Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/07/2015

Tsipras révolutionne l'Europe

En quelques semaines, le Premier ministre Aléxis Tsipras a renversé la table. Finie la période pendant laquelle les institutions européennes ont tenu la Grèce dans une précarité financière et économique voulue, la presque totalité des capitales européennes souhaitant l'échec du gouvernement de gauche de Syriza. Le Premier ministre Grec a mis en lumière le corset de la BCE, l'épée de Damoclès du FMI et la volonté du gouvernement allemand de le voir échouer.

Faut-il s'étonner aujourd'hui que les détails de l'accord que Tsipras soumet ce week-end aux institutions européennes soient semblables aux mesures souhaitées par celles-ci jusqu'au 25 juin ? Sur le fond, non, mais sur la forme ce n'est plus le même joueur qui a la main. La Grèce n'est plus soumise à des mesures d'austérité imposées par Bruxelles, et sans autre retour, mais Athènes présente un plan de sortie de crise assorti d'un plan d'aide de plusieurs dizaines de milliards d'euros et d'une restructuration de la dette grecque.

PE_Tsipras.jpg

Entre temps, Aléxis Tsipras a consulté son peuple par référendum, il est allé défendre son projet politique devant le Parlement européen et il a fait valider les propositions faites aux institutions européennes par son Parlement. L'Europe n'a jamais été aussi politique que depuis l'arrivée de Syriza au pouvoir en Grèce. Et ce fonctionnement opaque d'une Europe qui imposait un modèle de développement libéral à ses peuples va désormais se heurter à l'écueil Tsipras. Après les humiliations subies par les Grecs depuis quelques mois, il ne serait pas surprenant que le Parlement Grec retoque à l'avenir quelques traités européens. Je pense en l'occurrence au traité de libre-échange transatlantique (TAFTA) à qui le Parlement Européen vient de donner cette semaine son feu vert (cf. site de France Nature Environnement), mais qui nécessitera à la fin un vote unanime des 28 pays membres.

parlement_europeen.jpg

Mais cet épisode européen aura permis d'illustrer la collusion qui prédomine parmi les chefs d’État et de gouvernement. Parmi les 19 pays de la zone Euro, une douzaine sont gouvernés par des coalitions ; pour les autres, l'étiquette est trompeuse ; du parti travailliste maltais au parti social-démocrate slovaque, et en passant par le parti socialiste français, ce sont des ersatz de gauche qui s’accommodent fort bien de la marchandisation du monde. Et il n'y a peut-être que le parti populaire du Premier ministre espagnol Mariano Rajoy à gouverner seul un État de la zone Euro, élu sur un programme libéral ... Mais peut-être plus pour très longtemps. Car ce qu'a démontré Aléxis Tsipras, et ce dont il a besoin aussi pour ne plus subir seul la pression des autres États, c'est que propager cette réappropriation de l'idéal européen par les peuples eux-mêmes est la seule issue pour franchir le gué.

La zone Euro a en son sein quatre poids lourds : l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et la France, qui pèsent pour trois-quart du PIB de la zone. Il est regrettable que ces quatre-là ne s'entendent pas pour être plus solidaires des autres États membres, préférant systématiquement se retrancher derrière des institutions et des règlements qui freinent toute dynamique de progrès européen. Ces quatre-là pourraient impulser un vrai projet européen, avec un budget commun, une harmonisation fiscale et une politique extérieure à l'unisson. Quant à l'expression de l'ensemble des 19 États membres de la zone euro, elle doit être démocratique et les représentants de ces États au Parlement Européen devraient pouvoir siéger dans une structure dédiée.

Euro_Zone_Eco.jpg

01/07/2015

Syriza, une épine dans le pied de l'Europe

Toute la classe politique européenne et française a fait évoluer son discours sur la crise grecque ; il ne s'agit plus d'évoquer la dette ou les plans d'austérité qui pèsent sur la Grèce, mais bien de cibler Aléxis Tsipras, ce Premier ministre d'extrême-gauche qui aurait été élu sur un programme populiste ...

