Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/10/2014

Le revenu de base, c'est pas sorcier !

Le revenu de base est un concept qui n'est pas du tout dans l'air du temps ... il s'agit  de distribuer un revenu inconditionnel, universel, individualisé et suffisant pour assurer une existence digne. Alors que la tendance du moment est plutôt de baisser les revenus des salariés pour assurer la survie du système, le revenu de base est la réponse que peut apporter une communauté humaine à l'ensemble de ses membres pour le contrat social se fonde sur des valeurs humanistes.

revenu de base

Il existe une littérature abondante sur le sujet, et si quelques économistes en conceptualisent le principe, il est expérimenté dans certains pays. Mais les quatre vidéos ci-après en donnent une explication très simple, et j'invite à prendre le temps de les regarder :

  Le revenu de base face aux défauts du RSA
  Financer le revenu de base par l'impôt
  Pourquoi individualiser l'impôt et les prestations sociales ?
  Le revenu de base est plus équitable pour les familles

Trop souvent la critique apportée contre le revenu de base est que ce n'est pas finançable, et surtout dans l'état actuel des finances publiques. Mais en partant du remplacement du RSA par un revenu de base de 450 € par adulte et de 200 € par enfant, ces vidéos démontrent la faisabilité d'un tel système.

Et on pourrait y ajouter l'aide personnalisée au logement (APL), la prime de rentrée scolaire, la prime pour l'emploi, la prestation de compensation du handicap, le minimum vieillesse, etc. Tous ces dispositifs sont onéreux pour la collectivité (personnel pour instruire, contrôler et payer les prestations) et ils nécessitent que leurs bénéficiaires passent beaucoup de temps dans les paperasses. Passons le revenu de base à 800 € par adulte et à 400 € par enfant, et il se substituerait alors à tous les dispositifs sociaux actuels.

L'autre critique est qu'un tel dispositif inciterait à ne pas travailler. Mais une pension retraite en est le meilleur contre-exemple : une pension peut se comparer à un revenu de base, et les retraités continuent d'avoir une activité sociale. Cela peut se limiter à garder ses petits-enfants, à faire des petits travaux chez des amis ou des parents, et beaucoup de retraités ont une activité associative bénévole.

Le revenu de base n'est pas un ersatz de régime communiste et il ne s'oppose pas aux activités économiques plus conformes au capitalisme ; il apporte de la sécurité, mais il reste complémentaire de tous les autres systèmes.

Voilà en tous cas le type de réforme sociale dont notre pays aurait bien besoin pour retrouver le moral. La France a souvent été avant-gardiste dans bien des domaines, et le revenu de base serait une révolution sociale appelée à s'étendre au delà de nos frontières.

11/10/2014

Pays Coeur d'Hérault, chimère ou réel outil de développement ?

Cette note trouve son origine dans l'actualité des territoires héraultais pour qui la réforme territoriale offre l'opportunité d'un développement adapté aux spécificités de chacun d'entre eux. Mais aujourd'hui, c'est la future métropole de Montpellier qui mène la danse, et bien au delà de l'Hérault.

Le Pays Coeur d'Hérault s'est créé il y a dix ans, et déjà à l'époque c'était pour proposer une alternative à la suprématie dévorante de l'agglomération de Montpellier. Regroupement de quatre intercommunalités, le Pays Coeur d'Hérault réunit désormais le Lodévois-Larzac, le Clermontais et la Vallée de l'Hérault. Avec la loi MAPAM (loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles), les territoires ruraux se voient par ailleurs offrir un cadre de développement symétrique à celui des métropoles ; l'article 77 revoit le cadre juridique du Pôle métropolitain quand l'article 79 crée les Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux (PETR). Ainsi, le Pays Coeur d'Hérault a vocation à devenir un PETR, et donc à promouvoir certains axes de développement générant de la valeur ajoutée (économique, sociale ou environnementale).

Mais autant comme citoyen observateur que comme élu qui siège depuis quelques années au Syndicat de développement du Pays Coeur d'Hérault, je constate qu'il manque une volonté politique pour que ce territoire se développe harmonieusement dans l'intérêt général de ses 75 000 habitant. Et c'est plus évident encore quand Montpellier est dirigée par un élu charismatique, volontaire, ambitieux et dynamique. Ainsi, après l'ère Georges Frêche, Philippe Saurel donne un nouvel élan à son agglomération ; il reprend comme son mentor le projet de rayonnement territorial qui dépasse largement les frontières de sa future métropole.

