Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/01/2014

Municipales à Paulhan, une équipe renouvelée se présentera au suffrage des 23 et 30 mars 2014

Nous sommes à deux mois du premier tour des élections municipales, et c'est une énorme satisfaction que de pouvoir présenter aux Paulhanaises et aux Paulhanais une liste composée d'élus sortants et de nouveaux candidats qui apporteront leur virginité politique et donc un indispensable enthousiasme.

Cette liste sera conduite par Bernard Soto, Maire sortant. Bernard Soto réussit une fois de plus à reconduire l'équipe sortante sans aucune dissension. Et quand on voit comment cela se passe dans certaines grandes villes voisines, il faut se rendre à l'évidence que c'est un mode de gouvernance participatif et respectueux de la pluralité du Conseil qui conduit une équipe sortante à vouloir poursuivre ensemble un travail de longue haleine.

J'en veux personnellement pour preuve la liberté qui m'a été donnée de m'exprimer dans les dossiers intercommunaux. Et pas seulement pour résister au projet de la Salamane, j'ai aussi représenté ma commune de Paulhan sur des dossiers aussi importants que le Plan Local de l'Habitat, la Charte du Pays Coeur d'Hérault, le SCOT des Communautés de communes du Clermontais et de la Vallée de l'Hérault, le Plan Climat Energie Territoire du Coeur d'Hérault, etc.

Notre équipe est bouclée depuis le début de l'année, et de nombreux ateliers se déroulent chaque semaine. Après l'exposé du bilan de mandat en réunion publique, les colistiers iront confronter nos axes programmatiques avec les citoyens de Paulhan, parce que notre projet doit être partagé et qu'il doit répondre aux priorités des habitants de la commune.

Actuellement, les journalistes et tous les commentateurs de la vie politique nous promettent la fin des communes ; il y en aurait trop et la France ferait exception en Europe. Il faut rationnaliser ! En réalité, les français sont très attachés à cette proximité politique, les élus du Conseil municipal sont des interlocuteurs que chacun peut interpeller, car ils habitent les mêmes quartiers et leurs enfants vont dans les mêmes écoles que toute la population.

Et puis l'exercice d'un mandat local est un investissement d'intérêt général, complexe mais très motivant, chronophage mais passionnant. Je repars pour un second mandat avec deux préoccupations majeures, d'une part pour mes deux filles et l'avenir qu'une commune comme Paulhan pourra leur offrir (et ce qui vaut pour mes enfants vaut pour tous les enfants de Paulhan), et d'autre part pour la qualité de vie que nous devons aux générations futures. Etre candidat(e) ne peut pas être une posture personnelle, un projet de court terme ou la recherche d'intérêts privés. Et il y a des centaines de milliers d'élus locaux en France qui incarnent notre République, son histoire et ses valeurs.

Pour ceux qui souhaitent suivre la campagne de la liste Paulhan Avenir, je vous invite à vous rendre sur le site :

paulhan avenir,municipales 2014

21/01/2014

Et qu'y a-t-il derrière toute cette agitation ?

Je ne sais pas pour vous, mais moi je trouve que ce début d'année 2014 ne nous laisse pas un moment de répit ... enfin, je veux dire que le plan médiatique. Les soldats français de l'opération Sangaris occupaient Bangui et les grands axes de Centrafrique que les médias du monde entier se braquaient sur le CHU de Grenoble où Michael Schumacher est dans le coma depuis son accident de ski fin décembre à Méribel. Dieudonné et Manuel Valls se sont livrés à un bras de fer hyper médiatique quand le Président de la République a occupé les unes de toute la presse internationale pour ses escapades en scooter le soir dans Paris. J'en oublie certainement, mais la classe politique peut gouverner ou s'opposer tranquillement, les français ne savent plus où donner de la tête ! Même le changement des taux de TVA au 1er janvier a très peu mobilisé ... Et Serge Dassault n'a pas d'inquiétude à avoir, ses collègues sénateurs le soutiennent :=(

Néanmoins, c'est l'épisode Dieudonné qui me paraît être le plus caractéristique du climat social actuel. Ses spectacles réunissent des militants d'extrême-gauche comme d'extrême droite, des blacks, des beurs, des anars et au final une mouvance qui rejette le système dominant. Oui, Dieudonné fait son business sur un discours qui est passé de l'antisionisme à l'antisémitisme, mais c'est exactement comme pour le Front National où un terreau vivrier alimente une fronde populaire qui n'a plus d'autre exutoire.

