Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/06/2018

La Pomponnette à Paulhan, une association qui ne chôme pas ...

L'assemblée générale de la Pomponnette est depuis sept ans un évènement en soi ; elle réunit une assistance enthousiaste qui fait écho à sa dynamique présidente, Mme Véronique Mas. Ce 1er juin, la salle Georges Brassens était à sa jauge maximale, écoutant la présidente de la Pompennette égrener toutes les actions de l'année 2017.

AG_Pomponnette.jpg

L'équipe de la Pomponnette ne se contente pas de nourrir les 120 chats des rues de Paulhan, l'association intervient dans bon nombre de communes voisines, auprès desquelles la Fondation 30 Millions d'Amis finance les actes de stérilisation. Les maires de Campagnen et de Nizas, MM Maurice Déjean et Daniel Renaud, ont expliqué à la suite de la première adjointe de Bélarga, Mme Roberte Julien, comment la Pomponnette leur apporte un soutien significatif, en plus de leurs employés municipaux. Véronique Mas annonçait ce soir que les communes d'Aspiran et de Péret allaient soutenir son association dès l'année 2018, son but étant que ces communes voisines puissent demain s'appuyer sur une association locale pour le volet opérationnel, et sur 30 Millions d'Amis pour payer le vétérinaire.

A l'heure où les associations font face à un déficit de bénévoles pour siéger dans leur bureau et pour mener des actions, la Pomponnette fait figure de contre-exemple. Avec plus de 200 adhérents et un bureau très actif autour de la cause des chats, l'association ne chôme pas. Les chats errants font bien des dégâts, et la première réaction des habitants comme de leurs élus est de leur faire la chasse. Mais c'est avec pédagogie et persévérance que Véronique Mas et son équipe réussissent à changer les mentalités ; c'est un beau challenge, et il porte désormais ses fruits.

22:03 Publié dans Paulhan | Lien permanent | Commentaires (5)

Notre Coeur d'Hérault Numérique ;-)

Trois mois après la signature officielle de la convention qui lie le Département de l'Hérault à l'entreprise COVAGE pour une délégation de service public (DSP) de 25 ans, tous les héraultais qui résident en dehors de la zone d'initiative privée (autour de Montpellier, Sète et Béziers) peuvent savoir quand, d'ici 2022, leur domicile verra la fibre optique arriver à leur porte > http://numerique.herault.fr/

Rech_Adresse_Deploiement.jpg

Mais ce qui intéresse les acteurs locaux (élus, entrepreneurs, citoyens, associations, ...), c'est d'avoir une vision plus globale à l'échelle d'un territoire du rythme de ce déploiement. Parce que de voir arriver la fibre optique en 2018 ou en 2022, ça ne se gère pas de la même façon ... D'ailleurs les premiers servis vont en quelque sorte "essuyer les plâtres", quand les derniers n'auront plus "qu'à se brancher". En effet, l'arrivée de l'infrastructure à sa porte ne signifie pas qu'il y a des opérateurs prêts à proposer des offres concurrentielles, et il faudra bien un an ou deux pour disposer d'offres commerciales comparables à celles que l'on trouve en zone urbaine.

Sur le Cœur d'Hérault, le déploiement est assez hétérogène ; les 77 communes du territoire seront déployées par vagues sectorielles, mais sans que les communes les plus grosses soient les premières à être raccordées. C'est assez équilibré.

Déploiement_Herault_Numerique.jpg

La méthodologie pour constituer cette carte a été de saisir l'adresse postale de chacune des 77 mairies dans l'interface Web d'Hérault-Numérique (cf. tableau détaillé) ; excepté pour Celles, où les Vailhés sont plus habités que le secteur de la mairie, et pour Clermont-l'Hérault où l'interface ne semble pas connaître de place de la Victoire. Attention, l'année de déploiement attribuée à une commune ne vaut que pour le lieu de sa mairie, et il est fort possible que des bâtiments excentrés soient desservis plus tôt ou plus tard ; la commune d'Aumelas doit en être un bon exemple. D'où la nécessité d'aller sur l'interface Web pour le vérifier.

Aujourd'hui, un citoyen, ou même un maire a très peu de moyens d'actions pour tirer le meilleur parti de ce déploiement, d'où l'intérêt majeur d'appréhender la question à l'échelle intercommunale. Ainsi, pour avoir l'offre la plus diversifiée de la part des opérateurs, il faut que les négociations soient appuyées par les responsables économiques de nos intercommunalités (vice-présidents en charge du développement économique, chargés de mission économie, ...). Et il en est de même pour les usages. Nous constatons comme le numérique modifie nos comportements de consommateurs, consommateurs de biens comme de services, et là il y a de l'information à faire auprès des publics. Je pense par exemple à la télémédecine, où demain nous nous ferons ausculter par une webcam et l'ordonnance du médecin sera directement transmise à notre pharmacien ; le médecin, lui, sera à Montpellier ou sur une île des Antilles ;-)

Et puis il y a aussi le numérique comme atout de développement économique. Un cabinet d'architectes, une start-up de chercheurs, une structure artistique, ... pourront résider dans des communes très rurales, mais seront à un clic du monde entier pour leurs activités professionnelles. Le tourisme en sera aussi un grand bénéficiaire. Le marché immobilier y gagnera aussi et des bâtiments au passé industriel notoire pourraient y retrouver une seconde vie ; je pense par exemple aux caves coopératives.

D'ici 2022, il y aura 2020 et les élections locales ; une étape-clé pour que ce réseau de fibre optique ne reste pas qu'une simple infrastructure technologique, mais qu'il devienne un atout majeur pour le développement du Cœur d'Hérault.