Face à ce "rouleau compresseur", le Cœur d'Hérault a néanmoins des atouts. Dans ce David contre Goliath, notre territoire agricole doté de trois grands sites et traversé par des infrastructures remarquables (de l'Hérault à l'A75) dispose de ressources encore trop mal exploitées. Et avec des taux de chômage parmi les plus hauts de France métropolitaine, le Cœur d'Hérault est face, à la fois à une urgente nécessité sociale de favoriser la création d'emplois, mais aussi à un potentiel humain qui constitue une ressource économique. Or, à part dans les rapports annuels de la Maison de l'Emploi, jamais les établissements de coopération intercommunale ne se fixent d'objectifs particuliers sur les axes de la création d'entreprises et de la création d'emplois.

Et la seule issue à laquelle se résolvent des élus désorientés est de dérouler le tapis rouge à Montpellier la toute puissante ...

MPL_Metropole_Coeur_Herault_Vert.JPG

En réalité, il ne s'agit pas de la suprématie de Montpellier sur les territoires voisins, c'est surtout l'abandon dans les territoires concernés de toute orientation politique concertée. Quels élus de quelles structures locales en Cœur d'Hérault portent un projet de développement économique pérenne et réellement créateur de valeur ajoutée ? La réponse la plus courante, ce sont les fameuses zones d'activité économique ... Chacun a la sienne ! Mais pour y installer quelles filières ? Et de la formation professionnelle est-elle couplée avec le développement de ces ZAE ? L'exemple de la Salamane est désespérant. Voila 70 hectares de terres agricoles qui ont été achetées avec de l'argent public, créant au passage une spéculation foncière très pénalisante pour le Clermontais, et dont les lots ne se commercialisent pas. Eh non, il ne suffit pas de mettre du foncier à la disposition des entreprises et d'attendre qu'elles se précipitent, surtout dans le contexte de concurrence entre zones d'activités des territoires voisins.

Saurel_Bousquet.JPG

Le propos de Philippe Saurel lors de sa visite à Lodève fin juillet est révélateur de l'état d'esprit qui domine désormais : "Pour cela, Montpellier doit reparler aux villes de l'Hérault. Elle est la locomotive, et Lodève en est un wagon. Nous ne devons pas le laisser à quai, comme toutes les autres villes du département et du Languedoc-Roussillon. Je rééquilibre le grand territoire de la future grande métropole" [Midi Libre du 28 juillet 2014]. Cela revient à nier tous les potentiels locaux, à éclipser les capacités des acteurs locaux à entreprendre en concertation avec les collectivités locales, mais à se contenter d'attendre l'homme providentiel ...

Finalement, ces intercommunalités que le gouvernement veut encore renforcer ne sont-elles pas trop éloignées des ressources et des besoins des territoires qui les composent ? Et pourquoi ne pas investir le développement des bassins de vie ? L'INSEE a depuis quelques années découpé le territoire national en bassins de vie, il s'agit là de périmètres qui facilitent l'exploitation de données statistiques sur des thématiques comme l'emploi, l'économie, le logement, les déplacements, etc. Sur le Cœur d'Hérault, ce découpage présente cinq bassins de vie : Clermont l'Hérault (12 communes), Gignac (15 communes), Lodève (33 communes), Paulhan (13 communes) et Saint-André-de-Sangonis (6 communes).

Car l'horizon risque de s'assombrir encore un peu avec le projet de réforme territoriale dont la loi sera votée cet automne au Parlement. Je viens de décrire les incapacités inconscientes qui sont mises en œuvre, par exemple pour un village comme Paulhan dans son développement au sein du Clermontais puis du Cœur d'Hérault, mais quelles capacités conscientes la future loi mobilisera pour Paulhan au sein d'un Département aux compétences incertaines, et pour Paulhan au sein d'une grande Région dont les deux métropoles capteront l'essentiel de la production de richesses ?

C'est aux citoyens de nos communes et de nos bassins de vie de se mobiliser, localement, et sans attendre que ça tombe du ciel.

29/08/2014

Du citoyen-travailleur au citoyen-consommateur, sur la voie de la zéro-résilience

Jusqu'aux années 70, le citoyen était entre autres un travailleur. Tous les progrès économiques et sociaux se sont basés sur le travail. Avoir un travail donnait un statut social, cela permettait de s'épanouir au sein de la société et c'était la condition pour fonder une famille, avoir un logement, etc. Et notre système social reste encore fondé sur le travail ; ce sont les cotisations sociales prélevées sur les salaires qui abondent les caisses des organismes sociaux.

Mais à partir des années 80, c'est le consommateur qui prend le dessus sur toute autre représentation de la société. Désormais, c'est "je consomme donc je suis". Un individu s'épanouit et s'identifie dans la société en fonction de sa consommation de biens et de services. Et c'est dès l'école que ce paradigme s'installe, avec de plus en plus tôt une véritable addiction à la consommation.

