Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/05/2010

Ce 1er juin, c'est le top départ pour la révision "simplifiée" du PLU de Clermont l'Hérault

Ce mardi 1er juin à 14h, le maire de Clermont l’Hérault animera la réunion dite d’examen conjoint de la révision du PLU avec les personnes publiques associées. Cette réunion est le point de départ réel de la procédure de révision du PLU (Plan Local d'Urbanisme) de Clermont l’Hérault, l’enquête publique démarrera ensuite après que le maire ait publié son arrêté.

Lire la suite

20/05/2010

Le livre blanc de l'A75, un document à sortir des archives !

Je m'étais déjà étonné que la Charte du Pays Coeur d'Hérault ou que le projet Valcordia du Conseil Général soit le dernier des soucis du Président-Maire de Clermont l'Hérault, mais il existe d'autres documents relatifs au tracé de l'A75 dans l'Hérault qui sont totalement laissés pour compte. Bref, les services de l'Etat et les collectivités territoriales investissent pour définir des politiques de développement qui préservent le patrimoine des territoires, mais tout cela est rayé d'un trait de stylo pour servir l'ambition d'un baron local.

Lire la suite

00:04 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (0)

02/05/2010

Salagou et Salamane, les deux facettes du développement du Clermontais

Alors que le 28 avril dernier la Communauté de Communes, par la voix de son Président, assumait la continuité des investissements pour la ZAC de la Salamane, et idem en Conseil Municipal le 25 mars, Alain Cazorla tenait un discours totalement opposé le 30 avril à Celles pour la signature de la charte paysagère et architecturale du Salagou. Et ce 30 avril, j'ai noté la phrase de Mme Pétard, conseillère générale en charge de l'environnement, qui s'opposait au fait de voir la ville venir s'installer à la campagne. Mais le 2 mai, lors de la foire des couleurs de Paulhan, Alain Cazorla revenait une fois de plus sur la Salamane et sur les emplois qu'elle allait donnér à quelques dizaines de chômeurs qui retrouveraient alors de la dignité.

Clermont l'Hérault se situerait donc à la frontière entre deux territoires, l'un qu'il faut préserver et l'autre qui est sacrifié à une économie prédatrice. Cette posture très manichéenne peut sembler confortable, on se garde un petit côté jardin pour le week-end et les vacances, mais on se dote près de chez soi d'un tissu économique pourvoyeur d'emplois accessibles (non qualifiés) ; et la frontière est matérialisée par l'A75. Or, en réalité, il ne faut jamais rien lâcher ! N'oublions pas qu'il y a quelques années, le Coeur d'Hérault était convoité par un golf-hôtel, par un circuit de F1 ou encore par Mondavi, alors c'est chaque hectare de parcelle de terre qu'il faut préserver ; sans concession !

J'ai d'ailleurs rappelé, lors du Conseil Communautaire du 28 avril, que la charte paysagère et architecturale du Salagou ne constituait pas un document opposable ; elle n'est qu'un guide de bonne conduite, mais elle ne peut absolument pas s'imposer à ceux qui veulent construire autour du site du Salagou. Or, il existe une réponse pour que ces recommandations paysagères, urbanistiques et architecturales s'imposent à tous, c'est de se doter d'un document d'urbanisme à l'échelle du territoire ; que ce soit un Plan Local d'Urbalisme Intercommunal (PLU I) ou un Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT). Or, le Pays Coeur d'Hérault constitue un cadre idéal pour l'élaboration d'un tel SCOT ... Qu'attendons-nous ? Surtout que sur le territoire du Pays, nous avons déjà deux grands sites de France, St-Guilhem le Désert avec le Pont du diable et le cirques de Navacelles. Un troisième vient de démarrer son processus de labélisation vendredi dernier, c'est le Salagou.

Cessons donc le chantage à l'emploi, ce n'est pas à l'emploi d'investir notre territoire, c'est au contraire aux actifs à la recherche d'un emploi d'aller le chercher là où il se trouve. Pour les 5.000 demandeurs d'emploi recensés sur ce territoire, nous n'allons pas installer des usines, une centrale nucléaire, des bases logistiques et toute forme d'entreprise pourvoyeuse d'emplois précaires. Non, la situation économique ne justifie pas de faire n'importe quoi. Dans le cas de Système U, je continue à penser que cette plate-forme de 21 ha doit s'installer sur une friche industrielle, deux sites étaient pressentis dans le Bittérois ; les jeunes actifs de notre territoire peuvent aller travailler sur Béziers, non ? Et ce sont finalement deux projets de société très différents qui s'opposent autour de cette ZAC de la Salamane, d'un côté un projet qui s'inscrit dans le modèle économique dominant qui brade notre écosystème à quelques patrons opportunistes, et de l'autre un projet qui repose sur une économie rurale et touristique de qualité. Dans le premier cas, on ne maîtrise rien ; les patrons mettent la clé sous la porte quand ils veulent et nous nous rendons dépendants des infrastructures d'échanges internationaux (voir les conséquences de l'éruption d'un volcan en Islande). Dans le second cas, on relocalise l'économie et on instaure des circuits courts qui rapprochent les producteurs des consommateurs tout en préservant notre environnement pour les générations futures.

Mais la ZAC de la Salamane ne pourra pas échapper plus longtemps à une véritable confrontation démocratique sur ce sujet, et le scrutin des cantonales de mars 2011 donnera enfin lieu à des débats dans toutes les communes du canton de Clermont l'Hérault ; au final, c'est le suffrage universel qui arbitrera cette opposition sur l'avenir du Clermontais.

15:40 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (0)