Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/05/2011

L'Etat impuissant face à l'artificialisation des terres agricoles dans l'Hérault

L'Etat s'enlise dans ses incohérences ... Après que les services de l'Etat aient émis un avis défavorable au projet de ZAC à la Salamane sur 70 ha de terres agricoles, mais que le Sous-préfet ait donné lui un avis favorable, voilà que l'Etat s'alarme devant l'augmentation considérable de l'artificialisation des terres agricoles en créant une commission ad hoc.

Ci-après l'extrait de la lettre des Services de l'Etat dans l'Hérault, dans son édition d'Avril 2011 :

CDCEA_34.JPG

Dans une prochaine édition de cette lettre des services de l'Etat dans l'Hérault, on pourra y montrer la photo d'un bâtiment de 60.000 m2 sur 14 mètres de hauteur ...

16/03/2011

USA, URSS, Japon, ... Quand débattrons-nous enfin du nucléaire ?

Le 28 mars 1979, la centrale nucléaire de Three Mile Island (USA) rencontre des problèmes de vannes et de pompes qui conduisent à une élévation de température et de pression, puis ensuite à des rejets radioactifs dans l'eau et dans l'air suite à des opérations d'urgence.

Le 26 avril 1986, la centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine) connaît l'accident le plus grave jamais rencontré sur une installation nucléaire civile, et cela suite à un exercice banal dont les conséquences ont été mal gérées. Il s'est produit une fusion du coeur du réacteur avec le rejet dans l'air de fortes quantités de radionucléides (iode 131, césium 134, ...) qui ont touché les populations humaines (cancers, décès, ...), et qui ont pollué les terres agricoles de façon irréversible.

Mars 2011, ce sont les quatre réacteurs de la centrale de Fukushima (Japon) qui sont endommagés suite à un tsunami qui a inondé les installations électriques. Les mesures qui sont prises ces jours ci pour contenir la catastrophe sont ... ridicules ! Refroidir une enceinte de confinement avec un hélicoptère ou remplir la piscine à combustibles du réacteur n°4 avec un camion citerne des pompiers de Tokyo, c'est un épisode des pieds nickelés, en totale contradiction avec la confiance que les citoyens peuvent avoir dans les technologies de sureté nucléaire.

Bien évidemment, c'est vers les populations touchées par ces catastrophes que vont toutes nos compassions. Mais les reportages qui passent sur Tchernobyl montrent que 25 ans après des enfants souffrent des rejets de l'époque, que les terres sont totalement incultivables et que c'est donc un territoire tout entier qui est anéanti. Il en sera certainement de même pour le nord-est du Japon.

Et la France, avec ses 52 réacteurs nucléaires, est plus menacé que tout autre pays. Une erreur humaine ou un évènement climatique peut mettre à mal tous les automatismes et toutes les technologies de pointe. Les centrales en bord de mer sont sensibles aux inondations (cf. centrale de Blayais en 1999), et celles qui sont refroidies par l'eau des rivières sont sensibles aux forts étiages d'été ainsi qu'au gel des cours d'eau l'hiver (cf. gel de la Loire en janvier 1987 et incidents sur la centrale de St-Laurent-des-Eaux). Bref, l'édifice est d'une fragilité inouïe !

Le débat n'a jamais eu lieu, et il est temps de l'ouvrir. Les écologistes combattent depuis longtemps cette fuite en avant de nos technocrates (du corps des mines), allant même jusqu'à rallonger de 10 ans la durée de vie de centrales qui sont à bout de souffle (cf. Fessenheim). Nos voisins européens ont fait le choix de sortir de la technologie de l'atome, en même temps que nous leur vendons notre électricité nucléaire, et c'est la seule perspective à retenir pour ne jamais connaître de telles catastrophes. Sur un délai de 20 à 25 ans, la sortie du nucléaire passe d'abord par une réduction de 50% de nos dépenses énergétiques (sobriété de nos besoins + efficacité des équipements électriques). Et les énergies renouvelables doivent constituer le second volet d'un tel plan. Mettons déjà autant d'argent dans la recherche sur ces énergies renouvelables que nous en avons donné au Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) pendant 40 ans !

Sans vouloir être un apôtre de l'apocalypse, ou ne serait-ce qu'un catastrophiste indécrottable, je constate que la population est touchée par ce qui se passe au Japon ces jours ci. Il y a une véritable prise de conscience et nous sortons de l'état d'hypnose dans lequel l'Etat nous avait placé depuis De Gaulle dans les années 70.

02/02/2011

Gaz de schiste, la mobilisation s'accentue !

Alors que les patrons des industries pétrolières et gazières se réunissent depuis lundi à l'hôtel Mariott, sur les Champs-Elysée à Paris, pour évoquer l'exploitation des gaz non conventionnels, de plus en plus de collectivités locales délibèrent pour s'opposer à l'exploitation de ces gaz de schiste. Ce sera le cas pour Montpellier le 7 février prochain, mais bien d'autres collectivités s'inscrivent dans cette résistance comme par exemple le 27 janvier dernier pour le Syndicat mixte des gorges du Gardon qui réunit 10 communes Gardoises.

La mobilisation du milieu associatif et des comités locaux écologistes s'organise, avec des réunions d'information et des pétitions qui circulent. Alors, si vraiment Sarkozy nous annonce en milieu d'année qu'il a entendu le message venu des provinces, et que dans la continuité du Grenelle de l'Environnement il propose un moratoire sur ces nouvelles ressouces d'énergie fossile, s'octroyant par la même une image d'écolo pour sa campagne des présidentielles, et bien nous aurons vraiment été des couillons !

A tout hasard, si vous voyez circuler ces camions-vibreux dans nos plaines Languedociennes, alors laissez un commentaire.

camion-vibrateur_déc2010.jpg

camion-vibrateur_latéral.jpg