Les commentateurs font souvent le rapprochement entre la période actuelle et celle des années 30, la crise économique et un antisémitisme croissant ayant conduit au cauchemar du nazisme. Pour moi, la situation de la France de ce début de 21ème siècle est plutôt pré-révolutionnaire. Et sans vouloir agiter le spectre de la terreur pour sauver la patrie et la République, personne ne peut plus concevoir que le modèle actuel puisse encore assurer notre développement social, économique et environnemental. Nous sommes au bout d'une période de croissance sans borne, et la solidarité va devenir une valeur salutaire.

Le sommet de Davos se tiendra prochainement, du 22 au 25 janvier, réunissant tous les décideurs financiers de la planète, l'oligarchie. Mais ce sommet va démarrer ses travaux sur la base d'un rapport produit par plusieurs centaines d'experts et de dirigeants mondiaux, rapport qui aborde les risques globaux que vont devoir affronter 7 milliards d'humains en situation d'échec collectif (cf. Rapport du forum économique mondial).

logo_colibris.JPG

Ne portons donc plus trop d'importance à ces actualités tout aussi tonitruantes que superficielles, et intéressons-nous plutôt à toutes les initiatives locales qui, agrégées, feront une vraie révolution.

22/12/2013

Quel projet intercommunal pour 2014 ?

Les candidatures et les projets se dessinent petit à petit dans les 21 communes du Clermontais, mais quelle place sera faite à l'intercommunalité ? Trop souvent les élus locaux répondent par une pirouette aux questions qui relèvent de la compétence de l'intercommunalité ; la réponse type est " ce n'est plus de notre compétence". Mais alors à qui s'adressent les citoyens qui s'interrogent sur ces questions ? Je l'ai déjà écrit ici, mais par exemple à Paulhan ces questions portent sur le menu de la cantine de l'école, sur les horaires d'ouverture de la piscine, sur les problèmes de ramassage des déchets ménagers ou encore sur les conditions d'installation sur la zone de la Barthe d'une entreprise ou d'un commerce. Et la liste n'est pas exhaustive tellement l'intercommunalité développe des compétences nouvelles.

Alors les candidats aux municipales peuvent-ils faire des propositions pour leur mandat intercommunal ? C'est assez difficile quand on pèse un ou deux sièges sur 51 au Conseil communautaire, et à ce stade ça ne reste que des voeux. Mais c'est néanmoins impossible de passer à côté.

L'idéal serait bien évidemment une élection au suffrage universel direct, avec des listes de candidats non liées à l'élection municipale, à l'image de l'élection régionale qui offre la possibilité d'inclure des sections. La liste pour les régionales comporte des sections départementales, la liste pour la communauté de communes pourrait contenir des sections communales. Le plus grand intérêt c'est que les listes pourraient présenter et défendre un projet de mandat, que les électeurs pourraient ainsi exercer leur citoyenneté autant pour le choix d'une liste que pour son bilan en fin de mandat.

Et derrière l'intercommunalité pour laquelle les électeurs vont désigner leurs représentants en mars 2014, il y a aussi de nombreuses autres structures intercommunales. C'est le cas du Syndicat Mixte de Gestion du Salagou dont le vote du budget 2014 n'a pas pu être voté ce mois-ci car les orientations stratégiques de cet établissement ne font pas consensus entre les représentants du Clermontais et ceux du Lodévois. Et avec le Salagou, nous n'avons qu'un volet de la problématique de l'eau confrontée à l'urbanisation et au tourisme. Il y aussi le Pays Coeur d'Hérault qui changera prochainement de statut ; il pourrait adopter le nouveau statut de Pôle Territorial d'Equilbre (PTE). Mais indépendamment du statut, ce sont les enjeux du développement économique, de l'aménagement du territoire (cf. SCOT), du logement (cf. PLH), de la mobilité (cf. PCET) qui se posent. Et je n'oublie pas le Syndicat Centre Hérault qui gère nos déchets ménagers, et qui doit trouver un nouveau site d'enfouissement des déchets car celui de Soumont fermera en 2022.

logos_intercos_coeur_herault.jpg

Les budgets de tous ces établissements intercommunaux dépassent de très très loin les budgets de nos communes, et ce sont nos contributions de citoyens qui les abondent. Peuvent-ils rester sans visibilité démocratique et sans contrôle ? Je connais la réponse qu'a déjà apportée Alain Cazorla : les élus qui siègent dans ces structures ont été élus démocratiquement. Oui, mais ils ont été élus pour un mandat municipal sur un projet local présenté aux électeurs ; mais rien sur l'intercommunalité.

Personnellement, comme conseiller communautaire sortant et comme candidat à y siéger de nouveau, je proposerai un projet intercommunal. J'en discuterai avec d'autres élus communautaires et peut-être pourrons-nous porter ensemble devant les électeurs un projet partagé, projet qu'il faudra s'engager à réaliser pendant notre mandat.