Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/10/2013

Ces leaders politiques qui sombrent dans la comm' spectacle ...

Outre que les projets, que les politiques et que les réformes mises en oeuvre ces dernières années par les dirigeants politiques déçoivent les citoyens, et jusqu'au désespoir, nos femmes et hommes politiques prennent des postures de star dans la presse et dans les médias. Allez ensuite stigmatiser l'électorat des candidats du rassemblement bleu marine :=(

Et c'est la photo de Ségolène dans un quotidien qui me fait réagir :

SRParisienMag.jpg

Ridicule ! C'est quoi le message ? Un appel à la révolution derrière une nouvelle Marianne marchant sur Paris ? Mais l'héroïne de Delacroix montrait plus de fougue et elle avançait au milieu des combats de rue ... Là, nous avons une fade posture pour disputer le drapeau tricolore à Marine Le Pen. Un symbole, mais une vacuité saisissante !

Pour ma part, et loin de ces tableaux qui exaltent le patriotisme, j'ai toujours eu un faible pour la semeuse de Louis Oscar Roty. Elle tient sa place sur nos pièces de monnaie et sur les timbres-poste depuis le tout début du 20ème siècle :

1fr60.jpg

france_50c.jpg

timbres_semeuse_marianne.JPG

Cette image est universelle et c'est surtout son message qui est universel : semer aujourd'hui pour récolter demain. C'est un peu le Sisyphe heureux de Camus réitérant le même geste et les mêmes tâches de saison en saison ...

Alors, que nos dirigeants politiques aient la modestie de s'astreindre à leurs propres tâches, qu'ils soient assez responsables pour prendre la mesure de l'état du Monde et qu'ils deviennent enfin audacieux. Le système économique dominant, avec son triptyque Productivisme-Matérialisme-Consumérisme, met 7 milliards d'êtres humains dans un état qu'aucune guerre n'a jamais produit. Nous aurons de plus en plus de populations déplacées, la quête des ressources naturelles alimente depuis bien longtemps les tensions géopolitiques, les replis nationalistes ou idéologiques nourrissent le terrorisme, le capitalisme moderne paupérise des centaines de millions de travailleurs, le suicide et les maladies liées au mode de vie moderne sont un fléau, etc.

Il ne faut pas céder à un optimiste candide auquel contribuent les innovations technologiques et les activités ludiques bradées, mais comme le héros de Voltaire : "il faut cultiver notre jardin".

05/10/2013

Gaz de schiste, le bras de fer continue !

La société Schuepbach dont le siège est au Texas, c'est un peu la suite du feuilleton Dallas où un rejeton de la famille Ewing pourrait jouer un beau rôle de méchant ... En réalité, Schuepbach s'est vu privée de deux permis d'explorer le sous-sol français en 2011 (Nant dans l'Aveyron et Villeneuve-de-Berg en Ardèche), et ses dirigeants usent de tous les stratagèmes pour emporter la partie.

dallas_JR.jpg

C'est d'abord sur le plan juridique que Schuebach a attaqué le vote des Parlementaires français de juillet 2011, en posant auprès du Conseil Constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). C'est vendredi 11 octobre que le Conseil Constitutionnel tranchera sur la fracturation hydraulique, afin de savoir si c'est une nécessaire prévention que d'interdire cette technique d'exploration et d'exploitation des gaz de schiste. Le gouvernement a déjà annoncé que si le Conseil Constitutionnel donnait en partie ou totalement raison à Schuepbach, alors il présenterait un nouveau texte législatif pour que l'impact environnemental de la fracturation hydraulique n'ait jamais à se mesurer en France.

Et face à cet entêtement des autorités françaises à interdire ce qui se fait par exemple au Texas, la société Schuepbach a déposé une plainte au civil pour être dédommagée des pertes occasionnées par cette interdiction. Mais il ne s'agit pas de pertes réellement subies par le pétrolier texan, non, Schuepbach estime que la non exploitation de ses deux permis pour une durée de 50 ans lui ferait perdre plus d'un milliard d'euros ... Et c'est la somme que Schuepbach va réclamer à la France :=(

Car c'est inscrit dans la doctrine de la mondialisation économique : les Etats ne doivent opposer aucune entrave à la bonne marche des affaires. Et si un Etat veut protéger sa culture, son littoral, ses paysages, son agriculture ou tout autre exception locale, alors il lui faudra dédommager les entreprises qui y verraient un préjudice ; et un préjudice non pas sur leur activité réelle, mais sur une activité hypothétique dans le meilleur des mondes possibles.

Et si par malheur les discussions entre les Européens et les Américains sur l'accord de libre-échange transatlantique devaient aboutir, alors une société comme Schuepbach serait encore mieux protégée contre les décisions politiques de l'Etat français. Un tel accord graverait dans le marbre que toute loi ou tout règlement qui empêcherait indirectement l'exercice d'une activité commerciale ou industrielle devrait apporter des contreparties financières aux entreprises concernées.

Bref, tout est pognon !

29/09/2013

Pesticides, préférer l'eau au vin (surtout à Paulhan)

La France est le pays européen le plus consommateur de pesticides, se classant d'ailleurs au quatrième rang mondial derrière les USA, le Japon et le Brésil ; triste record qui a permis à notre agriculture d'augmenter le rendement de ses terres sans se préoccuper des dangers pour les êtres vivants. Il existe 300 à 400 substances actives qui donnent lieu à des milliers de préparations commerciales qui font la fortune de quelques firmes internationales bien connues.

