Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/09/2018

Fermeture définitive du blog

Après plus d'un millier de notes publiées depuis 10 ans, et parce que « pour des raisons éditoriales et techniques, la rédaction de Midi Libre a décidé de fermer cette plateforme de blogs », je suis donc contraint à l'annonce suivante :

Arret_Blog.jpg

J'espère que Midi Libre laissera persister quelques temps les pages de tous les blogs hébergés, et que sera proposée une redirection d'URL afin que les référencements ne tombent pas sur une erreur 404 Not Found :=(

Néanmoins, je tiens à remercier notre quotidien régional d'avoir offert cet espace d'information simple et accessible pour des néophytes, et en même temps très solide à l'usage.

Je vais vite trouver un hébergeur pour monter un site Wordpress, y déposer dans un coin les archives de ce blog, et puis cette fermeture forcée m'oblige à trouver une nouvelle formule. C'est bien de se renouveler ;-)

Ma prochaine et dernière note vous informera de l'adresse de mon nouveau site.

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

17/09/2018

Du photovoltaïque, oui, mais pas n'importe où ni n'importe comment ...

Le conseil municipal de Paulhan était convoqué en formation privée le jeudi 13 septembre, avec à l'ordre du jour la présentation, par deux commerciaux de la société Quadran, d'importants projets photovoltaïques sur le territoire communal.

Le premier projet se situe en secteur urbain, sur un terrain communal de 2 ha entre la voie de chemin de fer et la rue de Saint-Sébastien. Il s'agit d'ériger un parking de 8 334 m2 avec des ombrières photovoltaïques produisant 1,35 Gwh par an, de quoi fournir de l'électricité à 845 foyers ; il représente deux fois l'éco-parking des Corderliers à Pézenas. Présenté ainsi, hors contrainte urbaine, le projet est évidemment intéressant.

AB729_Ombrieres.jpg

Sauf qu'un tel projet qui dépasse le seuil de 250 kWc (i.e. puissance crête) nécessite une étude d'impact, une enquête publique et bien évidemment un permis de construire. Or, cette parcelle AB729 qui était inscrite dans le PLU en zone UD (et donc constructible), a changé de statut depuis l'adoption du PADD (Plan d'Aménagement et de Développement Durable) en janvier 2017.

Le premier axe du PADD est : « Envisager l'avenir dans une territorialité étendue et concertée », et cela se traduit par une anticipation à moyen terme de ce que pourraient devenir la voie ferrée et la plaine agricole à l'est de la voie ferrée.

Extrait_Axe_1.jpg

Le second axe du PADD, « Affirmer un caractère de bourg rural en maintenant la qualité de vie à travers la culture, l'agriculture et le vivre ensemble », formalise un Périmètre Actuellement Urbanisé (PAU) afin de densifier les constructions. La parcelle AB729 est ainsi rendue non constructible (à l'extérieur du trait rouge).

PAU.jpg

Et puis le conseil municipal du 16 novembre 2017 a approuvé les propositions des Bâtiments de France de périmètres de protection modificatif pour la Chapelle Notre-Dame-des-Vertus et pour la Cave coopérative (cf. plans ci-dessous). Et la parcelle AB729, sur lequel le projet d'ombrières photovoltaïques est projeté, est situé dans le périmètre de protection de la cave coopérative ...

Carte_PPM_Cave_Chapelle.jpg

Et, last but not least, le projet présenté par l'entreprise Quadran envisage que l'occupation de cette parcelle AB 729 se fasse au travers d'un bail emphytéotique de 30 ans, renouvelable une fois. Donc, outre que la réalisation de ce projet se heurte à la réglementation urbaine, elle bloquerait pour au moins 30 ans tout autre projet urbain sur ce secteur ! C'est là une contrainte majeure qui pèserait sur nombre d'équipes municipales à venir, obligées de respecter un contrat pensé pour le très court terme.

