Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/04/2018

CCC, le développement économique en question ... C'est quoi au juste la question ?

Ce mercredi 25 avril se tient une assemblée communautaire exceptionnelle sur le thème du développement économique, et cela au lendemain d’un refus officiel des services de l’État que s’installent à la Salamane des entreprises commerciales. C’est une nième illustration que nous avons mis tous nos œufs dans le même panier depuis bientôt 10 ans ; le panier de la Salamane. Or, le président Lacroix le disait à qui voulait l’entendre, et devant l'assemblée communautaire il y a 3 ans au début de son mandat : « avec la Salamane, nous sommes assis sur une mine d’or ». Le même crédo que son prédécesseur Alain Cazorla qui nous faisait déjà miroiter des lendemains fastes.

Mais le développement économique (je reviens à l'ordre du jour du Conseil communautaire) se mesure très mal aujourd’hui, ici et dans le reste du monde d'ailleurs. Il est en effet mesuré au nombre d’entreprises créées, aux chiffres d’affaire cumulés, aux investissements réalisés, aux exportations, etc. Ce sont là des critères macro-économiques de richesse qui sont surtout utilisés par ceux qui en ont ... de la richesse. Moi, je ne vois que deux critères pertinents de développement économique, et sans priorité entre les deux, c’est la création d’emplois et c’est l’augmentation des recettes publiques, des collectivités locales et de l’État. Plus d’emplois, c’est la possibilité pour plus de nos concitoyens de faire vivre leur famille, de donner à leurs enfants tous les moyens pour réussir, de s’acheter une alimentation de qualité, de se soigner, etc. Plus de recettes publiques, c’est la capacité pour les collectivités et pour les services de l’État de pourvoir des services publics de qualité pour tous. Et puis il faut aussi se conserver de la capacité de financement pour investir. Voilà trois indicateurs que nous devrions avoir gravés au-dessus de nos têtes de conseillers communautaires : ce sont les trois pieds qui donnent sa stabilité dans le temps à notre EPCI.

Que valent ces trois indicateurs sur le Clermontais ?
radar.jpg1. Pour la création d’emplois, c’est un indicateur que nous ne mesurons pas suffisamment localement ; mais nous savons, au travers des données de l'INSEE sur les bassins de vie du Clermontais et du Paulhanais, qu’il n’est pas bon. 2. La CCC a montré au travers des services qu’elle proposait aux publics qu'elle était attachée à ce côté redistributif ; certainement nos casquettes d’élus municipaux où les solidarités sont prépondérantes dans notre relations à nos administrés. 3. Sur l’investissement, je me contenterai de rappeler les propos de Christian Bilhac, en séance, effaré de l’écart entre la section de fonctionnement et la section d’investissement de notre budget communautaire.

Par contre, je ne voudrai pas que le développement économique ne soit perçu qu’au travers des zones d’activités de Clermont-l’Hérault. Je considère que le Clermontais dispose de quatre principaux axes de développement économique : le tourisme, l’agriculture, l'artisanat et le commerce.

Guingette_relais_Octon.jpgSur le tourisme, nous faisons semblant. Nous nous satisfaisons de doter les offices de tourisme et de mesurer leur fréquentation pour en faire un programme d’actions. Mais c’est quoi le tourisme sur le Clermontais ? Principalement le Salagou, des campings, des restaurants, des sites de loisir et d’activités de plein air, des sites patrimoniaux, des domaines viticoles et des paysages magnifiques ; que faisons-nous pour chacun d’eux ? Rien. Nous ne sommes en rien des partenaires dont les professions du tourisme ont besoin pour se développer, alors ils font sans la CCC et l’activité touristique évolue au grès des investissements privés. Que faisons-nous par exemple pour l’oenotourisme ? Pour les restaurants,pour les festivals, pour les campings, pour l’hôtellerie, … ?

Permaculture.jpgSur l’agriculture, alors là c’est incompréhensible. Et pourtant, avec autant d’agriculteurs dans nos conseils municipaux et au sein même du conseil communautaire, c’est insensé. Depuis 10 ans que je siège à la CCC, pas une seule délibération pour développer les activités agricoles. Au contraire, le projet de la Salamane a détruit 70 hectares de terres agricoles fertiles et irriguées. De jeunes agriculteurs, pour alerter sur le fait qu’ils étaient les grands oubliés de nos actions de développement économique, ont récoltés du blé l’été dernier à la Salamane, et ils avaient ensuite été invités à venir participer à une commission Agriculture … qui n’a jamais vu le jour. Quant au projet de « territoire en transition » porté par la commission Environnement, il demeure très virtuel …

Restauration_patrimoine.jpgL’artisanat est là encore un secteur délaissé. Je note que l’absence de Programme Local de l’Habitat, alors que nos voisins du Lodévois et du Gignacois en sont dotés, est une faute. Un PLH permet aux entrepreneurs d’avoir un horizon, tout comme le serait un engagement plus déterminé dans le programme d’intérêt général (PIG) du Département autour du logement.

