Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/12/2017

Environnement : L’État sous Macron ne donne pas les gages espérés par Hulot ... mais faut-il être fataliste ?

J'ai récemment été interrogé par la presse (Midi Libre et la Marseillaise) à propos de la reprise d'activité sur la carrière de marbre rouge sur le mont Vissou. Il s'agit d'une exploitation qui existe depuis près d'un siècle, mais qui s'est interrompue en 2004 à cause de difficultés financières de l'exploitant.

Nous connaissons tous ce territoire, et ces paysages magnifiques qui surplombent les communes de Mourèze et de Cabrières, et c'est d'ailleurs le Pic de Vissou dont il s'agit et que l'on voit à l'horizon depuis des dizaines de kilomètres. Mais pour prendre position sur l'exploitation d'une carrière sur ce site patrimonial, je me suis appuyé sur le rapport de la DREAL, c'est à dire de l'Autorité Environnementale. Les impacts du projet sur les habitats naturels (faune et flore), sur les paysages ainsi que sur les nuisances vis à vis des riverains sont formellement identifiés ; ils sont souvent faibles, mais ils nécessitent de la part de l'exploitant des mesures compensatoires.

Résultat de recherche d'images pour "Pic de Vissou"

Et c'est là où s'apprécie le rôle précieux que remplissent les services de l’État en région. Il s'agit ici de la DREAL, mais toutes les agences et toutes les directions décentralisées ont un rôle d'analyse et de contrôle qui doit être renforcé ! Car qui ira contrôler que l'exploitant à qui l'Autorité Environnementale a donné un avis favorable se conforme scrupuleusement à ses recommandations ?

J'ai suivi aussi l'enquête publique sur la création d'un parc photovoltaïque de près de 8 ha sur la commune de Gignac, sur des terrains en bord d'Hérault constitués de parcelles en friche dans l'emprise globale d'une ancienne carrière. Là encore, l'Autorité Environnementale a délivré un avis plutôt favorable, mais elle souligne que l'étude d'impact réalisée par l'exploitant nécessite d'être complétée pour se conformer aux contenus réglementaires attendus, essentiellement pour moi à propos de l'analyse du milieu naturel, de la faune et de la flore.

Les fonctionnaires des directions décentralisées de l’État (DREAL, DDTM, ...), mais aussi des agences comme l'ONEMA ou les Agences de l'Eau sont des professionnels très attachés à leurs missions. Sauf qu'année après année les budgets du ministère de l'écologie fondent comme la banquise ...

Bon, je laisse à Nicolas Hulot le temps long qui est nécessaire pour inverser la tendance, et après des décennies de prédation de la Terre, mais il faut qu'il marque des points ... Les rapports, c'est nécessaire, mais sans les contrôles et les sanctions pouvant s'imposer aux exploitants ce n'est que du papier :=(

25/11/2017

Marie-Christine Bousquet, une élue-militante qui va nous manquer en Coeur d'Hérault

Le décès de Marie-Christine Bousquet en a ébranlé plus d'un(e), et depuis ce funeste 15 novembre c'est tout le Cœur d'Hérault qui est en deuil. La cérémonie républicaine hier matin à Lodève a témoigné de l'immense affection que portaient à Marie-Christine Bousquet la population de Lodève, les agents publics de la commune et de la communauté de communes du Lodévois-Larzac, mais aussi toute la classe politique du département. Elle était de ces élus qui deviennent malheureusement de plus en plus rares ; elle était la porteuse militante d'un projet de territoire ambitieux et visionnaire pour son Lodévois-Larzac. Et pour cette motivation qui l'animait au quotidien, sans aucune ostentation, il y avait chez elle des ressemblances avec Georges Frêche, un élu dont elle avait été très proche.

MC_BOUSQUET_CCLL.jpg

Le Président du Département de l'Hérault, Kléber Mesquida, et le Préfet de l'Hérault, Pierre Pouëssel, en ont témoigné hier avec émotion. Tous deux témoignaient de l'obsession de Marie-Christine Bousquet pour les projets de son territoire ; elle en était une inlassable ambassadrice. Et son dernier déplacement au Burkina Faso dans le cadre du jumelage avec son autre commune de cœur, Saint-Etienne-de-Gourgas, illustre encore ce cheminement au service de l'intérêt général.

