Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/06/2018

Conseil municipal du 31 mai - Nous avons voté contre les rapports sur le prix et sur la qualité des services de l'eau potable et de l'assainissement collectif

La présentation de ces deux rapports est une obligation légale, et la mairie s'y conforme. Mais un problème est que ces rapports discutés préalablement en commission ne sont pas fournis aux élus, l'adjoint qui préside la commission, en l'occurrence ici Monsieur Raymond Arnaud, se contente de nous en lire une brève synthèse En commission, je m'étais donc abstenu sur ces rapports [manquants].

Par ailleurs, l'Observatoire national des services d'eau et d'assainissement consigne les données de toutes les collectivités locales, de leurs regroupements ou de leurs syndicats. Mais pour Paulhan, ce ne sont pas les RPQS qui figurent sur cet observatoire mais seulement les délibérations du Conseil municipal ; et comme ils ne figurent pas non plus sur le site Web de la commune, les voici pour lecture : RPQS de l'eau potable & RPQS de l’assainissement collectif.

Cependant, ce n'est pas tant sur ces rapports que nous nous sommes abstenus en Conseil municipal, mais bien sur le sort qui a été fait à ces questions pendant ce mandat. Déjà, on peut lire dans le RPQS sur l'eau potable que le rendement primaire du réseau ne s'est guère amélioré depuis 2014. Au mandat précédent, les agents avaient été formés et outillés pour chercher et réparer les fuites sur le réseau, le rendement passant ainsi de 62% à 83% ; or, depuis 2014 ce rendement fluctue autour de 80% ...  Alors que les intentions de l'Agence de l'Eau et du Département attendent des collectivités locales des rendements voisins de 90%.

Rendement_Reseau_2008_2017.jpg

Le transfert des compétences Eau & Assainissement nous prive d'un véritable bilan sur la façon dont elles ont été gérées depuis 2014. Les budgets associés ont été clôturés en début d'année 2018, à priori à la demande du trésorier afin qu'il puisse exécuter la convention financière négociée avec la Communauté de communes, et puis les comptes administratifs sont passés à la trappe. Comme disait Coluche, « Circulez, y a rien à voir » :=(

Alors pour palier à cette absence de bilan officiel, ci-après deux tableaux qui présentent les investissements réalisés sur l'eau et sur l'assainissement depuis 4 ans :

EAU_2014_2017.jpg

ASSAINISSEMENT_2014_2017.jpg

Ces deux tableaux présentent, en investissement, ce qui est inscrit au budget de l'année (BP), et puis ce qui est réellement exécuté au cours de l'année (CA).

Pour l'eau, et pour celles et ceux qui ont suivi les budgets de l'eau au précédent mandat, c'est la disparition du Défi Pesticides qui saute aux yeux. Alors il y a bien quelques restes, comme la stratégie d'acquisition foncière, par laquelle l'Agence de l'Eau subventionnait des acquisitions de terrains dans le périmètre rapproché du captage, ou des investissements sur la station de filtrage de l'eau brute par des charbons actifs, mais il n'y a plus ni animatrice territoriale ni Aménagement Foncier Agricole et Forestier (AFAF) ; la patate chaude a été transmise à la Communauté de communes du Clermontais ...

Par ailleurs, sur ce mandat, il y a deux opérations importantes qui étaient inscrites à chaque budget. La première portait sur la recherche d'une nouvelle ressource en eau potable, avec études, acquisition des terrains ciblés et travaux, or les comptes administratifs successifs restent désespérément stériles. Allez, environ 4 000 € ont été gaspillés pour rien. Quant à un schéma directeur de l'eau potable qui a lui aussi été inscrit à tous les budgets, pas un euro n'a été dépensé.

Pas mieux pour l'assainissement collectif, car outre des travaux sur les réseaux, la station d'épuration est restée la grande oubliée de ce début de mandat. Or, pour l'eau comme pour l'assainissement, c'est désormais la Communauté de communes (CCC) qui va prioriser ses investissements pour les 21 communes du territoire. Et pour cela, la CCC a commandé la réalisation de deux schémas intercommunaux pour l'eau potable et pour l'assainissement collectif, et le temps ensuite que la CCC négocie des subventions avec l'Agence de l'Eau et avec le Département, il est à craindre que les investissements ne seront pas énormes d'ici la fin du mandat. Surtout que les communes n'ont pas transféré leurs excédents budgétaires en même temps qu'elles transféraient leurs compétences, alors ce n'est pas avec des caisses vides que l'on peut investir ...

Et pour Paulhan, cet immobilisme va bloquer tout projet urbain ; cela vaut autant pour un aménageur qui voudrait réaliser un lotissement que pour la commune qui veut réviser son PLU.

00:03 Publié dans Paulhan | Lien permanent | Commentaires (0)

02/06/2018

Subventions aux associations locales, comment utiliser efficacement les deniers publics ?