Le maire explique que ce secteur derrière la gare est devenu infréquentable, avec des courses de motos et d'autos, des incivilités permanentes et des occupations non autorisées. Aussi, ce projet de parking viendrait aussi apporter une réponse de sécurité, mais les problèmes dans ces cas-là ne font que se déplacer ...

Et un tel projet s'inscrit dans un cadre plus large encore, le Pays Cœur d'Hérault élaborant actuellement son Plan Climat Air-Energie Territorial (PCAET) ; il doit être arrêté, avec son programme d'action 2019-2024, d'ici le 31 décembre (cf. plateforme du plan climat du Cœur d'Hérault). Ce PCAET est un document d'urbanisme qui sera intégré au SCoT et qui s'imposera à tous les PLU des communes du Cœur d'Hérault. Sur les énergies renouvelables captées par des panneaux photovoltaïques, le PCAET distingue les installations en toiture sur les constructions bâties, les installations au sol et les ombrières. Sur le Cœur d'Hérault, le gisement potentiel des ombrières de parking est de 7,56 GWh par an, et l'objectif est d'en capter 20% d'ici 2050. Pour le gisement des installations au sol (sur des friches industrielles, des gravières, ...), le potentiel est de 475 GWh par an (hors prise en compte des contraintes de raccordement), et l'objectif est d'en capter 10%. Enfin, c'est le gisement de projets sur le bâti qui est le plus important, avec 660 Gwh par an, et là l'objectif est d'en capter 47% en toiture d'entreprises et 27% pour les toitures des particuliers. Et alors que la production d'énergie photovoltaïque est aujourd'hui de 16 GWh par an, l'objectif est d'atteindre 190 GWh par an d'ici 2050, soit 21 fois plus qu'en 2012 (année de référence).

Les ombrières photovoltaïques sont le gisement le moins productif, mais ... elles se voient, et ce n'est pas un hasard si les municipalités s'en dotent un peu partout ; c'est politiquement important. Mais comme en témoignent les chiffres du PCAET, il faut surtout inciter les citoyens à équiper leur toiture de panneaux photovoltaïques. Car l'objectif du PCAET est très ambitieux ; il vise à produire 758 GWh/an d'énergies renouvelables en 2050 (hydraulique, photovoltaïque, biogaz, bois énergie, géothermie, solaire thermique, ...), pour une consommation estimée à 754 GWh/an. Le territoire du Cœur d'Hérault serait ainsi 100% indépendant !

Quadran_Paulhan_13_Sept_2018.jpg

Un second projet photovoltaïque nous a été présenté ce jeudi soir, avec des installations au sol sur 26 000 m2, et une production de 1,41 GWh par an, projet situé au sud de la commune, dans la continuité de la ZAC de la Barthe (sur le côté gauche en allant vers Pézenas), mais aussi le long de la route rejoignant le giratoire de l'A75. J'avoue que la présentation était assez imprécise, la commerciale de l'entreprise Quadran parlant d'un bassin de rétention sur le secteur IVAUd du PLU (mais ce bassin n'a de sens que si les terrains font l'objet d'un aménagement), et son schéma le long de la route qui mène au giratoire porte sur des terrains dont la commune n'est pas propriétaire ...

De toutes façons, le maire a déjà présenté ce projet-là lors d'une réunion avec les personnes publiques associées (PPA) à l'élaboration du PLU le 24 mai 2018. Le représentant de la DDTM34 et la représentante de la chambre d'agriculture ont rappelé qu'il s'agissait de consommations d'espaces agricoles qui devaient faire l'objet de compensations dans le PLU. Cela signifie que pour chaque hectare de photovoltaïque au sol il faudra retirer un hectare de constructions nouvelles, pour de l'habitat ou pour des entreprises ...

C'est difficile pour un écologiste de porter un jugement négatif sur ces deux projets-là, mais d'une part ils sont hors des clous vis à vis de la réglementation locale, et d'autre part c'est l'installation de panneaux photovoltaïques en toiture qui est à promouvoir. On regrette par exemple que les nouveaux ateliers municipaux ne montrent pas l'exemple ...

