Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/03/2011

En trois heures chrono, on vote 47 points à l'ordre du jour de cette assemblée communautaire, dont les comptes administratifs 2010, les budgets 2011 et le dossier de création de la ZAC de la Salamane !

Christian Bilhac, le Maire de Péret, avait averti ses collègues par mail (version pdf) : il n'assisterait pas à cette séance marathon où tant de points majeurs seraient abordés au canon. Mais à l'ouverture de la séance, ce soir à 18h, Alain Cazorla n'avait que faire du message de l'ancien vice-président délégué aux finances de la Communauté de communes, l'ordre du jour ne supporterait aucun changement. Dont acte !

Sur les finances, j'ai fait constater la pauvreté des documents qui nous avaient été remis. Jean-Claude Lacroix, le vice-président aux finances, ajoutait que nous avions les documents administratifs requis par la loi ... Mais la présentation qu'il en a faite à l'écran était beaucoup plus détaillée et nous n'avions vraiment pas le temps d'avoir un débat serein et laborieux. Même les membres de la commission des finances réunis la semaine précédente étaient tout aussi démunis ...

Et pourtant, le budget général de la CCC s'élève à près de 14 M€ en fonctionnement et à 2,4 M€ en investissement. Les 12 budgets annexes sont tout aussi conséquents avec des ZAC qui multiplient les emprunts en 2011 (4,7 M€ pour la Salamane, 2,7 M€ pour le centre aquatique, 1,8 M€ pour l'Estagnol, ...) et près de 800.000 € de subventions d'équilibre puisées dans le budget général pour les budgets de l'office de tourisme, du centre aquatique, pour les Tanes Hautes, pour l'aire d'accueil des gens du voyage, etc.

Mais le budget, ce sont aussi des services comme l'urbanisme, le tourisme, les ordures ménagères, la petite enfance, ... dont les charges de personnel et de fonctionnement sont passées de 3,1 M€ en 2007 à  6,2 M€ en 2010 (+102% en 4 ans). En même temps, le produits de la vente de ces services, des impôts et des taxes est passé de 5,5 M€ en 2007 à 9,5 M€ en 2010 (+71%).

Sur la dette, Jean-Claude Lacroix n'a pas donné de chiffre précis. Il s'est contenté d'indiquer la qualité d'endettement du budget général à l'échelle nationale. L'endettement national moyen des collectivités locales est de 32,9% ; celui de la CCC est de 30,37%. De même, la capacité de "sortie de l'endettement" est de 6,89 ans pour la CCC. Pour information, un délai de moins de 10 ans est considéré comme satisfaisant, et un délai de plus de 20 ans est catastrophique. Mais ce n'est pas tellement sur le budget général que se portent nos emprunts ... Et c'est sur un budget consolidé (budget général + 12 budgets annexes) que la qualité de notre endettement doit être évaluée.

Rien non plus sur la fiscalité. Par exemple sur une ZAC, on se contente de prendre en entrée les emprunts contractés pour acquérir et pour viabiliser des terrains, et en sortie la vente de ces terrains à des entreprises. Mais quid de la fiscalité perçue par l'intercommunalité et par les communes ?

De toutes façons, ces questions n'intéressent pas beaucoup de monde ; personne ne pose de question et les délégués communautaires digèrent les chiffres sans sourciller.

Idem pour la Salamane ou les 5 pages du bilan de la concertation sur la création de la ZAC ont été lues par François Lieb, et n'ont suscité que deux questions annexes. La déclaration de DUP et la demande au préfet d'expropriation de tous les propriétaires fonciers sont passées comme une lettre à la poste.

Le 47ème et dernier point de l'ordre du jour a permis au Président Cazorla de jouer à l'offensé. J'ai pointé du doigt l'instrumentalisation de la CCC lors de la convocation des enseignants et de leurs syndicats, des parents d'élèves et de leurs fédérations ainsi que de la presse pour contester la baisse de la Dotation Globale Horaire (DGH) au lycée de Clermont l'Hérault (cf. note précédente). Si nous sommes unanimement d'accord pour lutter contre la casse organisée du système éducatif, la période des cantonales se prêtait mal à cette sortie médiatique. Jamais en trois ans la CCC n'avait été aussi en pointe sur un sujet brûlant touchant ainsi notre territoire ; et Alain Cazorla l'a reconnu. D'où cette coïncidence de temps que j'ai dénoncé. Et Alain Banquert, le Maire de Lieuran-Cabrières d'ajouter que la réunion exceptionnelle de la communauté de communes sur ce sujet avaient été suscitée par la demande de nombreux maires, dont lui-même, et il ajoutait que les attaques politiques sur un tel sujet étaient assez "minables" ... Ca me fait penser à une histoire de doigt, de sage, de lune et d'idiot [utile] ;-)

Et une campagne sexy ?