Cette problématique est présente à Paulhan dont le captage d'eau potable figure parmi les 500 captages sensibles formellement pointés du doigt au Grenelle de l'Environnement, et ce captage fait l'objet d'un plan d'action en vue de reconquérir la qualité de l'eau ; cela passe par la sensibilisation des professionnels, par des stratégies foncières ainsi que par l'exemplarité des services techniques de la mairie.

Pour référence, les articles R. 1321-1 à R. 1321-66 du code de la santé publique présentent les exigences sanitaires à respecter au sujet de la qualité des eaux destinées à la consommation humaine. Les normes de qualité sont précisées dans un arrêté du 11 janvier 2007. Cet arrêté fixe des normes de qualité à respecter pour un certain nombre de substances dans l’eau potable dont le chlore, le calcaire, le plomb, les nitrates, les pesticides et les bactéries. La norme fixe donc à 0,1 μg/litre la quantité tolérée pour chaque pesticide dans l’eau potable, la concentration totale de pesticides ne devant pas dépasser 0,5 μg/litre.

Je rassure tout de suite les habitants de Paulhan, la mairie a mis en place début 2012 un système de filtrage de l'eau brute par des charbons actifs, et l'eau distribuée est donc désormais exempte de toute trace de pesticide.

Mais le magazine Que-Choisir de ce mois d'octobre 2013 nous apprend que les vins sont eux aussi contaminés par les pesticides ... Une étude réalisée sur 92 vins issus de toutes nos régions montre que tous révèlent des taux plus ou moins importants de pesticides, et des molécules se retrouvent même dans les vins bio ! Cerise sur le gâteau, deux molécules interdites en Europe et en France ont été retrouvées dans nos vins : le bromopropylate, un acaricide, et le carbendazyme, un fongicide qui n'a plus d'autorisation de mise sur le marché (AMM) en France.

1380093397_g1.png

Dans l'étude de Que-Choisir, la palme revient à un Graves blanc de 2011 avec 1682 μg par kilogramme ; je rappelle que pour l'eau du robinet, le maximum autorisé est de 0,5 μg ...  C'est dire si le vin conserve bien les molécules chimiques. De façon générale, les vins analysés contiennent quelques dizaines à quelques centaines de microns-grammes de pesticides ; la molécule de phtalamide est très présente dans ces vins, il s'agit d'un métabolite du Folpent, un fongicide. Mais les résidus chimiques dans le vin font l'objet d'études (cf. Etude 2010 du laboratoire Sarco).

Si notre alimentation fait l'objet de la détermination des limites maximales de résidus (LMR), et c'est vrai entre autres pour l'eau potable comme pour le raisin de table, il n'y a pas de LMR pour le vin. Et les vins les plus chers ne sont pas synonymes de pureté ; l'étude de Que-Choisir montre qu'un Margaux 2010 à 13,95 € contient 11 molécules pour 228 μg de pesticides au kilo, quand un Saint-Estèphe 2009 à 14,55 € contient 9 molécules pour 309 μg de pesticides.

Les vins en appellation AB (agriculture biologique) sont quand même de meilleure qualité. Sur les 10 vins AB testés par Que-Choisir, 6 ont zéro μg de pesticides, malgré quelques traces non significatives, les 4 autres contiennent 10 μg pour un Côtes-du-Rhône 2012 à 4,19 €, 31 μg pour un Bordeaux 2011 à 5,15 €, 37 μg pour un Minervois à 7,50 € et 51 μg pour un Bordeaux 2011 à 4,85 €. En comparaison, les 4 champagnes testés, des vins compris entre 10 et 15 €, contiennent de 197 à 328 μg de pesticides.

3546421984.jpg

Vu les doses de pesticides que l'on trouve dans les réserves d'eau potable, il était inévitable que ces molécules se retrouvent directement sur les plantes ciblées par ces traitements. Nous ne consommons pas autant de vin que d'eau potable, enfin ça dépend des régions, des publics et des âges, mais cette enquête tire un nouveau signal d'alarme sur la qualité du contenu de nos assiettes et de nos verres. La solution est maintenant connue, il faut acheter ses aliments chez des producteurs locaux dont on peut visiter les exploitations. Il faut recréer de la confiance entre les producteurs et les consommateurs, tout en réduisant le plus possible les intermédiaires.

Depuis 2007, est entré en vigueur en Europe le règlement REACH pour sécuriser la fabrication et l’utilisation des substances chimiques dans l’industrie européenne. D’ici 2018, plus de 30 000 substances chimiques seront connues et leurs risques potentiels doivent être établis ; l’Europe disposera ainsi des moyens juridiques et techniques pour garantir à tous un haut niveau de protection contre les risques liés aux substances chimiques.

En 2004, et justement dans la perspective de REACH, 39 députés européens avaient fait une prise de sang ; 76 produits chimiques toxiques ont été retrouvés dans leur sang, des molécules que nous ne trouvions pas dans le sang humain quelques décennies auparavant ... Le darwinisme nous enseigne que l'homme s'adaptera, mais à l'échelle de plusieurs siècles et en considérant les victimes de ces produits toxiques comme des effets conjoncturels indésirables :=(

Il ne faut pas se résigner, il faut s'indigner et il faut changer nos comportements collectifs !