Tanes_Basses.JPGAlors le commerce, et puisque c’est pour ça que nous serons réunis le 25 avril, il faut lire le Diagnostic Stratégique Territorial du SCoT Cœur d’Hérault : « La ville de Clermont-l’Hérault s’affirme comme la principale polarité commerciale du territoire. La moitié des surfaces commerciales de plus de 300m² du territoire y est implantée. L’offre en grands commerces alimentaires et non alimentaires y est la plus diversifiée du territoire. La commune concentre également la majorité des garages automobiles. Le centre-ville dispose d’une offre également importante en commerces de détail de moins de 300 m²».

Il serait donc ridicule de nous auto-flageller. Surtout que s’y ajoutent des associations de commerçants, d’artisans et d’entrepreneurs qui sont très dynamiques (i.e. beaucoup d’adhérents actifs), et qui sont demandeuses de concertations et de co-construction sur le développement économique. Sur le commerce, il y a par contre un gros travail à faire pour articuler le centre-ville des secteurs périphériques, et cela vaut pour Clermont-l'Hérault comme pour Paulhan.

Tanes_Basses_Entree_Sud.JPGReste la question des zones d'activités économiques. Mais quel est aujourd’hui le taux de remplissage des Tanes-Basses par exemple ? Comment la CCC peut-elle agir sur l’utilisation du foncier (nous savons que les loyers y sont prohibitifs) et sur une meilleure attractivité de cette zone ? Pour info, la CCC a clôturé le 28 mars 2012 le budget annexe de la ZAC des Tanes Hautes qui avait été ouvert le 28 mai 2008, à un moment où sous l'ère Cazorla il était plus prioritaire de remplir la Salamane.  Pourquoi ne pas retravailler sur ce secteur des Tanes Hautes qui est en pleine continuité entre les Tanes Basses et le carrefour de l’Europe ?

Je n’oublie pas, au passage, les zones d’activités sur Paulhan, où la CCC est totalement absente ce mandat-ci. La zone de La Barthe, clôturée budgétairement puis ré ouverte pour 4 hectares d’activités commerciales, et la zone de Vareilhes en sommeil profond depuis 2008.

Salamane.jpgQuant à la Salamane, combien de foncier est encore cessible après que les activités commerciales y soient désormais déclarées interdites ? Il faut y développer des filières économiques pourvoyeuses d'emplois Souvenons-nous qu’en 2009 Système U avait présenté son arrivée comme tête de file d’activités de la logistique, c’est-à-dire autour du transport longues distances. La promesse n'a pas été tenue, mais par exemple nous avons vendu des parcelles aux autocars Ginhoux ; peut-être y a-t-il toujours une filière à explorer autour de ces entreprises-là. Un (ou des) garages de réparation et d’entretien d’autocars et de camions ne pourrait-il pas s’y installer ? Avec , pour faire le lien avec l’emploi, des formations d’apprentis.

Alu.jpgAvec Chausson Matériaux, à qui la CCC vient aussi de vendre des lots pour s'installer à la Salamane, ce sont les métiers de la métallurgie qui sont ciblés ; une convention avec le CFA de Baillargues et le lycée du Cep d’Or permettant de former des apprentis est à l'étude. Et je n'oublie pas le Syndicat Centre Hérault avec qui des partenariats pourraient être conclus pour écouler les déchets métalliques (cf. économie circulaire).

La situation est donc très mitigée ; nous sommes défaillants pour le tourisme et pour l'agriculture, nous avons sur Clermont-l'Hérault une attractivité commerciale assez enviable pour le Cœur d'Héraut (et avec du potentiel à Paulhan sur la Barthe et à Clermont-l'Hérault sur les Tanes Hautes), et pour la création d'emplois nos zones d'activités économiques doivent développer des filières discriminantes.

19:32 Publié dans CCC, Economie | Lien permanent | Commentaires (0)

16/04/2018

Quelle centralité administrative pour le Coeur d'Hérault ?

Brignac_Canet_Clermont_ML_14_04_2018.jpgL'édition de Midi Libre - Vallée de l'Hérault - du 14 avril informait ses lecteurs d'un projet de fusion entre les communes de Brignac, de Canet et de Clermont-l'Hérault, c'est en tous cas la démarche qu'entreprend son maire Henri Jurquet. A l'origine de cette idée, la situation financière des collectivités locales, et le maire de Brignac souligne l'extrême fragilité de son budget, avec de vives inquiétudes au-delà de 2020.

