Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/07/2012

Industrie de l'automobile, la droite réclame toujours une baisse du coût du travail dans ce secteur

Interrogés à la suite des déclarations du gouvernement sur son plan de relance de l'industrie automobile, les ténors de droite, de Jean-Louis Boorlo à Luc Chatel en passant par Valérie Pécresse réclament tous une baisse du coût du travail. Et la solution serait donc pour eux une TVA Auto, ersatz de feu la TVA anti-délocalisation ; on augmente fortement la TVA sur la vente d'automobiles, de toutes les automobiles, et en même temps on réduit les charges sociales payées par les industriels du secteur. Déjà, cela pose un problème de justice ... pourquoi seulement le secteur automobile ?

Bon, imaginons que l'on passe la TVA sur les automobiles de 19,6% à 25%, voire même jusqu'à 33%. Et on baisserait donc d'autant les charges sociales des employeurs (et des employés ?) du secteur automobile ...

Premier problème, Renault et PSA ne contribuent qu'à hauteur de la moitié des ventes en France, ce qui signifie donc que l'autre moitié des acheteurs devrait renoncer à la diversité de l'offre automobile (plus cher pour s'acheter une Austin Mini, une Fiat 500 ou une Golf VolsWagen). En même temps, Renault et PSA ne seraient pas en mesure d'augmenter significativement leur production pour pallier à cette situation critique.

Second problème, Renault produit trois véhicules sur quatre hors de France, et PSA en délocalise une sur deux. Et pour tous ces véhicules fabriqués à l'étranger, essentiellement les petits modèles urbains (en Slovénie pour la Renault Twingo, en République Tchèque pour la Citroen C1 et la Peugeot 107), nos constructeurs nationaux seraient dans l'impossibilité de compenser une hausse de la TVA par une baisse du coût du travail ...

Dommage que la droite s'arc-boute sur une posture idéologique aussi libérale, aussi irresponsable en terme de perénité du financement de notre système social. Parce que le marché automobile va se contracter inévitablement (2 millions de ventes de véhicules neufs prévus en France en 2012 contre 2,15 millions en 2011, 2,21 millions en 2010 et 2,27 millions en 2009), cela conduirait donc en parallèle à réduire les recettes de la sécurité sociale.

Et que penser du plan du gouvernement dévoilé ce matin par Arnaud Montebourg ? Ma réponse renvoie à ma précédente note sur le changement climatique. Le véhicule propre est une bonne réponse, mais c'est une réponse qui ne peut pas être dissociée d'une réflexion plus globale sur nos ressources énergétiques. Elle viendrait d'où cette électricité ? En tous cas, je suis fortement favorable à ce que les flottes des collectivités locales passent au vert ; ce sont des véhicules qui restent cantonnés au territoire de la commune, qui font peu de kilomètres par jour et dont on ne peut quand même pas se passer.

24/07/2012

Un an après, un air de déjà vu ...

Souvenons-nous du mois de juillet 2011 ... Déjà l'été n'était pas au rendez-vous des vacances et la saison touristique en France démarrait mal. L'Europe était au chevet de la Grèce avec un plan de sauvetage qui devait mettre fin à la contagion, et pour lequel la France apportait 15 milliards d'euros. Un drame frappait la Norvège, Andres Behring causait la mort de 77 personnes et il en blessait plus d'une centaine. Par ailleurs, la France jouait un rôle clé dans la guerre en Libye qui visait à faire tomber le régime anachronique du colonel Kadhafi. Et sans oublier le mercato du foot qui voyait Léonardo arriver au PSG pour un salaire annuel de 3 millions d'euros.