16/09/2018

Une campagne européenne locale des forces de gauche et de l'écologie pour rejeter la funeste impasse du duel entre libéralisme et nationalisme

LePenMacron.jpgLes élections européennes du printemps 2019 voient de bien funestes stratégies se développer, avec d'un côté la fuite en avant du libéralisme, et de l'autre le repli nationaliste. En France, cette dualité est incarnée par Emmanuel Macron et par Marine Le Pen qui se sont auto-déclarés concurrents de circonstance, espérant l'un et l'autre installer durablement ce face à face. Mais il n'est pas possible de demeurer dans cette impasse-là, réduisant la pluralité des courants de pensée politique à ces deux extrêmes. Car il s'agit bien-là de deux extrémismes ! Le très libéral Macron est le porte-flingue du capitalisme financier mondialisé, justifiant ses décisions politiques par sa soif de croissance économique, et qu'importe que les inégalités sociales s'accroissent (il paraît que ce n'est qu'un mauvais moment à passer) ou que la biodiversité se réduise à peau de chagrin. Quant à la nationaliste Le Pen, elle surfe sur les thématiques de sécurité, d'immigration et de poujadisme pour exacerber les haines. Non, ces deux-là ne peuvent inspirer aucun espoir.

Ce duel français est aussi à l'image d'un duel qui se développe à l'échelle européenne, entre les partisans du statu-quo libéral et ceux qui soufflent sur les braises de la colère des peuples. Et ce paysage-là, en Europe, nous rappelle des temps que nous pensions révolus. Or, il faut entendre les appels haineux en ex-Allemagne de l'Est, avec un culte nazi qui fait écho à l'arrivée du parti d'extrême-droite, Alternative für Deutschland (AfD), au Bundestag ; un très inquiétant parallélisme avec les années 30, où là encore la bourgeoisie des industriels et des grands financiers se satisfaisait que les conflits sociaux dans les entreprises se déplacent sur le champ politique.

Et il ne faut surtout pas minimaliser les chiffres de cette infographie du journal Le Monde,

Ext_D_Europe.jpg

car il y a un peu moins d'un siècle Outre-Rhin, le parti national-socialiste (NSDAP) a débuté avec des scores semblables, pour arriver au milieu des années 30 à construire le chaos en Europe :

NSDAP_Bundestag.png

Il n'y a pas de fatalité à nourrir cette offre délétère « Libéralisme Vs Nationalisme », et le 26 mai 2019 ces deux formations politiques et leurs satellites peuvent être reléguées loin derrière des forces progressistes et humanistes. Alors on me rétorquera que la gauche et que les écologistes abordent ce scrutin façon puzzle, mais le grand intérêt d'un scrutin de listes proportionnelles à un tour est d'offrir une pluralité de choix aux électeurs. Et Insoumis, communistes, socialistes et écologistes peuvent, et doivent constituer une offre politique alternative, et qu'importe que dans ce bloc telle ou telle formation ait un peu plus ou un peu moins de députés européens au soir de l'élection, l'essentiel est que ce bloc-là arrive largement en tête. Et ce n'est pas une tactique électorale, non, c'est une nécessité vitale pour notre démocratie.

Et si cette approche salutaire n'est pas portée à l'échelle nationale ou européenne, qu'est-ce qui nous empêche de la porter à l'échelle locale, dans nos communes et dans nos intercommunalités ? Et je souhaite vivement que les élus locaux et que les militants qui soutiendront ces listes de gauche et de l'écologie au scrutin européen de mai 2019 fassent campagne ensemble, démontrant ainsi la pluralité et la convergence de leurs propositions pour l'Europe, tout en offrant d'autres perspectives mobilisatrices pour les scrutins locaux et territoriaux à venir.