Les mauvaises langues disent que le candidat socialiste à l'élection cantonale de Clermont l'Hérault ne serait pas très convivial ... Mais observez comme un environnement adapté peut le rendre souriant !

Photo0005.jpg

Photo prise à Clermont l'Hérault ce mercredi où la permanence du conseiller général sortant s'entoure de guépières et de lingerie fine le temps d'une matinée :

Photo0004.jpg

Mais chassez le naturel et il revient au galop, les propos qu'a tenu Alain Cazorla à mon égard ce soir à l'issue du Conseil Communautaire témoignent d'une totale incapacité à dialoguer, d'une attitude rigide et d'une conception de l'action politique totalement dépassée.

20/02/2011

A un mois des élections cantonales, Alain Cazorla endosse son costume de Président de Communauté de communes pour faire de la politique ...

Etrange coïncidence temporelle, et surprenante prise de position du Conseil Communautaire à propos de la DGH du Lycée de Clermont l'Hérault (cf. article de Midi Libre) ! De quoi s'agit-il en réalité ? Chaque année, l'Education Nationale fixe la Dotation Globale Horaire des établissements du second degré ; c'est le quota d'heures qui leur est attribué pour dispenser les cours, à chaque chef d'établissement ensuite de proposer à son Conseil d'Administration la meilleure répartition possible de ces heures. Il faut alors jongler avec le nombre d'heures qu'effectuent les enseignants et le choix des matières et des options à privilégier. Et depuis quelques années, l'Education Nationale répartit cette charge horaire sur plusieurs établissements scolaires afin de réduire le plus possible les charges de fonctionnement à l'échelle d'une académie. Mais les professeurs et les élèves, eux, ne sont "distribuables" sur plusieurs établissements ! A ce rythme, les collégiens inscrits par exemple à Paulhan iront faire latin et arts plastiques à Pézenas, et l'allemand à Clermont l'Hérault ... Ou alors ils choisiront leurs matières à minima.

Mais que vient faire Cazorla dans cette histoire ? Rappelons quand même que la Communauté de communes n'a aucune compétence en matière de lycée, elle dispose simplement d'un siège à son Conseil d'Administration. Alors que son représentant Henri Sobella s'exprime et mobilise pour que le lycée conserve sa place sur notre territoire, ce serait bien légitime, mais que l'on mette en branle la communauté de communes avec réunion exceptionnelle et manisfestation au rectorat, ça devient limite ...

Parce que par le passé, jamais Alain Cazorla n'a pris de telles initiatives ! L'an dernier, les parents d'élèves et les enseignants du collège de Paulhan ont boycotté leur Conseil d'Administration et on manifesté âprement contre une baisse de leur DGH. Et le Président Cazorla n'a pas mobilité son assemblée communautaire. Récemment, le collège de Clermont l'Hérault a connu des manifestations de parents et d'enseignants pour des questions de sécurité et de sérénité des enseignements dans un établissement aux classes surchargées. Le Président Cazorla n'a pas non plus mobilisé son assemblée communautaire. Et il y a bien d'autres sujets qui n'ont pas non plus suscité cette même mobilisation (la violence à l'occasion des fêtes votives, la délinquance routière, la Salamane, ...).

En tant que membre de l'assemblée communautaire, je refuse d'être instrumentalisé. Nous pouvons manifester notre réprobation face à la casse de notre Education Nationale en tant que citoyen, en tant que parent d'élève, en tant qu'enseignant ou en tant qu'élu local, mais il est très étrange qu'un Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) devienne soudainement un haut lieu d'opposition politique. Mais Alain Cazorla aurait pu mobiliser son Conseil Municipal, lui aussi représenté au CA du lycée ... Ah oui mais il n'y a pas que les habitants de Clermont l'Hérault qui votent les 20 et 27 mars ...

12:50 Publié dans CCC, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cazorla, ccc, cantonales