoccupent au plus au point, et mon souhait n'est pas que nous en fassions abstraction, mais le reste alors ? Et en premier lieu l'avenir de nos enfants et de leurs enfants.

Les sols, l'air et les océans sont pollués par les activités humaines, la température moyenne augmente au rythme de nos émissions de gaz à effet de serre, la biodiversité est sans cesse attaquée par la déforestation et par le développement urbain, le modèle économique dominant creuse année après année le fossé entre des pays à l'indécente opulence et d'autres pays qui semblent fatalement destinés à la famine, à la guerre ou aux épidémies, nous mettons chaque jour notre propre santé et celle de nos enfants en danger à cause de nos pratiques de consommation, etc. Bref, nous sommes scotchés à l'écran LCD du téléviseur ou de l'ordinateur, mais nous fermons les yeux sur l'état de la planète qui est sous nos pieds.

Toutes ces préoccupations écologiques que les scientifiques ou que des associations environnementales portent à la connaissance de tous depuis des décenies ont trouvé dans l'écologie politique une issue permettant d'apporter des solutions pérennes. En France, après René Dumont et après la création du parti Les Verts en 1984, l'écologie politique a fait son chemin. Des militants différents de ceux des autres partis, des évènements naturels ou industriels alarmants ainsi que la valorisation de la nature par des films ou par des émissions de télévision, tout cela a contribué par exemple au succès électoral des écologistes aux élections européennes de 2009.

Mais depuis trois ans, comment les campagnes d'Europe Ecologie Les Verts ont-elles contribuées à focaliser notre attention collective sur l'avenir de la planète et de l'espèce humaine ? La campagne d'Eva Joly, l'accord PS/EELV pour les législatives ou encore l'accès aux responsabilités parlementaires ou ministérielles de quelques uns a complètement anéanti la mobilisation de milliers de militants et de sympathisants écologistes.

La question reste posée, qu'est-ce qui permettra demain de susciter notre mobilisation pour protéger notre environnement ? Un nouveau film de Yann Arthus-Bertrand ? Une nouvelle émission télé de Nicolas Hulot ? Une nouvelle mobilisation de José Bové ou de GreenPeace ? Un autre Grenelle de l'Environnement ? Des politiques réussies de développement durable engagées par les collectivités locales ? Le respect de nos engagements internationaux signés lors des Sommet de la Terre ? L'écho qu'y donneront les partis politiques dans leurs campagnes ? C'est en tous cas une question que je me pose personnellement aujourd'hui, et qui guidera mon engagement politique à venir.

"La maison brûle et ils regardent ailleurs ..." [Jacques Chirac en 2002 au Sommet de la Terre de Johannesburg].

13/05/2012

Parti Pirate, la contestation ne s'exprime pas fatalement par le nationalisme.

Le score de Marine Le Pen le 22 avril, ainsi que la perçée du parti nazi l'Aube dorée le 6 mai dernier aux législatives en Grèce semblait accréditer que la contestation populaire s'exprimait principalement au travers de partis nationalistes (cf. Italie, Pays-bas, Autriche, ...). L'électorat de ces partis n'adhère pas à l'idéologie extrêmiste de leurs dirigeants, ils y trouvent surtout un moyen de se faire entendre ...

logo_PP.jpg

Election après élection, le Piraten Partei a le vent en poupe. D'abord à Berlin puis dans le Land de Sarre en mars 2012, le Parti Pirate a obtenu 8,2% dans le Land du Schleswig-Holstein le week-end dernier (et 6 sièges). Ce nouveau parti politique se rend désormais incontournable dans les coalitions gouvernementales ! Ce dimanche, c'est désormais dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Wesphalie, le plus peuplé d'Allemagne que le Parti Pirate compte passer le seuil des 5%.

Ce parti mobilise les jeunes autour de nouvelles formes de vivre ensemble, plus participatives, moins traditionnelles, plus exigeantes sur le plan de la transparence démocratique, et pas du tout impactées par les modèles économiques. La culture numérique y joue un rôle essentiel, mais sans être une fin en soi. On retrouve de nombreuses similitudes avec le mouvement des Anonymous ou encore celui des Indignés. Le printemps Arabe avait lui aussi démarré de la même façon.

C'est donc plutôt une bonne surprise que la contestation des peuples puisse s'exprimer autrement que par des violences urbaines ou par des votes nationalistes. Ces nouveaux élus vont obliger les partis traditionnels à se remettre en cause, autant sur leurs pratiques d'exercice des mandats que sur le fond de leurs politiques publiques !

17:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

11/05/2012

La gauche part divisée pour les législatives dans l'Hérault ...

Si le score du Front National le 22 avril fait craindre que la gauche ne puisse pas être présente au second tour des législatives le 17 juin sur deux circonscriptions (la 34-06 sur Béziers et la 34-07 sur Agde), le grand nombre de candidats de gauche sur toutes les circonscriptions est un autre facteur de risque à ne surtout pas négliger. Pour figurer au second tour des législatives, les candidats du premier tour doivent réunir au moins 12,5% des électeurs inscrits ! Et en sachant que la participation est toujours un peu moins forte aux législatives qu'à la présidentielle, la division pourrait être fatale ...

Ci-joint toutes les candidatures déclarées à ce jour pour le 10 juin : candidats_legislatives_herault_2012.

Or, François Hollande a besoin d'une majorité à l'Assemblée Nationale pour pouvoir mettre en oeuvre le programme pour lequel il a été élu. On peut être d'accord ou pas avec ce programme, c'est en tous cas celui que les Français ont choisi le 6 mai. Si la gauche n'était pas majoritaire à l'Assemblée Nationale au soir du 17 juin, alors nous rentrerions dans une période de cohabitation synonyme d'immobilisme. Et la situation économique ne le permet pas !

Sur les 9 circonscriptions de l'Hérault, tous les partis de gauche (PS, EELV, PdG, PC, PRG, ...) pourraient s'entendre pour y avoir des députés. Mais l'intérêt général du Pays prendra-t-il le pas sur les intérêts personnels de candidats trop ambitieux ?

22:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)