Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/12/2012

Just Doha !

Le protocole de Kyoto est le traité international par lequel 168 pays se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, et qui sont à l'origine du réchauffement climatique. Ce protocole prenait fin le 31 décembre 2012, et la conférence de Doha sur le climat devait permettre de lui donner une suite. Au bout de deux semaines de négociations, les pays participants sont arrivés à un accord de façace. La Russie, le Japon et le Canada s'en sont retirés ; ils rejoignent les Etats-Unis et d'autres pays qui refusent de se fixer des quotas d'émission de gaz à effet de serre. Et au final, les pays signataires de l'accord de cette 18ème conférence internationale sur le climat ne représentent que 15% des émissions mondiales de gaz à effet de serre !

Alors que signifie concrètement cet accord de Doha qui prolonge jusqu'en 2020 le protocole de Kyoto ? Déjà que le problème du réchauffement climatique n'est pas le souci prioritaire de nombreux pays du globe, et pas des moindres ...

L'autre problème non résolu à Doha est le soutien financier à apporter aux pays en développement et qui sont les premières victimes du réchauffement climatique. 100 milliards de dollars devaient être apportés chaque année aux pays du sud jusqu'en 2020. Les pays occidentaux (Union Européenne, Japon, Canada, Russie, ...) rechignent à abonder ce fond de solidarité ; la Chine, le Brésil, l'Afrique du Sud et l'Inde sont au contraire plus déterminés, mais le choix d'une solution collective a été reporté à 2013. Le représentant des Philippines n'aura pas réussi à convaincre tous les participants malgré l'émotion provoquée cette semaine par le passage du typhon Bopha qui a fait plus de 500 morts et des centaines de milliers de sans abri dans son pays.

Il ressort de cette conférence de Doha que les pays les plus riches vont continuer à émettre des gaz à effet de serre afin de conserver leur mode de vie d'enfants gâtés, mais qu'en plus ils se font prier pour aider les victimes de leur lâcheté.

La morale de cette histoire est très bien résumée par la célèbre réplique du film de Sergio Leone [Le bon, la brute et le truand] : "Tu vois, le monde se divise en deux : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses".

25/11/2012

Notre-Dame-des-Landes, le caprice d'un vieux baron socialiste ...

Il n'y a pas grand chose à ajouter à l'excellente note de Pierre Deruelle sur son blog (cf. version PDF). Il retrace l'histoire du projet, il démonte tous les arguments que l'on nous sert à chaque fois pour ce type de projet (la sécurité, la haute qualité environnementale, l'emploi, la modernité en marche, ...). On attend avec impatience les arguments des promoteurs du projet :=(

Jean-Marc Ayrault, ancien Maire de Nantes et aujourd'hui Premier ministre embarque avec lui son gouvernement et même le Président de la République qui lui apporte un soutien aveugle. Manuel Valls a osé assimiler la contestation sur le site de Notre-Dame-des-Landes à un kyst ... Les ministres Delphine Batho et Stéphane Le Foll soutiennent ce projet qui s'oppose à tout ce qu'ils disent par ailleurs sur l'environnement et sur l'agriculture. Il ne  manque que Pierre Moscovici pour nous expliquer que les 561 millions d'euros du projet ne sont pas du gaspillage ;-)

Il est par contre regrettable que la vision du progrès qui éclaire les dirigeants socialistes reste fondée sur le passé. Un tel aéroport qui pouvait peut-être se concevoir il y a 40 ans doit aujourd'hui être confronté à la réalité de notre siècle. Idem pour les gaz de schiste que certains parlementaires et ministres socialistes gardent sous le coude ...