Tsipras_contre_le_reste_de_Europe.jpg

Ce n'est donc plus la contagion d'une spéculation sur les dettes souveraines ou l'issue de la construction européenne qui est en jeu dans ce bras de fer qui oppose Aléxis Tsipras au reste de l'Europe, mais c'est le risque de voir la dynamique Syriza s'étendre dans les pays les plus touchés par une austérité qui détruit les modèles sociaux.

Les dirigeants allemands sont désormais arc-boutés sur l'issue du référendum de dimanche et Jean-Claude Juncker a promis qu'il ferait une campagne active pour le OUI. La BCE fait couler un mince filet de liquidités pour maintenir les files d'attente aux distributeurs de billet et même le gouvernement britannique (pourtant si détaché des enjeux politiques européens) craignait ce mardi que l'activité financière de la City soit touchée.

Décidément non, l'Europe politique n'est pas à l'ordre du jour de la construction européenne. L'Europe reste d'abord un grand marché économique et l'euro est le sésame pour y faire un meilleur business. Les États membres restent dans une approche nationale, comme tous ces pays qui ont subi les plans de mesure de la troïka (Irlande, Espagne, Portugal) et qui ne veulent pas que la Grèce y échappe. La notion de progrès politique, fiscal, social et environnemental est complètement étrangère à ces leaders anachroniques.

Tout ce petit monde évolue dans une incroyable hypocrisie, mais il faut faire bonne figure. La question des dettes souveraines est l'une de ces hypocrisies. S'est-on par exemple déjà demandé en combien de temps la France pourrait rembourser les 2.000 milliards d'euros de dette publique ? Chaque année nous avons un déficit budgétaire qui alourdit cette dette et les annuités versées aux créanciers abondent le déficit budgétaire ... Et la dette grecque en témoigne ; tous les économistes professent que cette dette ne sera jamais remboursée, et les politiques se contentent de la restructurer (décalage des échéances de remboursement, réduction des taux, rachats partiels, ...).

Mais si encore les créanciers de la Grèce étaient des établissements bancaires, nous pourrions crier au scandale des usuriers qui asphyxient tout un peuple. Mais ses créanciers sont le FMI, la BCE et les États européens liés par des mécanismes de solidarité :

Creanciers_de_la_Grece.jpg

Alexis Tsipras est l'intrus dans ce cercle des élites européennes, il se revendique comme représentant du peuple quand tous ses collègues sont ceux de l'oligarchie financière mondiale. D'habitude, ce genre d'individu se trouve dans une manifestation de rue et une charge policière a vite fait de rétablir l'ordre. Mais là, il est assit à la table des dirigeants ; et il ne joue pas la même partition ! Et si aujourd'hui il est le seul chef d’État ou de gouvernement à siéger à ce niveau, tout sera fait pour que cela ne dure pas et tout sera encore plus fait pour qu'il ne soit pas rejoint par d'autres ...

Euromafia.jpg

29/06/2015

Ou est la démocratie en Europe ?

Personne ne s'est donc étonné de l'absence d'un acteur majeur en Europe pendant ces deux dernières de négociation entre la Grèce et ses créanciers ? Enfin, je dis un « acteur majeur », mais ce n'est peut-être qu'un idéal qui étale là toute sa vacuité dans ces moments si importants pour l'Europe ...

Cet acteur, c'est le Parlement européen. Avez-vous vu ou entendu son Président Martin Schulz intervenir fortement dans la crise que rencontre l'Europe ? Je vous invite à visiter le compte Twitter de Martin Schulz, ou sa page facebook ... Rien depuis 5 jours ! Pas un mot sur la Grèce :=(

On apprend, selon le gouvernement grec, que Martin Schulz « a informé dans l'après-midi M. Tsipras qu'il allait convoquer immédiatement une réunion des chefs de groupe parlementaire de l'assemblée européenne pour examiner cette question et la situation d'une manière plus générale dans le but de prendre des initiatives ». Ce Parlement pour lequel nous avons désigné nos représentants il y a un an est le ventre mou des institutions européennes ; il en devient même son alibi démocratique.

Cela fait plusieurs mois que des eurodéputés écologistes placent la question de la dette grecque au cœur du problème ; il faut cesser de donner des liquidités aux banques grecques. Oui, ça aide l'économie locale à fonctionner, mais ça fait aussi grossir leur dette. Juste après la victoire de Syriza en début d'année, Philippe Lamberts et Eva Joly signaient une tribune prémonitoire dans Libération.

