Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/04/2013

Une heure sur Radio Pays d'Hérault pour un exercice de transparence ;-)

A l'heure où la moralisation de la vie politique ne passe que par la publication du patrimoine des femmes et des hommes politiques, l'argent restant une grille de lecture sacralisée, j'ai répondu favorablement à l'invitation de Radio Pays d'Hérault pour participer à l'émission "Elu, mais pas trop". L'émission peut encore s'écouter depuis le site Web de RPH :

Elu_mais_pas_trop_1.JPG

Cette émission n'est pas banale et elle oblige les élus qui y participent à dévoiler une part de leur personnalité, de leur parcours personnel et politique, mais aussi à essayer de faire partager des émotions culturelles et sportives.

J'avoue être bien meilleur à l'écrit qu'à l'oral, mais de maîtriser le sujet me permet d'avoir de l'assurance. Et en ce qui me concerne, je crois assez bien me connaître pour répondre du tac au tac à un Patrick Delbac aussi vif que malicieux.

12/08/2011

Candide en Coeur d'Hérault ...

En lisant la synthèse du rapport du commissaire-enquêteur proposée sur le blog de Vivre à Brignac, rapport relatif au classement ICPE de la plate-forme logistique de Système U à la Salamane, je crois lire un passage inconnu du Candide de Voltaire ... Ce commissaire-enquêteur a tout du sieur Pangloss qui ne cesse de répéter que "tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles" !

Dans ses conclusions, il semble avoir été conquis par ce projet plutôt anachronique et totalement irresponsable. Il s'est laissé berner par un volet paysager incompatible avec le recalibrage de la RD2. Il a pris pour argent comptant les réponses de Système U aux critiques émises par l'association Salamane. Il se satisfait d'une concertation riche en expressions citoyennes, mais sans vraiment prendre position sur les pour et les contre. Et, cerise sur le gâteau, il se rassure en pensant que les élus locaux vont consacrer les ressources de cette ZAC pour mener de véritables politiques environnementales ...

Et Voltaire ne serait pas dépaysé s'il devait apparaître dans un tel contexte. Nous avons aussi notre baron de Thunder-ten-tronckh, nos soldats bulgares, nos marchands et quelques notables-girouettes. Mais si Voltaire moque l'optimisme pour dénoncer certains conservatismes, il fait de son personnage principal la victime d'une quête initiatique et utopique. Mais justement, nous avons lu Candide ... et ce n'est pas un hypothétique Eldorado que nous sommes quelques uns à promouvoir pour ce territoire ; des expériences de parc agricoles péri-urbains se développement de plus en plus et ils constituent une réalité palpable.

"Cela est bien dit", répondrais-je moi aussi à la fin, "mais il faut cultiver notre jardin".

06/12/2010

Une semaine sans voiture, mais aussi quelques lectures de retard

A bout de souffle la kangoo, après 10 ans et près de 300.000 Km. Mais ça m'a laissé une semaine sans voiture et avec deux heures de bus par jour pour aller à Montpellier. A noter d'ailleurs que le prix du bus est beaucoup plus abordable, on est passé de 15 € à 5 € l'aller-retour.

Le bus m'a surtout permis de reprendre la lecture de revues et de livres qui restaient en attente. Et il y a un livre qui m'a bien plu dans tout ça, c'est un petit ouvrage produit pas les amis de Paulhan sur Vincent Badie. Sacré bonhomme ! Une époque étonnante aussi. Avec Vincent Badie, on retrouve le goût de la République, on apprécie le dévouement pour l'intérêt général, on mesure l'héritage qu'il a laissé aux habitants de Paulhan et on regrette aussi que la politique soit tombée si bas. Mais il faut dire aussi que Vincent Badie avait mis la barre très haut.

img411.jpg
Le 10 juillet 1940, avec 79 autres parlementaires, Vincent Badie refuse de voter les pleins pouvoirs à Pétain. Il avait été à l'initiative d'une motion dite "des 27", c'était leur nombre la veille, mais il a été empêché de monter à la tribune et les 80 ont quitté l'assemblée. Vincent Badie cria "Vive la République quand même !"  
Aujourd'hui, dans nos sociétés de l'information et de la communication, de tels parcours sont impossibles. Et c'est un mal et un bien à la fois. D'un côté, des personnalités comme Vincent Badie ne peuvent plus s'imposer par leur seul caractère ou par leur courage, il leur faut désormais une page sur facebook, privilégier l'avoir plutôt que l'être, et travailler leur com'. A l'inverse, un Pétain ne pourrait plus envoûter la France au seul fait de ses heures de gloire, et le programme de Vichy serait déjà sur WikiLeaks !

Notre société s'uniformise, chacun croit tout savoir et plus personne ne respecte ceux qui savent. Un patient ira consulter son médecin avec les 15 diagnostics trouvés sur Internet pour justifier une irritation derrière l'oreille. Un justiciable ira voir son avocat avec toute la jurisprudence trouvée sur le Web en pensant lui faire gagner du temps. Et on retrouve ce comportement dans de multiples situations ; et peut-être que demain les candidats au Bac auront un portable avec Google. Mais pourquoi pas ... Le seul risque, et pas le moindre, c'est la manipulation collective.

22:45 Publié dans Livre, Paulhan | Lien permanent | Commentaires (2)