Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/02/2017

Accompagner les entreprises ou la population active ? La CCVH semble avoir choisi ...

Dans son édition de la Vallée de l'Hérault, Midi Libre publie deux informations dont la juxtaposition interpelle. Dans la première, la Communauté de communes de la Vallée de l'Hérault (CCVH) investit 966 000 € pour la rénovation de la Maison des Entreprises à Saint-André-de-Sangonis. Dans la seconde, la CCVH se retire de la Maison de l'Emploi du Cœur d'Hérault qui lui coûte quelques dizaines de milliers d'euros en participation chaque année. Alors ces décisions signifient-elles que la CCVH privilégie les entreprises à l'emploi ?

C'est une réalité que depuis bientôt 9 ans que je siège au syndicat de développement du Pays Cœur d'Hérault, le développement économique qui consiste à accueillir, à accompagner et à valoriser les entreprises de notre territoire fait l'impasse sur le volet social. Or, les Maisons de l'Emploi ont une mission de gestion prévisionnelle des emplois et des carrières (GPEC) qu'elles réalisent essentiellement avec les filières et avec les syndicats professionnels. Car en effet, comment favoriser le développement de notre tissu économique si nous ne connaissons pas leurs besoins en ressources humaines ainsi que le potentiel des emplois du territoire ?

Logo_Maison_Emploi.jpgLes Maisons de l'Emploi sont trop souvent ramenées à leur dispositif PLIE (Plan Local pour l'Insertion et l'Emploi), c'est à dire à un volet de "réparation sociale". Sur le Cœur d'Hérault, et le maire de Gignac l'évoque fort justement dans l'article de Midi Libre, les chantiers et les missions d'insertion fonctionnent très bien ; il y a environ 500 personnes qui sont ainsi accompagnées chaque année dans un retour vers l'emploi. Et sur les aires urbaines de Montpellier et de Béziers, les collectivités locales appuient fortement ces opérations d'insertion par l'économie.

Que l'on aborde les secteurs du tourisme, de l'agriculture, de l'artisanat, du commerce, ... dans des formes d'économie circulaire ou traditionnelle, l'effort de l’État et des collectivités territoriales se concentre presque systématiquement sur les entrepreneurs. Que veulent-ils ? Comment les aider à réussir et à se développer ? Et on met en place des outils pour y répondre (couveuses, pépinières, hôtel d'entreprises), ainsi que du foncier dans des zones d'activité économique. Mais quid des employés ? Et pour ceux qui aspirent à le devenir ? Les élus locaux laissent alors Pôle Emploi et la Région s'en occuper ...

La robotisation et l'automatisation n'ont pas encore anéanti le potentiel d'emploi sur le Cœur d'Hérault, et il est donc impératif de prendre en compte les itinéraires d'emploi et les besoins des entreprises ; les deux de concert !

04/02/2017

FISAC 2016, mauvaise pioche pour le Clermontais et pour le Lodévois-Larzac

Le 24 février 2016, l'assemblée communautaire du Clermontais votait à l'unanimité une délibération pour déposer un dossier de candidature à l'appel à projets FISAC 2016 (cf. délibération en version PDF). Le FISAC (Fonds d'Intervention pour les Services, l'Artisanat et le Commerce) est un outil financier de l'Etat pour accompagner les communes et les professionnels dans la revitalisation des cœurs de ville. L'association Clermont à Plein Cœur avait tenu son Assemblée générale le 18 février 2016 en présence de Jean-Claude Lacroix (Pdt de la CCC) et de Salvador Ruiz (Maire de Clermont-l'Hérault), et le montage FISAC était appréhendé comme le socle pluriannuel d'un plan d'actions pour préserver le commerce au centre de Clermont-l'Hérault.

5638_946_FISAC-2016-collectivite.jpgLe FISAC est un dispositif à deux étages. Le premier étage correspond à un appel à projets annuel de la Direction générale des entreprises, et auquel les collectivités répondent en mettant en avant les axes permettant de préserver ou développer un tissu d'entreprises de proximité. Le second étage se met en œuvre si le projet de la collectivité a été retenu par les services de l’État, et là c'est chaque entreprise (commerce, artisan, profession libérale, ...) qui dépose un dossier de demande de subvention auprès de la collectivité locale qui porte des opérations collectives. C'est pour cela que dans la délibération du 24 février 2016 figure un plan financier de 581 617 € sur la période 2016-2018, avec les concours financiers des partenaires (associations de commerçants et d'entrepreneurs, l’État au travers du FISAC, le Département, les communautés de communes du Clermontais et du Lodévois-Larzac, mais surtout les entreprises elles-mêmes qui contribuent pour 34,8 %.

FISAC.jpg

L'exécutif communautaire avait pointé comme novateur que le dossier de candidature soit déposé par la Communauté de communes du Clermontais ET celle du Lodévois-Larzac ; je n'avais pas bien compris en quoi c'était novateur, et j'avais même évoqué un risque sur la gouvernance entre deux intercommunalités. Par contre, la Communauté de communes du Lodévois-Larzac sortait tout juste d'un programme FISAC très satisfaisant. Cf. ma note du 27 février 2016.