La_Grèce_un_bras.jpg

Interrogé ce matin par un auditeur de France Inter, le ministre Michel Sapin répondait que la démocratie en Europe était garantie par ses États qui sont tous des démocraties. Ainsi, dans une Europe qui se fait au fil du temps de plus en plus tyrannique, des responsables européens comme Michel Sapin baignent dans un océan de démocratie ...

Mais les chefs d’État et de gouvernement européens ne refont plus l'erreur [de jeunesse ?] commise en novembre 2011 quand le Premier ministre grec de l'époque voulait lui aussi consulter son peuple pour légitimer ses arbitrages vis à vis de leurs créanciers. Il lui fut vivement conseillé de renoncer à son projet de référendum ... Ces choses-là sont bien trop techniques pour être soumises à un arbitrage démocratique. C'est comme pour le référendum sur le traité constitutionnel en France en 2005 ; les français n'avaient certainement pas bien compris la question ...

La_Grèce_cheval_de_Troie.jpg

Mais ce qui se dessine le 5 juillet, c'est un sacré coup de pied au cul d'une Europe qui s'est construite certes sur un idéal humaniste, mais qui est un gâteau que se partagent quelques élites politiques, financières et bourgeoises. Ce n'est pas l'euro qui est mis en danger au travers de ce référendum, mais la domination d'une pensée conformiste où les citoyens européens ne sont que des pions. La victoire de Syriza en janvier 2015 ne doit surtout pas se propager au reste de l'Europe, et le prochain pays en ligne de mire est l'Espagne de Mariano Rajoy où Podemos vient de lui prendre les villes de Barcelone et de Madrid. Ce n'était donc pas un hasard si Nicolas Sarkozy était aujourd'hui à Madrid pour établir avec le chef du gouvernement espagnol quelques remparts contre l'essor d'une force alternative à gauche, et pour une autre Europe.

Mais je reviens à Aléxis Tsipras que l'on accuse aujourd'hui d'avoir été élu sur un programme démagogique, à savoir de restructurer la dette grecque, de mettre fin aux politiques d'austérité et de maintenir son pays dans la zone Euro. Oui, les Grecs ne remplissaient pas les conditions pour rentrer dans la zone Euro ; mais maintenant qu'ils y sont, la zone Euro ne pourrait-elle donc pas évoluer pour s'adapter aux diverses économies qui la composent ? La solidarité des États de la zone Euro ne serait donc qu'un bout de papier tamponné MES ...

La_Grèce_Euro_Cata.jpg

La construction européenne est depuis quelques temps au milieu du gué. Alors soit on décide d'aller jusqu'à l'autre rive, soit on fait demi-tour ; mais on ne reste pas plantés là à prendre l'eau ! Et pour franchir le gué, c'est aux citoyens européens de décider de quelle Europe ils veulent. Le référendum sur le TCE en 2005 n'a plus jamais été suivi d'un débat démocratique sur une fiscalité européenne [au moins harmonisée], sur un budget commun alimenté par des impôts européens, sur un pacte social synonyme de progrès, sur une politique extérieure et une représentation internationale à la hauteur des enjeux mondiaux, etc. Sinon, l'Europe va se déliter ; des formations nationalistes seront le refuge de plus en plus d'européens désappointés, et quelques régions européennes prendront le leadership d'un continent déboussolé.

Je souhaite donc que le OXI l'emporte ce dimanche en Grèce, et qu'Alexis Tsipras pourra ainsi revenir à la table des négociations avec un mandat clair et avec la perspective d'un compromis salvateur. La Grèce est paradoxalement un bon élève de la zone Euro, elle génère un excédent primaire qui signifie qu'elle dégage des marges de manœuvre budgétaire ; mais c'est le service de la dette qui plombe les finances du pays. Un moratoire sur la dette grecque apporterait une bouffée d'oxygène, sans que le recouvrement de ces créances à court ou moyen terme porte préjudice au FMI, à la BCE et aux autres États membres de la zone Euro.

europe,tsipras,schulz,parlement,démocratie