Paradoxalement, un indicateur comme le produit intérieur brut (PIB) mesure la production marchande et non marchande nationale, mais son principal facteur de croissance est la consommation des ménages et des entreprises. En même temps, les syndicats de salariés et les partis politiques de gauche continuent de faire des combats des travailleurs leur principale ligne de clivage. La question des 35 heures est à ce titre très symbolique ; les salariés français travaillent en moyenne un peu plus de 39 heures par semaine, faisant par la même gagner 4 heures supplémentaires par semaine aux salariés, mais supprimer la loi de Martine Aubry demeure un sujet de débat.

A droite, le passage du citoyen-travailleur au citoyen-consommateur ne change rien, car le capitalisme repose sur un accroissement de la production ; il y a cinquante ans cela créait plus de travail, et ça génère aujourd'hui plus de commerce de biens et de services. Mais quand le Parti Socialiste se met à défendre la croissance économique qui passe par plus de production des entreprises (politique de l'offre) et par plus d'achat des ménages et des entreprises (politique de la demande), il conduit le même projet que la droite de Sarkozy. Et le PS y ajoute un handicap, c'est qu'il promeut la consommation tout en conservant le travail comme principal paramètre des financements publics (cotisations sociales, assurances chômage, mutuelles de santé, retraites, impôts sur le revenu, ...).

En parallèle, et comme il y a de moins en moins de travail, c'est l'emploi salarié qui est devenu le principal moyen de redistribuer les richesses produites. C'est la vieille théorie du fordisme, l'industriel américain qui rémunérait convenablement ses salariés pour qu'ils puissent s'acheter des voitures Ford. Mais après que le marché de l'emploi se soit mondialisé, c'est à dire que les entreprises aient cherché à minimiser leur masse salariale, c'est la robotisation et le numérique qui vont demain remplacer près d'un emploi sur deux. Cf. étude du think thank Bruegel publié par le Nouvel Observateur) :

Emplois_robotisation.JPG

Peut-être que d'ici 20 ans le Parti Socialiste aura assimilé tous ces bouleversements et qu'il proposera enfin des réformes financées par la consommation et non plus par le salariat, mais il se heurtera alors aux effets indésirables du consumérisme, à savoir que nous n'avons qu'une seule planète aux ressources finies et que nous la polluons sans penser aux générations futures.

C'est donc la consommation qui devient le problème prioritaire de la planète. Comment permettre à 7 milliards d'être humains de consommer les biens et les services essentiels sans obérer la capacité de la Terre à pourvoir les besoins des générations futures ? Nous le savons, si ces 7 milliards de personnes veulent vivre comme des américains, alors c'est de 4 planètes comme la Terre dont nous devrions disposer. En même temps, l'accès à l'éducation, aux soins, au logement, à l'eau potable et à une alimentation suffisante sont des minimums vitaux.

L'écologie politique tend à répondre à cette problématique, mais la classe politique y reste encore très imperméable. Dans son dernier livre De l’intérieur (Voyage au pays de la désillusion), Cécile Duflot y décrit par exemple un François Hollande totalement sourd à ces enjeux. Je la cite : « François Hollande n’a jamais été écologiste. L’écologie ne fait pas vraiment partie de son périmètre intellectuel. Les préoccupations des écosystèmes, de la biodiversité, du dérèglement climatique, lui sont étrangères. En productiviste classique, il est nourri par l’idée que seule la croissance vaut… Il est incapable de penser un modèle redistributif sans croissance… Quant à la loi de transition énergétique, elle stagne depuis des mois. François Hollande dit que c’est compliqué. Il dit toujours que « c’est compliqué »…François Hollande veut ménager tout le monde. Or, sur l’écologie, cela n’est pas possible. Sauf à ménager de fait toujours les mêmes lobbies, puissants, dont les intérêts sont précisément contraires à ceux de la défense de l’environnement…Je le ressens dès les premières semaines. Lors du premier Conseil des ministres d’août 2012, consacré au livret A, il est décidé de rebaptiser le livret développement durable en livret épargne industrie. Je proteste et obtiens gain de cause… »

J'ajoute qu'une société qui se focalise plus sur la consommation que sur le travail se fragilise. Plus nous automatiserons les tâches de production et de distribution, et plus nous ferons faire plusieurs fois le tour de la planète à nos biens de consommation, et plus nous prenons le risque d'être totalement démunis face à un aléa technologique ou naturel. Une coupure générale de l'électricité pendant plusieurs jours ou des avions et bateaux immobilisés pendant quelques semaines, et ce sont des millions de gens qui se retrouvent sans rien ! C'est le terme de résilience qui correspond à cette évocation de la capacité de nos sociétés à s'adapter à des changements aussi brusques que récessifs, mais c'est un mot qui n'appartient pas au vocabulaire de nos élites :=(