Mais patatras, la décision de l’État vient de tomber et le dossier conjoint de la CCC et de la CCLL n'a pas été retenu. L'information circule sans bruit ; même à l'occasion du Conseil communautaire du Clermontais le 1er février l'exécutif est resté discret. Et c'est vrai que dans le cadre du débat d'orientation budgétaire (DOB 2017), au chapitre « Redynamisation des centre-villes et politique locale du commerce », le FISAC avait disparu alors qu'il était le point d'orgue de ce chapitre-là dans le DOB 2016.

Jean-Claude Lacroix avait expliqué l'an dernier aux commerçants de Clermont-l'Hérault ainsi qu'à son Conseil communautaire qu'il voulait transférer une partie des recettes fiscales des zones d'activité comme la Salamane vers les activités du centre-ville, et le FISAC lui en donnait l'occasion. Là, il faut repartir d'une page blanche, en y associant tous les acteurs économiques locaux.

02/02/2017

Salamane, les aménagements à la peine ...

Le 07 mai 2014, je publiais ici une note révélant qu'un aménagement commercial à la Salamane faisait l'objet d'une demande d'autorisation auprès de la commission départementale d'aménagement commercial (CDAC). A l'époque, cette commission ne s'est jamais réunie (j'en faisais état dans une autre note du 12 juillet 2014), et l'autorisation de construction a donc été accordée de façon tacite. Peu de temps après, l'association "Clermont à Plein Cœur", épaulée par le maire de Clermont-l'Hérault Salvador Ruiz, déposait un recours auprès de la commission nationale d'aménagement commercial (CNAC) ; celle-ci s'est rendue aux arguments des détracteurs du projet et a refusé la création de cet ensemble commercial le 23 octobre 2014.

A l'époque, ce projet de 9 896 m2 était porté par un consortium composé des sociétés SCI Castellum de Clermont et Delpra. La CNAC a justifié son refus par les faits que cet aménagement commercial de l'autre côté de l'A75 était déconnecté du tissu urbain de Clermont-l'Hérault, qu'il n'était ni desservi par les transports en commun ni par des pistes cyclables, et donc qu'il contrevenait aux critères énoncés à l'article L. 752-6 du code du commerce (cf. avis de la CNAC en version PDF).

Salamane_Bus_et_Velo.jpg

Un nouveau projet de 6 704 m2 a été déposé auprès de la CDAC le 19 janvier 2017 ; il est porté par la S.C.C.V. Castellum Promotion et il ne subsiste du précédent projet que 10 cellules de grande et moyenne surface. Chacun aura constaté que la ZAE de la Salamane est largement desservie par les transports en commun et qu'une généreuse piste cyclable franchit l'A75 pour relier cette zone d'activité au tissu urbain de la ville, et il est donc logique que la CDAC contredise l'avis de la CNAC. Normalement, ce sont « les mêmes causes qui produisent les mêmes effets », mais là ...

La tension est à son comble à la Communauté de communes du Clermontais, car les commercialisations sur cette zone ne décollent pas ; rien de significatif ne s'est réalisé depuis Système U fin 2012. Or, il serait temps que cet investissement porte ses fruits ! Alors le Président Lacroix, en assemblée communautaire ce 1er février, a déjà commencé par blinder la composition de la CDAC (cf. avis de composition en PDF). En effet, Jean-Claude Lacroix siège dans cette CDAC au titre de Président de la Communauté de communes du Clermontais ainsi qu'au titre de représentant des intercommunalités au niveau départemental. Et comme il n'a le droit qu'à un seul vote, l'assemblée communautaire a désigné un suppléant pour le remplacer au titre de Président de la CCC.

Et puis Jean-Claude Lacroix a interpellé l'assemblée mercredi soir, en informant les conseillers communautaires que l'un(e) d'entre eux s'apprêterait à signer un recours contre le projet. Et plus qu'une information, il y avait de la menace dans l'air ... étant convenu qu'il serait irresponsable qu'un(e) conseiller(e) communautaire aille à l'encontre des intérêts de la Communauté. Sauf que Jean-Claude Lacroix n'est pas un maître d'école devant une classe béate, mais qu'il préside une assemblée dont les élus disposent de leur libre arbitre. S'il est vrai qu'un(e) élu(e) signe un recours, alors celui(celle)-ci s'en expliquera et, comme pour tous les élus de la République, il (elle) en rendra compte devant ses électeurs.

A entendre l'exécutif communautaire, les aménagements sur cette ZAE devraient tous aboutir cette année 2017. Car après cet ensemble commercial, sont attendus une aire de service, un hôtel et d'autres commerces. Mais la concurrence avec les autres ZAE du Cœur d'Hérault (Lodève, Saint-André-de-Sangonis, Gignac) incite certainement les entrepreneurs à négocier âprement, très loin du développement multi-polaires qu'évoque régulièrement le Président du Pays Cœur d'Hérault Louis Villaret. Ces zones ne sont pas assez spécialisées, en complémentarité, et leur aménagement généraliste les met en concurrence directe.