J'évoquais dans une précédente note les subventions attribuées mercredi 30 mai par la Communauté de communes du Clermontais aux associations dans les domaines du développement agricole (sic), de la culture et du tourisme ; le lendemain en Conseil municipal nous votions les subventions aux associations de la commune. Et tout comme je l'avais pour le tableau des subventions intercommunales, j'ai ici aussi effectué un rappel des subventions versées depuis 2008 (cf. tableau pour Paulhan).

Un premier constat est que le nombre d'associations est stable sur Paulhan, autour d'une quarantaine depuis 10 ans. Ensuite il est intéressant de classer ces aides plus finement que ne le fait la mairie. En effet, les subventions sont classées et traitées par les trois commissions municipales de l’Éducation, du Sport et de la Culture, mais c'est un prisme bien trop réducteur.

associations-2.jpg

Un point à souligner, c'est que les subventions aux associations ou aux actions de solidarité sont gérées par le CCAS ; cela concerne le Secours Populaire, le Secours Catholique, la Croix-Rouge, le Mamobile, le CLIC Repérage, le Fonds de Solidarité Logement (FSL), la Banque alimentaire, les Jardins solidaires, le CLLAJ Cœur d'Hérault, la Ligue contre le cancer, Terre contact, etc. Le CCAS y consacre environ 15 000 €, quand la mairie réserve 60 000 € pour toutes les autres associations. Cette séparation était très hermétique jusqu'à ces dernières années, et il est étonnant que le budget de la commune abonde désormais des associations caritatives.

Une singularité qui n'apparaît pas clairement dans le classement municipal, ce sont les aides aux associations d'entrepreneurs. Sans les exclure du soutien financier de la mairie, il est important de bien les distinguer de toutes les autres associations, car leurs membres sont des entreprises. Elles n'ont pas nécessairement besoin des 150 € pour leur fonctionnement, mais la commune doit permettre à leurs membres de développer leurs activités professionnelles.

Mais plus globalement, et ce n'est pas spécifique à la mairie de Paulhan aujourd'hui, les subventions aux associations s'inscrivent dans une histoire locale que personne n'ose vraiment bouleverser. Par exemple, cela n'étonne personne que l'on verse 3 500 € de subvention à une association qui s'occupe des chats errants, et trois fois moins à une association comme le Secours Populaire qui vient en aide aux plus démunis de nos concitoyens ? Et là ma réponse est qu'il faudrait donner plutôt trois fois plus aux associations caritatives que de toujours vouloir niveler par le bas.

Le maire de Paulhan a promis qu'il réunirait prochainement un Conseil municipal privé afin d'étudier une affectation plus efficace des aides de la commune. Mais a-t-il la même perception des enjeux que ce que je viens d'énoncer ? A suivre.

23:53 Publié dans Paulhan | Lien permanent | Commentaires (0)

01/06/2018

La Pomponnette à Paulhan, une association qui ne chôme pas ...

L'assemblée générale de la Pomponnette est depuis sept ans un évènement en soi ; elle réunit une assistance enthousiaste qui fait écho à sa dynamique présidente, Mme Véronique Mas. Ce 1er juin, la salle Georges Brassens était à sa jauge maximale, écoutant la présidente de la Pompennette égrener toutes les actions de l'année 2017.

AG_Pomponnette.jpg

L'équipe de la Pomponnette ne se contente pas de nourrir les 120 chats des rues de Paulhan, l'association intervient dans bon nombre de communes voisines, auprès desquelles la Fondation 30 Millions d'Amis finance les actes de stérilisation. Les maires de Campagnen et de Nizas, MM Maurice Déjean et Daniel Renaud, ont expliqué à la suite de la première adjointe de Bélarga, Mme Roberte Julien, comment la Pomponnette leur apporte un soutien significatif, en plus de leurs employés municipaux. Véronique Mas annonçait ce soir que les communes d'Aspiran et de Péret allaient soutenir son association dès l'année 2018, son but étant que ces communes voisines puissent demain s'appuyer sur une association locale pour le volet opérationnel, et sur 30 Millions d'Amis pour payer le vétérinaire.

A l'heure où les associations font face à un déficit de bénévoles pour siéger dans leur bureau et pour mener des actions, la Pomponnette fait figure de contre-exemple. Avec plus de 200 adhérents et un bureau très actif autour de la cause des chats, l'association ne chôme pas. Les chats errants font bien des dégâts, et la première réaction des habitants comme de leurs élus est de leur faire la chasse. Mais c'est avec pédagogie et persévérance que Véronique Mas et son équipe réussissent à changer les mentalités ; c'est un beau challenge, et il porte désormais ses fruits.

22:03 Publié dans Paulhan | Lien permanent | Commentaires (5)