Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/01/2018

Clermontais, le transfert de la compétence Eau se réalise ... dans la discrétion.

Le sujet a déjà fait couler beaucoup d'encre, mais là ça va faire des tâches ...

C'est au 1er janvier de cette nouvelle année que la Communauté de communes du Clermontais (CCC) prenait la compétence pour l'adduction d'eau potable et pour le traitement des eaux usées collectives ; et en raccourci appelons-là « Compétence Eau » pour le reste de cette note. Les élus locaux et la presse ont donné un écho assez succinct de ce transfert de compétence, auparavant exercé par les communes. Les abonnés aux services municipaux de l'eau et de l'assainissement du Clermontais ont néanmoins reçu un indigent courrier à la mi-novembre 2017 ...

Enveloppe_14_11_2017.jpg

Et dans cette enveloppe une lettre d'information insipide, ne présentant aucun élément prospectif sur le futur prix de l'eau. Quelques chiffres techniques y sont donnés, juste pour combler, mais cette lettre ne mentionne pas que la nouvelle régie Interc'Eau va compter près de 13 000 abonnés au 1er janvier 2018. Voilà qui pourtant pose le cadre d'un service public !

J'avais interpellé mes collègues en assemblée communautaire pour reporter d'une année ce transfert de compétence, jugeant notre EPCI incapable d'être opérationnel à l'échéance proposée, et nous permettant ainsi de mieux nous y préparer ... Évidemment, une telle proposition a été raillée ; tout va toujours très bien madame la marquise dans notre Clermontais ;-)

Or, voilà déjà quelques jours que la CCC exerce cette nouvelle compétence sans n'avoir jamais fait plus d'effort d'information à l'intention de tous ses abonnés. Non, l'information essentielle de ce début d'année en Clermontais, c'est qu'en 2018 : Cap sur les activités de pleine nature !

CCC-voeux-2018.jpg

Et l'eau dans tout ça ? Le site Web de la CCC n'en dit pas un seul mot. Et en tapant « Eau » dans le moteur de recherche du site, la réponse est laconique et sévère : « Aucun article ne correspond aux termes de recherche spécifiés ». Bigre ! Et si j'ai une fuite d'eau chez moi ? Ou encore si l'adduction d'eau potable est coupée, comme c'est arrivé à Paulhan en fin d'année dernière ? Un numéro de téléphone ? Un service en ligne sur le Web ? Non, rien du tout ...

Alors certains abonnés du Clermontais auront peut-être la chance, comme moi à Paulhan, que la mairie ait pallié cette défaillance sur son site Web en fournissant quelques informations d'urgence : un numéro vert (au 0 805 295 715), une adresse mail (eau.assainissement@cc-clermontais.fr) et des horaires pour venir dans les locaux de la régie à Paulhan. Mais comment font tous les autres abonnés ?

Ces derniers mois, j'ai souvent pris exemple sur notre voisin de la Vallée de l'Hérault dont l'EPCI prenait lui aussi la compétence Eau au 1er janvier 2018. Déjà en matière d'information préalable, le site Web de la CCVH a publié de nombreuses informations au dernier trimestre 2017, notamment sur le prix de l'eau. Et là, depuis le 1er janvier 2018, la CCVH met ce transfert de compétence à la une de son site Web, en même temps qu'elle a ouvert une Agence en ligne :

http://servicedeseaux.cc-vallee-herault.fr/

Ce service en ligne de la CCVH permet de consulter le règlement du service intercommunal de l'eau, il permet de se créer un espace personnel, de signaler un incident mais aussi de payer ses factures. Même la Saur pour les communes de Clermont-l'Hérault, Nébian et Villeneuvette (ex-SEPAC) n'offre pas un service en ligne d'une même qualité.

Je serai certainement qualifié de « pinailleur », mais d'une part notre service public de l'Eau ne doit pas souffrir de légèreté ou de négligence, et d'autre part cela présage assez mal des moyens qui vont être associés à cette régie Interc'Eau. Car à n'en point douter la prochaine étape dans ce cheminement de paresse politique, ce sera une délégation de service public, histoire de se débarrasser de la patate chaude. Précisons au passage que je n'ai pas été admis à siéger dans les deux conseils d'exploitation de l'eau et de l'assainissement collectif, chacun d'eux comptant pourtant 21 membres titulaires et 21 membres suppléants ... Tous les sièges sont-ils occupés (par des élus qui y siègeront), ou bien est-ce tout simplement la transparence qui en est exclue ?

Difficile dans ces conditions de souhaiter mes veilleurs vœux 2018 à tous les abonnés de l'eau dans le Clermontais :=(

22:03 Publié dans CCC | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ccc, ccvh, saur, sepac, agence en ligne

16/12/2017

2020 - Objectif parité !

Nos collectivités locales et leurs regroupements en Cœur d'Hérault n'échappent pas à un constat national, celui de l'absence des femmes dans les exécutifs locaux. Le Sénat a d'ailleurs engagé un travail parlementaire en vue d'instaurer des règles apportant plus de parité dans les exécutifs locaux en 2020 ; le tirage au sort est même proposé pour désigner les communes de moins de 1000 habitants qui devront avoir un(e) représentant(e) femme ou homme dans leur conseil communautaire.

ellesaussi.jpgAujourd'hui en France, 8% des EPCI ont une femme présidente, et les exécutifs d'EPCI ne comportent que 18% de femmes (très très loin de la parité). 23% des exécutifs intercommunaux sont exclusivement masculins. Le site Web Elles aussi publie des informations très utiles pour mieux apprécier ce déficit de représentation féminine, mais c'est aussi un site militant(e) qu'il faut soutenir.