18/11/2012

François Hollande en Pologne pour y promouvoir l'Europe du ... 20ème siècle :=(

C'est accompagné d'une vingtaine de chefs d'entreprises que François Hollande s'est rendu en Pologne en fin de semaine. Le Président de la République a évoqué la possibilité de coopération dans les domaines de l'énergie, l'eau, l'environnement, les infrastructures, le nucléaire et le secteur militaire. Les dirigeants de TOTAL, GDF/Suez, AREVA, EDF, Eurocopter, DCN, PSA, Alsom, ...) l'accompagnaient. Souhaitant " en terminer avec un certain nombre de clichés qui ont d'ailleurs fait beaucoup de mal ", dixit F. Hollande, le Chef de l'Etat français a déclaré que " Nous avons à la fois une base solide quant à la qualité des relations humaines (...) des industries qui sont complémentaires et nous avons la même volonté de préparer l'avenir, d'assurer la transition énergétique, d'être les plus innovants en matière de nouvelles technologies, et d'avoir les meilleures infrastructures. Tout cela peut donner à notre relation la dimension que je voulais lui accorder ".

Or, la Pologne cherche à diversifier ses sources d'énergie puisque le charbon représente aujourd'hui 95% de la filière électrique, quand l'électricité française est à 75% nucléaire. Et la Pologne est avec la France l'un des pays d'Europe au plus fort potentiel théorique en gaz de schiste (sic).

Et on retrouve, dans cet extrait de son discours devant les membres des deux chambres du Parlement polonais, toute la science du compromis que sait déployer François Hollande : " Nous devons être, sur la question de l'énergie, où nous avons nos débats -- j'imagine ici les mêmes qu'en France -- sur le nucléaire, sur le gaz, et sur tant d'autres choses. Mais faisons en sorte d'aller de l'avant, ensemble, sur la transition énergétique, sur le respect de l'environnement et sur la capacité de tirer de nos ressources tout le potentiel nécessaire ".

Et avec TOTAL et AREVA dans sa suite, il y a peu de chance que François Hollande soit venu faire la promotion du photovoltaïque, de l'éolien offshore ou encore de la géothermie profonde ... Et c'est là toute l'ambiguïté de la stratégie industrielle et commerciale de la France qui ne traduit pas du tout la volonté d'ancrer les énergies renouvelables dans l'économié européenne du 21ème siècle. Car en parlant de transition énergétique, le Président Hollande pense encore et toujours "nucléaire" ...

A l'occasion d'un déplacement récent en Chine, Angela Merkel a fermement défendu l'énergie solaire et elle s'est faite la porte-parole des industriels européens qui comptent saisir la justice européenne pour un dumping déloyal. Le commissaire européen au commerce devra néanmoins ouvrir une enquête pour d'un côté faire toute la lumière sur les aides généreuses de l'Etat chinois à ses propres entreprises, et d'un autre côté pour détailler les mesures de protection qu'impose la Chine aux sociétés étrangères. Accompagnée du patron d'EADS, la Chancellière allemande en a aussi profité pour inaugurer une usine Airbus.

Dans ces deux déplacements politico-commerciaux des dirigeants français et allemand, on retrouve une France arc-boutée sur ses vieilles industries qui sont confrontées à une concurrence internationale très forte, et une Allemagne qui va de l'avant pour conquérir des marchés où ses entreprises investissent énormément en recherche et innovation ! Mais si François Hollande a longuement parlé de l'histoire de l'Europe devant le Parlement polonais, avec un volet militaire franchement affirmé, Angela Merkel promeut l'Europe de demain ... Le dynamisme économique de l'Allemagne ne tient pas qu'à la "compétitivité-prix" de ses entreprises, la "compétitivité hors-prix" y est pour beaucoup.

Les élites politiques françaises restent empreintes du discours de Villepin en 2003 à l'ONU ; " Et c’est un vieux pays, la France, un vieux continent comme le mien, l’Europe, qui vous le dit aujourd’hui, qui a connu les guerres, l’occupation, la barbarie. Un pays qui n’oublie pas et qui sait tout ce qu’il doit aux combattants de la liberté venus d’Amérique et d’ailleurs. Et qui pourtant n’a cessé de se tenir debout face à l’Histoire et devant les hommes. Fidèle à ses valeurs, il veut agir résolument avec tous les membres de la communauté internationale. Il croit en notre capacité à construire ensemble un monde meilleur ". Or, l'Europe est un acteur mondial de poids qui doit, et peut tirer vers le haut le développement durable de tous les continents ... Il faut d'urgence que d'autres politiques en soient les porteurs !