Mais il s'y ajoute un autre argument qu'oublie le correspondant de Midi Libre, c'est qu'une telle conurbation pourrait demain briguer la place de "communes centre" de communauté d'agglomération dans l'éventualité d'une fusion des trois intercommunalités du Clermontais, du Lodévois-Larzac et de la Vallée de l'Hérault. Désormais, une telle fusion est devenue une quasi certitude, et plus personne ne la diabolise ; en tous cas sur le Clermontais et sur la Vallée de l'Hérault. Or, dans une telle configuration, la réunion de ces trois communes du Clermontais (près de 14 000 habitants) rend possible cette position centrale sur le Cœur d'Hérault. Un même rapprochement s'opère actuellement entre Gignac et Saint-André-de-Sangonis, mais avec aujourd'hui 2 000 habitants de moins. Néanmoins, ces deux "centres" du Cœur d'Hérault n'ont pas la même maturité en ce qui concerne le rayonnement de leurs villes ...

Tâches_Urbaines_CCB_SADGG.jpg

Personnellement, je suis très attaché au principe de "territoires en réseau", chaque secteur et chaque commune d'un territoire apportant ses richesses et bénéficiant des mêmes services. Je comprends bien les intérêts des élus de ces villes centres de vouloir conquérir une position administrative qui concentrerait des services publics et qui apporterait des dotations financières supplémentaires de l’État, mais il ne faut pas brûler les étapes.

Par ailleurs, cette information dévoilée par Midi Libre, dans la même édition que deux autres articles sur la Salamane et sur la stratégie des commerçants de Clermont-l'Hérault, ne peut que jeter le trouble. Ce que l'on appelle le "triangle d'or" du Clermontais, autour de la sortie n°57 de l'A75, laisse présager un accroissement de l'urbanisation et des installations de commerces qui vont vider le centre-ville de Clermont-l'Hérault. Et on retrouve le même déplacement des activités de Coeur de ville entre Gignac et Saint-André-de-Sangonis, les centralités urbaines se transportant là où il y a une activité humaine.

Je n'ai pas encore pris connaissance du Diagnostic Stratégique et l’État Initial de l'Environnement qui a été présenté au maires du Cœur d'Hérault le 13 avril, après un an de travail des services et des bureaux d'études, mais c'est là une première marche dans l'élaboration du SCoT ; j'en découvrirai le contenu pour le Conseil syndical du 4 mai. Néanmoins, l'étape la plus importante est celle du PADD, programmée pour cette année 2018. Le PADD (Projet d'Aménagement et de Développement Durable) exprime le projet politique de tous les élus des 77 communes du territoire, et la question des centralités urbaines et administratives y prendra toute sa place. Je souhaite que cela se réalise de façon constructive et responsable pour l'avenir de tous les habitants du Cœur d'Hérault.

10/04/2018

La Salamane, un marqueur politique qui fossilise le Clermontais

Il y a un an ou deux, je ne me souviens plus, il s'agissait de renouveler le label Agenda 21 local de la Communauté de communes du Clermontais. Mais comme ce label n'est plus porté par le ministère de l'environnement et des solidarités, l'exécutif intercommunal a décidé de devenir un « territoire en transition ». Ouah, un territoire en transition, le projet de Rob Hopkins auquel adhèrent désormais plus d'un millier de villes dans plus d'une quarantaine de pays ... Trop cool ...

Eric-Rob.jpg

Bon, faut se pincer un peu et revenir sur Terre ; c'est juste un discours, une posture de circonstance, de la communication dite « institutionnelle ». La réalité est bien moins angélique, et elle se résume en un seul mot : SALAMANE. Depuis 2009 que le Président Cazorla a offert 70 hectares de terres agricoles à Système U, ses successeurs ne savent pas y déroger, comme une forme d'atavisme.

Le Clermontais dispose d'au moins trois leviers de développement liés à son histoire, à ses habitants, à ses paysages et aux infrastructures que le traversent : le tourisme, l'agriculture et le commerce. Mais alors que ces trois leviers sont des sources de production de richesses, de développement humain et d'emplois, la CCC ne s'est toujours intéressée qu'à un seul de ces leviers, le commerce. Et au lieu de s'appuyer sur un réseau de communes ayant déjà des centre-villes bien dotés en commerces, la CCC s'entête à développer des zones commerciales en périphérie de bourgs-centres.