Femmes_Executifs_Communautaires.jpg

En Cœur d'Hérault, seul le Lodévois-Larzac avait une femme à la tête d'un exécutif intercommunal, jusqu'au décès de Marie-Christine Bousquet ; cet EPCI compte aujourd'hui 6 femmes dans son exécutif (20%), mais il y a aussi sur ce territoire 5 femmes maire de leur commune (21%). Sur la Vallée de l'Hérault, deux femmes sont au bureau de l'EPCI (18%), et 7 femmes y sont maire de leur commune (25%). La lanterne rouge est détenue par le Clermontais où aucune femme ne siège dans l'exécutif communautaire et aucune commune n'a de femme maire.

La loi est un vecteur important pour gagner en parité dans les assemblées d'élus ; ça a été un fait marquant pour la constitution des assemblées départementales, totalement paritaires, mais aussi pour les assemblées municipales des communes de plus de 1000 habitants. Ce premier pas législatif permet ainsi à plus de femmes d'exercer des responsabilités de premier plan, et ainsi de susciter des vocations.

Mais la loi ne fait pas tout, et il faut aussi y mettre de la volonté politique sur nos territoires. Alors 2020 pourrait se distinguer par un peu moins de testostérone dans les mandats exécutifs, et par une vraie représentation de nos populations ; la France comptait 34,5 millions de femmes et 32,4 millions d'hommes à fin 2016 ...

13/12/2017

L'Auto de Noël du Clermontais, opération de communication qui ne laissera aucune trace dans le tissu économique local ...

Le soutien public au développement économique d'un territoire, ça doit nécessairement partir d'une vision de moyen terme. Quelles filières soutenir ? Quelles orientations ? Quels objectifs mesurables ? Etc. En l'occurrence, je ressasse souvent que la création d'emplois doit être l'un de ces objectifs majeurs sur le Cœur d'Hérault. Or, sur le Clermontais, tout ne se focalise que sur la Salamane, et avec le minimum que ne sache faire un EPCI, à savoir de commercialiser du foncier. Et la CCC vend des lots sur la Salamane, sans cohérence d'ensemble.

Or, ce focus sur les zones d'activité économique détourne les décideurs locaux des équilibres urbains ; les cœurs de ville se vident, et des commerces ferment, avec des emplois supprimés que l'on ne retrouvera pas dans les galeries marchandes en périphérie urbaine, ni en qualité et ni en quantité. Cela concerne malheureusement toute la France.

Mais ce défaut de réflexion stratégique peut-il se satisfaire d'une opération low-cost comme cette « Auto de Noël » financée par la Communauté de communes du Clermontais ? La CCC a attribué 15 000 € aux associations de commerçants Clermont Plein Cœur et l'ACA2P de Paulhan pour lancer une tombola de Noël (chaque commerçant qui vend un ticket 2 € garde 1 €) ; et à la clé pour un heureux gagnant une Opel Corsa Enjoy.

Tombola_Noel_2017_web.jpg

Quel beau message politique que d'offrir une voiture, en même temps que le Clermontais est engagé dans l'élaboration d'un Plan Climat Air-Energie de Territoire (PCAET), c'est à dire de réduire les gaz à effet de serre et de consommer autrement. Parallèlement, le vice-président à l'environnement exhume de temps en temps l'Agenda 21 local du Clermontais, celui-ci ayant pris depuis le début de l'année 2017 un tournant très ambitieux de « territoire en transition », ...

Clermontais_Territoire_en_Transition.jpg

mais en voiture ... de Noël :=(

Avec 15 000 €, la CCC aurait pu demander aux deux associations de commerçants de proposer des lots plus nombreux et destinés à faire découvrir des services ou des magasins du Clermontais (restaurant, épicerie, cave, librairie, bijouterie, ...). Et pour tous les commerçants, c'était une opportunité pour gagner des clients et pour rentrer un peu d'argent ... Par exemple avec 60 bons d'achats de 250 € par gagnant, on peut, en cette période de fêtes, faire un bon repas entre amis au restaurant, s'acheter de bons livres, offrir un bijou, etc. Et tout ça au cœur de nos villes.

La politique locale du commerce est une compétence obligatoire des EPCI depuis la loi NOTRe du 7 août 2015 et la question a été débattue en commission des moyens généraux du 29 novembre. Il en est ressorti que l'intérêt communautaire s'attache à soutenir les associations de commerçants pour mettre en œuvre des actions de rayonnement communautaire, à accompagner les initiatives visant à fédérer les commerçants, les artisans et les prestataires de service du territoire, à se concerter avec les associations de commerçants sur l'équilibre commercial du territoire, à définir et mettre en œuvre la politique de soutien à la modernisation des commerces, à gérer les implantations commerciales dans les parcs d'activités et à gérer la signalétique commerciales sur ces zones. Le cadre proposé il y a plusieurs mois par l'exécutif communautaire était de flécher vers le commerce de cœur de ville une part des recettes fiscales des zones d'activités, à l'image du FISAC.

Gageons que cette « Auto de Noël » n'était pas la meilleure idée de 2017 pour favoriser le commerce local, mais il ne faut pas tomber dans une « politique de guichet » et je fais le voeu que 2018 s'ouvre sur une « politique de projets ».

22:04 Publié dans CCC, Economie | Lien permanent | Commentaires (0)