Je côtoyais Marie-Christine depuis de nombreuses années. Nous siégions dans diverses structures intercommunales du Cœur d'Hérault. Nous étions aussi tous deux en lice pour l'élection départementale de mars 2015, et je me souviens d'une rencontre sur le marché de Ganges où nous partagions les mêmes analyses sur un électorat soucieux, inquiet et qu'il fallait reconquérir. Et quand pour le second tour j'ai participé à Lodève à un meeting de soutien, ce n'est pas un candidat écologiste battu au premier tour qui soutenait la candidate socialiste pour l'emporter face au Front National, mais un élu local militant qui soutenait une autre élue militante. Et ce jeudi 9 novembre à Lodève, où étaient désignés les lauréats du 15ème prix de la TPE, je discutais avec Marie-Christine de cette Maison des Services au Public que la ministre Jacqueline Gourault était venue visiter quelques jours plus tôt (le 27 octobre) ; et derrière cette MSAP, toutes les questions sur l'emploi, sur l'économie locale et autant de pépites à accompagner ...

Prix_TPE.jpg

Je n'ai pas eu l'occasion de le faire de vive voix, mais je profite de cette note pour manifester auprès de son frère, Jean-Luc Requi, à toute sa famille et à ses proches mes condoléances attristées.

10/11/2017

UMUPS, il y a urgence à la transformer en SMUR

Ce vendredi soir à Clermont-l'Hérault, près d'une centaine de personnes étaient réunies dans la salle Georges Brassens pour évoquer la fin programmée de l'UMUPS (Unité Médicale d'Urgence et de Permanence de Soins) ; l'expérience débutée en 2013 prend fin au 31 décembre 2017. Le docteur Laurent Garcin a donné la genèse de cette UMUPS, il a expliqué comment elle intervenait au quotidien sur tout le territoire du Coeur d'Hérault, avec un taux d'intervention moyen de 3,9 par jour, pour une moyenne nationale de 3,6.

L_Garcin_FI.jpg

C'est l'ARS (Agence Régionale de Santé) qui finance ces services d'urgence (SAMU, SMUR et UMUPS), et les prises de parole dans l'assistance convergeaient toutes vers la nécessité de peser sur elle pour que le Cœur d'Hérault ne se retrouve pas au 1er janvier sans unité mobile d'urgence. Les collectivités locales délibèrent. Une association d'usagers, le comité des usagers du service public du Cœur d'Hérault, a lancé une pétition qui réunit déjà plus d'un millier de signatures, qui va sur le marché pour informer et pour mobiliser.

Alors si l'appel à faire passer le message et à mobiliser pour peser sur l'ARS est fondé, il n'en reste pas moins que l'ARS aura beau jeu de pointer les divisions sur le Cœur d'Hérault. Sur le Clermontais comme sur le Lodévois, les élus ont délibéré (des motions différentes), les citoyens se mobilisent (sur des objectifs différents) et des pétitions recueillent des milliers de signatures, mais les uns pour que l'UMUPS basée à Clermont-l'Hérault devienne une antenne SMUR, et les autres pour qu'un service d'urgences soit créé à l'hôpital local de Lodève. Évidemment, l'ARS ne donnera pas de suite favorable à ces deux revendications-là en 2018.

Il est urgent que les associations citoyennes se rencontrent. Il est urgent aussi que les élus trouvent un consensus avec une délibération commune. Ce n'est qu'à partir du moment où l'ensemble du territoire sera mobilisé sur un même objectif que le message s'imposera à l'ARS. Comme le disait le Dct Garcin ce soir, l'ARS d'Occitanie finance des antennes SMUR qui font 500 sorties par an, alors que l'UMUPS en fait le triple ...

Le temps presse ! Au 1er janvier, les personnes qui appellent le 15 depuis le Cœur d'Hérault ne verront pas de véhicule d'urgence médicale arriver en moins de 45 minutes, au lieu de 17 minutes actuellement avec l'UMUPS ; c'est revenir 5 ans en arrière. « L'union fait la force », alors faisons en sorte que ce ne soit pas qu'un slogan.