Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/10/2012

Notre-Dame-des-Landes, un projet qui pourrait faire tomber Ayrault ...

Jean-Marc Ayrault et ses ministres sont dans la tourmente, les non-choix économiques s'ajoutant aux couacs sur-médiatisés. Aussi, est-il vraiment opportun en même temps de se mettre à dos les écologistes en engageant une épreuve de force autour du site du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes ? Depuis quelques semaines, les forces de l'ordre expulsent et détruisent tous les lieux de résisance à ce projet totalement anachronique.

Autour de Nantes, les élus socialistes s'enlisent dans un entêtement qui scelle le divorce avec des populations arc-boutées contre cet aéroport dont l'idée date du Concorde ... Il est intéressant de lire cette lettre qu'un ami de promotion de l'ENA de François Hollande adresse au Président de la République, c'est une véritable bouée de sauvetage avant naufrage ...

La lettre de Monsieur Patrick Warin, énarque et ancien directeur à la Caisse des Dépôts et Consignations qui s'indigne : télécharger en  PDF.

23/10/2012

Les collectivités locales en asphyxie financière

Les collectivités locales, au travers de leurs investissements (routes, établissements scolaires, rénovation du patrimoine, réseaux d'eau potable et d'eaux usées, prévention des inondations, équipements publics, ...), réalisent plus de 75% de l'investissement public. C'est dire si la capacité financière des collectivités locales conditionne l'activité économique ...

Deux informations de ce jour viennent illustrer l'état d'asphyxie financière dans lequel se trouvent les collectivités locales, avec pour conséquence une recherche désespérée de solutions ahurissantes.

Il y a tout d'abord le maire de Sevran, une ville populaire de 51 000 habitants en Seine-Saint-Denis, qui demande une aide urgente de 5 M€ à l'Etat, sinon sa commune met la clé sous la porte. A cause du chômage et de revenus très faibles, Sevran ne rentre pas assez de recettes fiscales pour financer son fonctionnement et ses investissements. Il y a des besoins urgents de rénovation urbaine pour lesquels l'Etat s'est défaussé sur les collectivités locales, et au final c'est une spirale infernale où la décroissance est subie avec violence.

En même temps, on apprend que 44 collectivités locales se sont regroupées pour lever 610 M€ sur les marchés obligataires. Abandonnées par le tissu bancaire, ce sont des investisseurs privés, souvent étrangers qui ont apporté ces 610 M€ à un taux de 4,30% sur 10 ans. A noter que l'Etat français emprunte aujourd'hui sur les marchés obligataires à 10 ans au taux de 2,2 %, et tout cela reste bien au-dessus du taux directeur de 0,75% auquel la Banque Centrale Européenne refinance les établissements bancaires ...

L'initiative de ces 44 collectivités (*) est relayée par la presse comme une sorte de petit exploit, le système D à la française ... Mais cette façon  d'aller solliciter les marchés financiers est un échec de l'Etat. Demain, se constitueront ainsi des groupements d'emprunt qui se feront concurrence sur les marchés, qui seront notés par Fitch et Moody's, que des investisseurs spéculeront sur des assurances prises sur ces emprunts, etc. Eh ! on rejoue à l'échelle locale la partie de bonneteau qui a mis les Etats sur la paille ?

Sur les restes de la banque Dexia qui est morte de ses produits toxiques, la Caisse des dépôts et la Banque Postale n'ont toujours pas été autorisées par Bruxelles à devenir la nouvelle banque des collectivités locales. Or, les besoins des collectivités locales s'évaluent en milliards d'euros !

Il est urgent que l'Etat mette le même empressement à venir au secours des collectivités locales qu'il en a mis pour sauver les entreprises au travers de la Banque Publique d'investissement; La BPI est un outil nécessaire, il en est de même pour une banque des collectivités locales.


(*) : Parmi les 44 collectivités locales ayant participé à cette opération se trouvent des régions (Aquitaine, Lorraine...), des départements (Loire, Manche...), des communautés urbaines (Lyon, Lille...), des communautés d'agglomération (Montpellier, Toulon...), des communes (Grenoble, Saint-Etienne...) et un syndicat mixte (Transports de Toulouse).

20/10/2012

Merkel et Hollande n'ont pas de vision ambitieuse pour l'Europe

Lors du sommet européen de celle semaine, Monsieur Hollande a bataillé pour voir aboutir l'union bancaire quand Madame Merkel revendiquait un droit de regard sur les budgets des Etats , je te tiens, tu me tiens par la barbichette ... Et l'avenir de la zone Euro était ainsi soumis à un sommet des 27 Etats membres, alors que seuls 17 d'entre eux sont concernés !

Et l'Europe politique ? L'europe sociale ? L'Europe fiscale et douanière ? L'Europe culturelle ? Et les citoyens européens dans tout ça ?

L'union bancaire est-elle l'urgence du moment ? Combien de temps les institutions financières vont-elles encore tenir en haleine des peuples qui revendiquent une autre politique ? Et les règles budgétaires sous le contrôle de Bruxelles sont-elles prioritaires quand les économies européennes ne créent plus aucune richesse ? Cette Europe là ne fait rêver personne, elle alimente les épisodes d'un mauvais feuilleton dont les acteurs ont une audience négative :=(

Or, l'europe est la première puissance économique mondiale et elle est au coeur des échanges commerciaux internationaux. Ni la Chine et ni les USA n'ont intérêt à voir le marché européen en récession, et le maintien de l'Euro conditionne la stabilité mondiale. Aussi, forts de cette position, pourquoi les dirigeants européens n'ont-ils pas plus d'ambition pour l'Europe ?

Les élections europénnes de juin 2014 donneront l'occasion à tous les acteurs politiques d'exprimer leur vision de l'Europe de demain. Pour ma part, j'espère qu'un noyau de pays se lancera dans une démarche fédérale. Et il ne s'agit pas d'un abandon de souverainneté, mais tout simplement du chaînon manquant de la construction européenne.

14:47 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, merkel, hollande