Quand, en 2009, Alain Cazorla présentait son projet de ZAC de la Salamane en assemblée communautaire, je lui ai dit chiche, mais créez en parallèle une zone d'activité alternative avec des producteurs locaux afin de laisser les citoyens choisir leurs sources de consommation. Et j'ajoutais même que la Salamane pourrait être reliée à l'ancienne voie de chemin de fer qui passe non loin, reliant Clermont-l'Hérault à Paulhan, et au-delà à Pézenas, Sète et Montpellier. Cela fait maintenant 9 ans que je répète les mêmes messages, mais cela fait toujours 9 ans que les élus communautaires ne voient dans la Salamane qu'une source de recettes fiscales ; ce que j'appelle la stratégie spéculative de l'aménagement du territoire.

Film_Promo_Salamane.jpg

Je publie cette note à quelques jours d'une rencontre importante pour le Président Lacroix, un rendez-vous avec les services de l’État, et le Préfet lui-même, sur le site de la Salamane. Dans quel objectif ? Persuader le directeur de la DDTM34 qu'il fait obstruction à l'intérêt général (... de quelques édiles). Alors, précipitamment, la CCC va délibérer ce mercredi pour financer une ligne d'Hérault Transport à partir du 1er juin. Cette ligne sera en service le matin avec trois rotations entre 9h30 et 12h sur le circuit Bézerac <> Espace Camile Claudel <> École Jules Verne <> Fontenay <> Place des Martyrs <> Lacombe <> Gare routière <> Jules Milhau <> Tanes Basses <> Salamane <> Rond- Point de l'Europe <> Centre aquatique <> Descartes <> Collège du Salagou <> Avenue de Montpellier <> Rond-point de l'Europe <> Centre aquatique <> Hôpital <> Gare routière <> Lacombe <> Jules Milhau <> Tannes Basses <> Salamane <> Gare routière <> Place des Martyrs <> Bézerac. Et la CCC mettra près de 40 k€ TTC par an pour financer cette navette.

Tiens, la CCC a-t-elle une compétence particulière en matière de transports en commun ? Bon, disons que c'est pour l'aménagement de l'espace ... Mais alors, pourquoi pas une navette qui ferait le tour du Salagou de mai à septembre ? Et pourquoi pas une navette pour désenclaver les communes rurales du sud ? Comme d'habitude, c'est une décision purement conjoncturelle et même ... assez opportuniste :=(

Mais comme je le disais en début de note, je ne suis pas farouchement hostile au développement commercial sur ce triangle d'or autour de la sortie 57 de l'A75, le triangle Clermont-Canet-Brignac, mais que l'exécutif intercommunal donne enfin des gages aux autres leviers du développement économique. Je ne m'étendrai pas ici sur le Salagou et sur le développement touristique, car je veux insister sur le développement agricole. Qu'on dit les élus du Clermontais en juillet dernier aux jeunes agriculteurs qui venaient récolter du blé sur une parcelle non commercialisée de la Salamane ? Qu'ils seraient conviés à la rentrée de septembre aux premiers travaux d'une commission Agriculture qui allait se mettre en place ... enfin ... qui allait se mettre en place ... mais pas forcément en septembre 2017  :=(

4VPkicogitentdanslesbles.jpg

Pour ma part, dans le cadre de la révision du PLU de Paulhan, je plaide pour que la commune développe une zone d'activités agricoles sur la ZAC de Vareilhes, au Sud de la commune. Voila un secteur IVAUd du PLU, sur un peu plus de 11 hectares, dont 7,3 hectares sont la propriété de la CCC ; elle a acheté ces terres agricoles pour un peu plus de 420 k€ en 2008. Mais sans aucun projet d'aménagement porté par la CCC, ce secteur a toutes les chances de redevenir une zone agricole protégée. Comment peut-on faire l'impasse sur une telle opportunité, sur la porte Sud du Pays Cœur d'Hérault, avec une sortie A58 de l'A75 qui est inexploitée ? Une zone d'activité agricole, c'est la possibilité d'aménager un hameau agricole, de proposer aux exploitants des bâtiments pour stocker, pour transformer et vendre leurs produits. Avec la Région, il doit aussi être possible de conventionner pour installer un CFA dans les métiers de l'agriculture et de l'alimentation. Une maison de producteurs locaux, là en bord d'A75, permettrait aussi de promouvoir les produits d'exploitants agricoles sur un rayon de quelques dizaines de kilomètres. Un Drive fermier est aussi opportun pour être la vitrine des circuits courts.

IVAU_Paulhan_Sud.jpg

Le seul espoir pour ces types d'aménagement, c'est l'élaboration du SCoT du Cœur d'Hérault pour y graver dans le marbre ces axes de développement. Mais les élus du Clermontais voient le SCoT comme un ennemi, un machin qui va leur imposer des aménagement dont ils n'auraient pas la souveraineté territoriale.

« If we wait for the governments, it'll be too little, too late; if we act as individuals, it'll be too little; but if we act as communities, it might just be enough, just in time » - Rob Hopkins