Un an après, l'Espagne remplace la Grèce, Bachar El Assad succède à Mouammar Kadhafi, le PSG continue de faire le buzz avec les 14 millions d'euros annuels de son nouvel attaquant Zlatan Ibrahimovic, et c'est dans le Colorado que la folie d'un homme révolte le monde entier. Ah, j'oubliais, la météo est toujours aussi capricieuse au nord de la Loire ... On peut y ajouter le funeste feuilleton des plans sociaux, Sea France et Photowatt parmi la liste de 2011, mais en 2012 c'est PSA et Air France qui émaillent la longue liste des effets colatéraux de la crise économique et financière. Et on en viendrait même à oublier que François Hollande a remplacé Nicolas Sarkozy au Palais de l'Elysée ;-)

Alors, y a-t-il une fatalité pour que l'histoire se répète ainsi et que nos journaux télévisés tournent en boucle ces mêmes évènements anxiogènes ? Je crois que pour ceux qui nous gouvernent, ce doit être une facilité que de s'installer dans cette actualité récurrente. C'est un peu comme un médecin qui sait que chaque hiver il aura la grippe saisonnière avec son lots de vaccins et de malades. Mais dans la population, personne ne tient à attraper une grippe carabinée ... ni à perdre son boulot !

Il faut sortir de ce mauvais film, il faut changer le scénario. Éteindre la télé ? Oh, ce serait comme ne plus prendre sa température ... Non, il faut simplement changer notre grille de lecture, il faut mettre en avant nos atouts plutôts que nos échecs, et il faut se désintoxiquer de cette addiction à une consommation superficielle qui engendre productivisme, épuisement des ressources naturelles et hausse des prix des matières premières. Nous avons changé de siècle, mais nous restons figés dans le modèle économique, social et industriel du 20ème siècle. Vouloir changer fait peur et nos sociétés modernes n'ont plus cette audace, ce rêve d'atteindre un nouvel Eldorado.

En août 1963, Martin Luther King tenait un célèbre discours sur la liberté à Washington : "I have a Dream". N'attendons pas le cinquantenaire de cet appel historique pour avoir un rêve nous aussi ...

23/07/2012

Le transport à la demande ... à Clermont l'Hérault :=(

Cela fait 8 ans que le Conseil général a lancé le projet Valcordia en vue d'une opération d'aménagement multipolaire sur le centre du Coeur d'Hérault ; la Communauté de Communes du Clermontais avait participé activement en 2005 à un comité de pilotage (avec le Département, la Communauté de communes de la Vallée de l'Hérault et les bourgs-centre de Gignac, Saint-André de Sangonis, Clermont l'Hérault et Paulhan) qui avait défini les orientations retenues à l'horizon 2015-2025. Et la multi-modarité des transports est l'un des points forts de ce projet Valcordia avec des infrastructures à développer dans chacun des bourgs-centre. Aujourd'hui, seule la commune de Gignac est vraiment au travail sur ce dossier avec un projet de bus à haut niveau de service vers Montpellier.

valcordia,agenda 21,clermont l'hérault,gignac,paulhan,conseil général de l'hérault,alain cazorla

valcordia,agenda 21,clermont l'hérault,gignac,paulhan,conseil général de l'hérault,alain cazorla

Lors des ateliers de concertation de l'Agenda 21 de la Communauté de Communes du Clermontais, l'atelier qui se tenait à Aspiran le 19 mai 2011 avait mis en avant la nécessité de mettre en place sur le territoire un réseau de navettes ou de transport à la demande, ceci afin de désenclaver les villages autour de Clermont l'Hérault et de Paulhan tout en évitant le recours systématique à la voiture individuelle.

Aussi, l'information fournie par Midi Libre que dès septembre 2012 un service de transport à la demande se mettrait en place sur la commune de Clermont l'Hérault est une bonne nouvelle. C'est à l'évidence un premier pas du Maire de Clermont l'Hérault, Alain Cazorla, pour amorcer le réseau intercommunal que le Président de la Communauté de Commune, Alain Cazorla, s'est engagé à étudié dans le cadre de son Agenda 21 et pour inscrire enfin le territoire du centre du Coeur d'Hérault dans les réalisations du projet Valcordia dont le Conseiller général, Alain Cazorla, est l'un des ardents promoteurs.

La principale vertu que présentent les défenseurs du cumul des mandats, c'est justement de pouvoir mutualiser des actions qui relèvent de différents niveaux d'administration territoriale, ce fameux ancrage local que les parlementaires revendiquent souvent. Là, le projet Valcordia était une initiative intéressante, ambitieuse et visionnaire, mais elle ne se résume sur le Clermontais qu'à un simple projet local de transport à la demande sur la commune "locomotive" du territoire ... Ah oui, c'est certainement la mise en pratique du "Penser global et agir local" ;-)