Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/02/2013

Le plan des colibris

Les articles et les pages Web consacrées à Pierre Rabhi sont suffisamment explicites, et elles reflètent tellement ma propre démarche citoyenne qu'il n'y a aucun commentaire à y ajouter.

pierre rabhi,colibris

Je vous invite plutôt à ces quelques lectures :

  • Pierre Rabhi lance la "révolution des colibris" devant une salle comble (reporterre.net)
  • Revivez le lancement de la (R)évolution des colibris ! (colibris-lemouvement.org)
  • Le plan des colibris (à télécharger en pdf)

Une députée socialiste de l'Hérault se dit favorable aux gaz de schiste et à une fracturation hydraulique "propre" ...

Elle s'appelle Anne-Yvonne Le Dain, elle est directrice d'un département de recherche à Agropolis à Montpellier. Au Conseil Régional du Languedoc-Roussillon où elle est élue depuis 2004, elle est en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche. Élue en juin dernier à l'Assemblée Nationale, elle se consacre là aussi à des thématiques scientifiques. Bref, cette élue socialiste croit dur comme fer dans la science comme axe de progrès économique et social. Dans le même profil, on trouve aussi l'Héraultais Claude Allègre ...

Dans Midi Libre, Madame la députée fait le choix des énergies carbonnées au lieu des énergies renouvelables. Elle ajoute qu'une technique de fracturation hydraulique "propre" est envisageable. Mais elle mise aussi sur la réforme du code minier, permettant ainsi de donner la propriété du sous-sol à celui qui possède la surface (particulier, société, collectivité locale, ...), et non plus à l'Etat comme c'est le cas en France aujourd'hui. L'idée peu glorieuse pour cette élue de gauche est que les propriétaires seraient ainsi "appâtés" par les profits à réaliser.

Un puits de gaz de schiste a un impact paysager néfaste, et il a une durée de vie très limitée.

anne-yvonne le dain,gaz de schiste,fracturation hydraulique propre,code minier

   Et la multiplicité des puits, inhérente à ce type de ressource, laissera aux générations futures d'innombrables conduites dans notre sous-sol ...

Mais c'est peut-être le projet régional Aqua Domitia qui amènera du Rhône les millions de mètres-cubes d'eau nécessaires pour fracturer la roche à très haute pression. Et quid des eaux usées polluées ?

  

anne-yvonne le dain,gaz de schiste,fracturation hydraulique propre,code minier

Non, madame Le Dain, tous nos efforts collectifs doivent d'abord se focaliser sur les économies d'énergie et sur les performances des équipements électriques. Thierry Salomon (cf. négaWatt), qui est déjà intervenu plusieurs fois dans des séminaires organisés par le Conseil Régional, vous expliquerait Madame la députée que nous pouvons ainsi réduire de 45% nos besoins en énergie, et à partir de là faire le choix de notre mix énergétique futur : moins de nucléaire, moins de ressources fossiles (pétrole, gaz et charbon), plus de renouvelables (hydroélectricité, éolien, solaire, biomasse, géothermie, ...), etc.

Plutôt que de rêver d'importer chez nous le modèle américain, la députée de l'Hérault devrait plutôt se mobiliser pour la transition énergétique. Mais sa prise de position "politiquement arriérée" me fait craindre le pire quand l'acte III de la décentralisation donnera prochainement aux Régions le leadership sur les compétences mises en oeuvre par les collectivités locales.

26/01/2013

Le Coeur d'Hérault grignotté à l'est par l'aire commerciale de Montpellier et à l'ouest par l'aire touristique de la Méditerranée !

La ZAC de la Salamane est la première avant-garde d'une économie qui déborde de l'aire de Montpellier, elle grignote des terres agricoles pour y implanter le long de l'autoroute des dépôts de marchandises, des complexes commerciaux et d'autres entreprises liées à la logistique.

coeur_herault.JPG

Mais voilà que l'aire touristique du littoral méditerranéen grignotte désormais sur le coeur d'Hérault pour y attirer des touristes un peu à l'étroit en bord de mer. Et c'est encore une avant-garde avec le domaine de Lavagnac sur la commune de Montagnac ; ce projet porté par un investisseur britannique est longtemps resté en stand-by avant que tout récemment un groupe immobilier parisien, épaulé par le Groupe Vinci et financé par une banque du Qatar, ne lui redonne vie. Interviewé par Midi Libre cette semaine, le Maire de Montagnac nous a donné les caractéristiques de ce projet : "Quant au château de Lavagnac, également, le projet est sorti de la léthargie dans laquelle il avait été plongé, il y a quelques années ! Là aussi, une promesse de vente a été signée, le 19 décembre dernier. Le projet est donc rentré dans sa phase concrète et active. « Tous les obstacles juridiques, financiers ou comptables ont été levés. Malgré un changement d'orientation de la part des repreneurs, le projet n'a pas été remis en cause ». Le château devrait devenir un hôtel haut de gamme de 70 chambres, un restaurant, un spa, un golf 18 trous ainsi qu'une résidence touristique de luxe de 663 unités d'hébergement. Les travaux débuteront sous peu".

Ces projets commerciaux et touristiques qui artificialisent nos meilleures terres agricoles vont aussi épuiser nos ressources en eau ! Le Syndicat Mixte du Bassin du Fleuve Hérault (SMBFH) s'est déjà positionné contre ce projet à Lavagnac, car ses besoins en eau (brute ou potable) ne peuvent pas être satisfaits par le fleuve Hérault.

Ci-joint deux cartes qui présentent le potentiel du fleuve Hérault en matière de ressource en eau (cliquez sur les cartes pour les agrandir) :

  

ressources_prelevements_herault.JPG

  

Etiages_prelevements_herault.JPG

Le projet Aqua Domitia porté par BRL et par le Conseil Régional se compose d'un maillon "Val d'Hérault" qui passe justement à Lavagnac ... Mais ce "tuyau" destiné principalement à l'irrigation a-t-il vocation à apporter de l'eau à des touristes ?

1-maillonvalherault-avecnappesv4-460px.jpg

Mais comme pour la ZAC de la Salamane sur Clermont l'Hérault, ce type de projet ne créera pas d'emploi pérenne. Ces projets offrent des "petits boulots" et font travailler les sociétés d'intérim, mais ils ne permettent pas à des habitants de notre territoire de se former et de valoriser leur savoir faire.

Je le maintiens, il faut développer l'agriculture ! Avec l'économie agricole, nos territoires seront plus résilents et il y aura de l'emploi à la clé. Et ce sera un enjeu majeur du SCoT Coeur d'Hérault dont l'élaboration va prochainement démarrer.